Mois: janvier 2014

Capitale

En fait, c’est très simple : il y a cette fille que j’aimerais être, cette fille que j’ai été et cette fille que je suis. Il y a ces cercles auxquels j’appartiens, ces codes que je suis de près et ces gens que je vois. Il y a ce but que je ne connais pas, mon prochain non plus et ma mort un jour. Il y a ces années coupées en deux par l’été puis l’hiver. Il y a ce mec d’un soir auquel je pense chaque jour, puis que j’oublie aussi vite. Et au milieu de toute ce foutoir que j’ai eu du mal à remettre en ordre, il y a moi. Moi, Juliette F, 26 ans.

Janvier 2008 : L’arrivée.

Un jour je pose le pied à la Gare de Lyon à Paris. Je me souviens avoir cligné des yeux, d’être impressionnée par cette lumière. Pourtant, c’est janvier, le bout de janvier qui me fait comme un poussement dans le dos. Je sens que mes pieds restent collés et qu’il faudrait attendre la première cigarette pour enfin me décider à y aller.

C’est samedi. Et je n’ai nulle part où dormir ce soir. Ma valise lourde en plastique dur comme on en trouvait en 90 se fait trainer jusqu’au métro. Si c’est ma première fois seule, petite et naïve, à la capitale, je me sens éprise d’une énergie qui restera peut-être quatre ans : la jeunesse.

Je n’ai pas de lit pour ce soir mais je m’en fous royalement ! Je suis à paris, y’a le métro, le soleil scintille, et j’ai faim. 

Je commande un petit café. Puis je sors mon stylo et un carnet et je marque mes premières impressions. Faut dire que je n’ai pas fait les choses à moitié. Et la première partie de ma vie s’achevait ici.