Capitale

En fait, c’est très simple : il y a cette fille que j’aimerais être, cette fille que j’ai été et cette fille que je suis. Il y a ces cercles auxquels j’appartiens, ces codes que je suis de près et ces gens que je vois. Il y a ce but que je ne connais pas, mon prochain non plus et ma mort un jour. Il y a ces années coupées en deux par l’été puis l’hiver. Il y a ce mec d’un soir auquel je pense chaque jour, puis que j’oublie aussi vite. Et au milieu de toute ce foutoir que j’ai eu du mal à remettre en ordre, il y a moi. Moi, Juliette F, 26 ans.

Janvier 2008 : L’arrivée.

Un jour je pose le pied à la Gare de Lyon à Paris. Je me souviens avoir cligné des yeux, d’être impressionnée par cette lumière. Pourtant, c’est janvier, le bout de janvier qui me fait comme un poussement dans le dos. Je sens que mes pieds restent collés et qu’il faudrait attendre la première cigarette pour enfin me décider à y aller.

C’est samedi. Et je n’ai nulle part où dormir ce soir. Ma valise lourde en plastique dur comme on en trouvait en 90 se fait trainer jusqu’au métro. Si c’est ma première fois seule, petite et naïve, à la capitale, je me sens éprise d’une énergie qui restera peut-être quatre ans : la jeunesse.

Je n’ai pas de lit pour ce soir mais je m’en fous royalement ! Je suis à paris, y’a le métro, le soleil scintille, et j’ai faim. 

Je commande un petit café. Puis je sors mon stylo et un carnet et je marque mes premières impressions. Faut dire que je n’ai pas fait les choses à moitié. Et la première partie de ma vie s’achevait ici.

Publicités

3 commentaires

  1. Très beau témoignage de ta part. Merci pour ceux qui auront la chance de tomber sur ton blog lorsqu’ils souhaiteront des « moyens » pour arrêter mais aussi pour ceux qui hésitent encore à commencer.
    Sinon, quoiqu’il arrive dans la vie, je répète souvent à mes ami(e)s : Nous ne choisissons pas d’où nous venons, mais qui nous sommes et où nous allons.
    Un beau poème de Machado dit : « Caminante, no hay camino, el camino se hace al andar. » (Toi qui marche, il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant). Ce vers résume tellement bien la Vie.

    Nice job and good luck !

  2. Bonjour Juliette, je suis tombé par hasard sur ton blog et, même si j’avais prévu autre chose pour les minutes à suivre, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre un peu de temps pour lire. ça m’a ému, le genre qui creuse un trou dans l’âme, donne envie d’aller marcher un peu et réfléchir. je ne sais pas pourquoi, je n’ai jamais pris de drogue et je vis dans un milieu privilégié par raport à tout ça. Les circonstances de ma vie ont fait que j’ai malgré tout eu à m’intéresser à ce sujet, non pas pour mon propre compte, mais pour certaines connaissances, et aussi certains patients, car je travaille à l’hôpital. Je crois que c’est peut-être ça, la cause de mon ressenti, parce que je travaille à l’hôpital, je vois sans arrêt des gens ravagés par des maux qu’ils n’ont pas choisi, et que toi, tu dépeins à merveille cette jeunesse qui creuse sa tombe alors qu’elle pourrait mener une vie si heureuse. Peut-être que voir des cirrhotiques au teint jaune greloter au fond d’un lit permet de prendre, d’un coup, dix ans de maturité. Mais bref, je ne vais pas t’ennuyer plus longtemps avec mes états d’âme, merci pour ce blog en tous cas; je pense qu’il en aidera certains à se sentir moins seul. Bonne continuation, amitiés. Solaris

  3. Chapeau Juliette, ton écriture soulage. Je cotoie ce monde en permanence mais ma personnalité m’a toujours permis d’échapper à cette poudre soit disant magique. Ton blog me conforte dans mon idée d’éviter cette merde. Je pense que ton blog révèle le fait que notre jeunesse souhaite clairement s’identifier à des « Icônes », à des films, plutôt que de trouver sa propre identité. Ce monde je l’aime car j’aime la musique et sa capacité à nous faire planer. Car oui, pas besoin de C pour vibrer au rythme de cette musique frénésique.

    Merci pour ton message lourd de sens. Ta personnalité vaut bien plus que toute cette mascarade. Continue à te battre !

    Lara

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s