BFF

Mai 2009

Elle m’attend en buvant du whisky. J’adore être ici, son appartement sous les combes, son placard qui déborde de fringues de créateurs, de robes haute couture qui me donnent des frissons, de lunettes à foison. Des chaussures de toutes les formes s’étalent dans le couloir. Parfois, je m’amuse à essayer et à retourner les cartons.

J’admets qu’il est agréable de retrouver son amie, assises côte à côte face à cette table basse. Même si au début elle fait sentir un peu de méchanceté, me reproche « tout ce temps où tu m’as laissée seule » je sais qu’elle le dit pour le bien de notre amitié.

On boit, on parle, on commande. Son dealer nous la fait à cinquante balles, ce qui reste très abordable. En ce moment, le gramme à Paris varie plutôt de quatre-vingt à une centaine d’euros.

On achète toujours chacune de notre côté, on ne partage pas, entre nous deux il y a cette manie de consommation personnelle. Elle n’est pas égoïste, on sait qu’on tape, mais on ne se dit pas comment, combien. Parfois je me fais une ligne sans elle, parfois c’est l’inverse. Une complémentarité polie qui n’existe qu’entre vraies amies. Quand on parle de cocaïne, ça reste sans lourdeur, très festif et sain, on ne s’éternise pas sur le sujet.

Publicités

15 commentaires

  1. Bonsoir je suis tombée sur votre blog par hasard si l’on peut dire ça et j’avoue que c’est très intéressant de savoir votre passe et comment et surtout je me demande toujours pourquoi vous avez commencé et qu’est ce qui vous y a poussé voila par curiosité merci :)

    1. Bonjour, tout ceci est retranscrit dans un livre que je suis en train d’écrire (je ne peux pas faire de raccourci, ce serait dommage et trop peu réaliste)
      A bientot !

  2. Votre blog est très intéressant. Ce que vous racontez, bien sûr, votre histoire. Mais aussi, il y a du style… C’est peut-être le plus important…
    Bonne aventure, littéraire cette fois ci !

      1. Bonjour Juliette, ce sont seulement mes propres mots, que j’ai jetés là pour te montrer le chemin parcouru et te donner une vague direction de celui qui reste à parcourir, bien que je pense que tu n’en as pas vraiment besoin. Juste, j’avais quand même envie de te l’écrire, pour te laisser une sorte de témoignage du plaisir que j’ai à te lire.

      2. Merci Squalide et Juliette.

        Ces mots me renvoient à un petit moment dans un taxi parisien. Juste avant de  » re chuter  » ( il y a dix jours)

        Il est 20 heures. Mon homme me demande de rapporter du vin. Je demande alorz au taxi de s’arrêter quelques instants devant un  » Nicolas ».
        Je choisis. Je paye.
        Puis je demande au taxi en remontant en voiture si cela ne l’a pas dérangé. Il est très gêné. Mais j’insiste gentillement. Je ris. Je lui dit que peux au moins écouter

        Il me dit alors que dans sa religion on ne doit pas encourager le péché car on pèche alors tout autant.

        Je lui dis que la religion musulmane m’interesse d’autant plus qu’une amie m’en parle souvent. Nous échangeons. Moi la catholique non pratiquante et elle très réfléchie et pieuse en ce qui concerne sa religion.

        Le chauffeur me dit alors: « dans notre religion notre précepte est d’ordonner le bien ( le convenable) et de condamner le mal ( le blâmable) »

        Si il m’arrête chez Nicolas il n’ordonne pas le bien. C’est pour lui,je le vois, très clair. Précis. Simple et pourtant

         » est il interdit d’interdire ? »

        Ce que je sais c’est qu’arrêter la coke ( même un mois et demi) m’a fait entrevoir une autre manière d’ordonner le bon et peut être le bien ( pour soi et ses proches aussi)

        Je pense à cette phrase chaque jour.
        Dés demain je recommence le même chemin. L’arrêt.

        J’en parle.
        Parlons en.

        La cocaine n’est pas , en soi, le mal incarné mais à force elle fait mal.

        Je m’excuse par avance pour la longueur de cette anecdote.

        La sagesse apaise. Que l’on soit ou pas croyant.

  3. Bonjour, je voudrais savoir comment fer pour m’inscrir a votr newsletter. Votr blog è bi1. Comment m’inscrir ??? Merci davance

  4. « Various groups for instance Parts of affection out of E. Paul’s Lutheran School made baby blankets in my groom amazing trainees to give out in diverse places across the globe. Also there is a range of sewers out of South West, a Loony Quilters, who actually generate bit of girls’ dresses from pillow cases, » Dina reveals.

  5. Alma,
    Notre puissance vis-à-vis d’autrui revient à la question de notre liberté vis-à-vis des autres, comme le pose justement la question « est-il interdit d’interdire ? »
    On ne peut pas forcer quelqu’un à agir contre son gré, mais on peut le conseiller, l’interroger, en somme, parler avec lui et, justement, ouvrir un champ dialectique pour que cette personne ajoute à son âme la conscience lors de son choix.
    Ce qui élève l’Homme — et ce n’est pas un hasard si au commencement était le verbe — est l’échange des mots, car ces derniers portent avec eux la pensée et la volonté.

  6. Merci Squalide.

    Je vais me pencher sur la volonté et ses penseurs
    Et sur ma volonté
    Qui est grande.
    Mais empêchée parfois.

    Merci de ce message.

    As tu toi même ou es tu encore dépendant ( les smarties ne comptent pas )

    Merci.
    Alma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s