Amitié, coup d’un soir ou longue passion ?

« Dès que je commence à avoir des sentiments, je préfère partir… » ou m’enfuir, si tu voulais être plus juste, champion ! Pourtant l’autre soir encore, tu me regardais avec des yeux de merlan frits ? Alors que s’est-il passé dans ta jolie tête ?

Je sais bien que les relations ne se résument pas en trois catégories, que la vie c’est bien plus compliqué. Mais c’est parce qu’elle est compliquée et point facile à résumer en un billet, que je la propose ainsi : amitié, coup d’un soir ou longue passion ?

Amitié et cocaïne font super bon ménage. Tu ne connais pas la personne et pourtant une chose te lie à elle ce soir, la poudre. Tu partages une trace puis cent mots, tu ouvres ton coeur et libères tes paroles. Tu peux parler (au choix) de la prochaine soirée Die Nacht, de cette dernière fois avec un pote d’un pote que vous avez en commun, du nouveau remix de Natas Loves You. Soudain, tu as tellement de choses à raconter que ça se bouscule dans ta tête et, plus vite même qu’une request Facebook, vous devenez amis. Vous allez vous revoir, ce n’est pas du vent, parce que tu aimes la découvrir : musique, boulot, amour. En un soir, tu peux en dire beaucoup. Et puis, il y a (inconsciemment) le côté interdit qui peut être grisant, dans les chiottes du Rex ou sur la banquette du Glass. Tout te parait facile en amitié. Les relations sont fluides et intactes. Même le lendemain.

Le coup d’un soir peut être déjà plus absurde. Si la personne qui aurait pu être ton ami te séduit, avec une trace c’est encore plus explosif. Les bouches se délient pour une parole puis un baiser. C’est chaud, souvent moelleux, et même si cela ne va très loin au pieu, la passion est là. On dit des choses belles et enivrantes, on complimente, on est « in love ». Et on est loin d’imaginer que le lendemain on trouvera une pierre froide à la place du coeur. Le nombre de fois où je suis partie d’un appartement sans même que l’on ne me propose un café. Pourtant, hier tu me disais des mots d’amour…

Bref. De toutes façons, on oublie aussi vite qu’on ne l’a rencontré(e).

Si cela va plus loin qu’un soir, alors ça peut partir en live. L’amour se crée autour de la cocaïne. Parce qu’on ne connait pas l’autre sans. On ne l’a jamais connu sans. La relation chimique qui embellie les esprits et donne cette impression incroyable qu’à deux rien ne peut arriver de mortel. Comme on partage un verre de vin, on achète à deux un gramme. Passer une « soirée sans » ne s’envisage même pas, parce que c’est comme ça, elle rythme les vies et les coeurs.

Et quand on arrête, comme ça se passe alors ?

Niveau amitié, c’est le balayage ! On ne supporte plus les conversations obnubilées sur la poudre, les grands monologues, les impulsions virulentes. On devient donc plus précis sur le type de personne que l’on souhaite vraiment comme ami. Celle qui nous écoute, peut partager un café au soleil, nous soutient. Mais malgré cela, on accepte ceux qui consomment. J’ai été comme eux, je ne peux pas leur en vouloir, ni les juger, ni leur faire la morale. Ils arrêteront quand ils le voudront, eux.

Plan cul, ce n’est vraiment pas à discuter. Si l’autre en prend, qu’il en prenne, cela n’est pas en mon ressort, je m’en fous royal ! Mais ce qui est sûr, c’est que je demande un café le lendemain. Puis m’en vais.

Enfin, en amour, je dois dire que c’est autre chose. L’homme qui fera battre mon coeur, je ne pourrai l’accepter avec la cocaïne. Parce qu’un couple se forme à deux et non à trois.

MJF

Publicités

3 commentaires

  1. Très beau post ! je l’ai vécu et je confirme la réalité de la chose!!!
    Merci d’écrire pour nous tous qui avons arrêté et pour tout les suivants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s