Les effets indésirables de la cocaïne

Dont-be-a-Square

On parle très peu des effets indésirables de la cocaïne. Des sujets tabous que l’on n’ose aborder. Pourtant, il y en a, et c’est peu dire de les décrire comme infâmes. C’est la part noire de la blanche.

Si vous prenez de la coke, je pense qu’au fond de vous, vous savez exactement ce que je pointe du doigt. Pour ceux qui n’y connaissent rien, je vais tenter de façon la plus polie possible de vous décrire tout cela.

1 – La coke, ça fait chier.

Dans le sens premier du terme. Un rail — ou bien, seulement à la vue même de traces dessinées — et le transit se met en route. Sous ses airs de poudre bourgeoise, se cache cette horrible nature : la cocaïne semble être le laxatif le plus puissant connu à mes jours (mieux que le pruneau ou les fibres). Je ne vais pas vous faire un topos de trois pages sur le sujet, je pense que vous pouvez facilement vous faire une idée.

2 – La coke, ça donne des infections.

On sait que Kate Moss a dû se refaire le nez plusieurs fois pour l’esthétisme, mais aussi à cause des multiples infections de la peau et du cartilage. Des broches le maintienne désormais. S’il est infecté, le nez doit subir une biopsie et des examens divers. Quelle violence !

3 – La coke, ça fait maigrir mais seulement pour un temps.

Au début la coke semble nous donner une maitrise du corps. Les battements de coeur et la pression sanguine jouent sur la perte d’énergie et donc de poids. Imaginez, si 10 cigarettes par jour brûlent environ 200 cal, combien une ligne peut nous faire fondre. Sauf que, ce n’est valable que les premières années. Très vite, le corps s’habitue et retrouve son poids normal, voire supérieur. L’alcool prend le dessus, la bouffe aussi, avec les fringales le lendemain où tu peux manger comme quatre, un énorme plat de pâtes qui viendra te plomber le ventre et redescendre avec moins de difficultés.

4 – La coke, ça fait renifler et ça gratte.

Sans en avoir toujours conscience, une personne qui consomme a des sortes de tics très flagrants. Elle renifle et se gratte constamment le nez — les pieds et la tête, parfois aussi. Ces gestes deviennent si quotidien qu’elle ne constate pas qu’ils sont loin d’être naturels.

5 – La coke, ça rend con.

Qu’elle soit présente en soirée et qu’elle ait vocation de plaisir et d’échanges, ses fonctions recherchées finissent par s’inverser pour ne laisser place qu’à l’antipathie et l’isolement. Une superbe étude réalisée par des spécialistes zurichois, publiée en janvier 2014 dans la revue PNAS, montre sur un lot de souris piquées à la cocaïne, qu’elles finissent par, au fur et à mesure de leur dépendance, ne plus jouer entre elles. L’interaction avec autrui ne les intéressent plus. Elles ne sont qu’à la recherche d’un plaisir personnel, en quête de drogue. En bref, ça rend con.

6 – La coke, ça rend mytho.

Les gens sous cocaïne sont tellement imbus de leur personnalité, contrôlé par les excitants, que leurs histoires en sont décuplées, comme leurs idées. Ils pensent que le monde leur appartient et qu’ils sont hissés sur un piédestal. Forcément, ce maximum de confiance en soi amène à mentir, inconsciemment. Ils en deviennent mytho. « Tu gagnes 5000 par mois ? Eh bien… »

Publicités

29 commentaires

  1. Merci Juliette de ce  » retour » à Berlin où cette fois tout était lumineux.

    Je sais que tu as peu de temps à consacrer à ton site car tu en donnnes beaucoup à ton livre.

    Je voulais juste te demande ( vais sûrement t’écrire en MP) si tu as consulté un médecin pendant ta phase de sevrage.

    En fait j’ai suivi tes 10 conseils et ai arrêté pendant un mois et quelques jours puis ai repris et je me rends vraiment compte que j’ai du mal à  » recommencer le processus »

    J’ai bien compris que les Groupes sont à proscrire mais peut être connais tu d’autres lieux ou le professionel accompagne l’arrêt de l’addiction.

    Merci de ton aide et surtout merci de partager.

    Encore bravo.

    Alma.

    1. Bonjour Alma,
      non je n’ai consulté personne, je n’ai consulté que moi en réalité.

      Je sais que c’est vraiment compliqué.
      J’espère ouvrir le débat lors de tables rondes, de conférences ou autres.

      N’hésite pas à m’écrire.

    1. J’ai un proche,qui sniffe depuis plusieurs mois;après le cannabis;d’où saignements de nez très abondant,dans le lit,lit trempé de sueur…
      J’ai compris il y a peu:mais comment aider un jeune qui se drogue depuis ses 11 12 ans,et qui semble vivre sur une autre planète ?
      Des idées erronées,de la révolte,de la déprime ou plus ?
      vos conseils seront plus que bienvenus…

      1. Bonjour,
        Moi je prends de la coke depuis peu et c’est vrai que parfois tu peux saigner du nez.
        La coke malgrès ce qu’on dit ca rend addictif dans le sens scientifique: il stimule une partie du cerveau qui fait qu’on le percoit comme une récompense. S’il est bcp moins addictifs que d’autes drogues mais son effet de bien etre/confiance aide bcp dans notre société et puis ça a une bonne réputation etc.
        Concernant les sueurs durant la nuit c un peu préocupant, sentiment de manque ou peut être qu’il en prend – de 3 heures avant de dormir ? Il peut en parler dans des centres ou à l’hôpital.
        Si vous êtes de Paris il y a le COCEM (rembourser par la sécu ) ou le cente paumelle ( gratuit)

  2. Bonjour Juliette,

    C’est avec un plaisir coupable que tu je te lis. Jusqu’à date, j’ai réussi à cacher ma consommation à mes amies proche, ne consommant presqu’exclusivement qu’avec mon copain (qui m’a initié). Plaisir puisque je me sens moins seule lorsque je te lis.

    J’ai commencé il y a à peine six mois et je n’arrive plus à sortir sans ça. J’ai l’impression que je suis la seule que ça rend aussi fragile.

    Le lendemain, je ne peux faire autrement qu’être allongée toute la journée et à ne pas manger. J’ai les cheveux en bataille et je réussis à peine à prendre une douche. J’ai des maux de gorge depuis 1 mois, je hurle sur mon copain et je m’endors en pleurs. Je ne me reconnais pas. Je regarde le ventilo au-dessus de mon lit et je me demande s’il pourrait supporter mon poids…

    C’est comme si j’étais consciente de la vie que je manquais (les dimanches ;) ), mais que je ne me jugeais pas assez importante pour en faire partie. Ça met en branle un processus autodestructeur en moi que je peine à m’avouer. Je me dis que je n’arriverai pas à savourer pleinement la vie et je me convaincs en adoptant des comportements de merde.

    Merci.
    Par la découverte de ton blog, je me sentirai moins seule.

    1. Marie,

      Je lis ton commentaire et je me reconnais dedans. Moi aussi, c’est mon copain qui m’a initié. Disons que ça rend l’arrêt complet difficile puisque nous nous influençons. Ça fait presque deux ans que je consomme, de façon plus ou moins régulière. La coke ça gâche une vie de couple, et chaque matin je me suis réveillée déçue de moi, parce que j’étais en retard pour l’école ou le travail, que j’ai dépensée bien au-delà que ce que mon budget permettait, ou que je n’avais pas accomplis mes responsabilités quotidiennes.

      Cela fait deux jours que j’ai décidée d’arrêter. Je ne veux pas passer ma vingtaine à regretter le temps que je perds!

      Bon courage!

  3. Comment reagir face a une personne qui dit en orendre a occasion exeptionelle? Il y a un an mon copain a pris 2 ou 3 lignes en soirée pour son anniv… alors qu’il avait promis de ne pas y toucher puisque ceci etait du passé. Depuis il dit qu’il n’a rien repris. Comment croire? Comment etre sur qu’il y retouchera pas? On a des projets mais j’ai pas total confiance en lui du coup et me dit qu’il est possible qu’il en reprenne et me mentir encore. Merci d’avance si vous pouvez me repondre. Un detail je ne remarque aucun signe de prise (reniffler, grattage de nez, transpiration) depuis mais j’aimerais savoir comment on voit quand c pris?? Merci

  4. Bonjour,

    Mon conjoint est dans la spirale.
    Il prenait de la coke uniquement pendant les vacances puis en décembre, il a eu l’opportunité de s’en procurer facilement depuis c’est de pire en pire :
    Augmentation des prises entraînant mensonges, dépenses excessives, agressivité, paranoïa, dépression, prises de risques…

    En moins de deux ans, il a cumulé alcool, ensuite cannabis et maintenant la c. .. Et demain ce sera quoi ?

    Côté couple là aussi c’est la descente, avant très bon amant c’est maintenant très difficile d’avoir des rapports satisfaisants pour moi, il « bande mou » et oscille entre douceur et agressivité, son seul désir être contenter et ses jeux de rôle (je suis sa pute), à tel point que cela est en train de me dégoûter du sex. Il ment quotidiennement sur tout, s’inventé une vie, déforme la réalité, dénigre tout le monde…

    Côté professionnel il prend des décisions à contre-sens de la bonne marche du magasin (il embauche des personnes incompétentes juste pour son plaisir de séduction: une de ses ex maîtresses), de même il se rend très souvent chez le commerçant voisin qui lui aussi a les mêmes addictions, ceci devant les clients. ..

    Côté financier, même si nous avons la chance de bien vivre les restrictions sont tout de même présentes et les difficultés ne vont pas tarder, entre les dépenses addictives (whisky 15 à 20€/j, cannabis 1 à 2/jour, c entre 160 et 240€/semaine, les dépenses de deculpabilisation (cadeaux), les dépenses indirectes découlants de sa consommation (embauche inutile 70€/semaines, « arrosage » de diverses personnes juste pour faire genre pour passer pour un dieu)…

    Beaucoup de personnes s’inquiètent pour lui et nous tentons de lui faire comprendre qu’il faut qu’il se ressaisisse en partie en vain. Il sait qu’il déconne mais n’est pas prêt à arrêter pire à chaque fois il augmente les doses, fait tout pour que je le quitte et pour ne pas me perdre. ..

    Physiquement les signes sont là, perte de poids, visage et cou enflés, narines endommagées, lésions cutanées. ..

    J’ai 40 ans mon conjoint 50, sa consommation a commencée par une seule prise début décembre 6 mois plus tard il en prends plusieurs fois par jour c’est devenu vital pour lui.

    1. Merci pour votre témoignage, Luce! N’hésitez pas à m’écrire si vous avez des questions et sachez que déjà, que son entourage ait conscience de son addiction, est un grand pas! Courage, à bientôt

      1. Tout est question de volonté comme toutes les drogues. ..il faut avoir envie et tout le reste suit..avis perso

    2. luce ton commentaire me touche car j’ai vecu ca il y a 3 ans mais de l’autres coté (je suis un homme et c’est moi qui avais des problemes avec l’alcool et la c et plus la masturbation pas les jeux de role) , mais je dois reconnaitre que c’etais une sorte de mal etre dans ma relation avec mon ex ( 6 mois apres ) et une non communication, amplifiée GRANDEMENT par la prise de produit, desolé mais si il veut s en sortir ce n’est que lui, apres une fois la decision prise le soutien fais un plus grand bien, apres c’est super facile de repartir un bon plan et op un pote t’en propose une petite et c’est reparti, et dans ce cas la on oublie vite les erreur passé, le truc pourquoi pas quand on t’en paye une, mais ne prend ni liquide ni ta carte ( dur dans certaine soirée je sais prend 50 balles), et ca depend de son cercle d’amis si il a des potes qui en on tout le temps ce qui doit etre le cas et ben il vont lui en proposer tout le temps ( au moins pour payer leurs consos ) si vous avez un peu d’argent.

      enfin jen m’en suis rendu compte apres avoir presque touché le fond, et j’ai surtout eu des amis qui mon aidés a ce moment la ( pas mon ex et je la comprend ) mais bon courage a toi et ton homme

    3. mensonges, dépenses excessives, agressivité, paranoïa, dépression, prises de risques

      c et alcool c’est un truc typique et il faut qu’il fasse gaffe car ca va augmenter jusqu’au point de ne plus pouvoir travailler avoir une vie sociale ou affective

      fait tout pour que je le quitte et pour ne pas me perdre. ..

      signe qu’il a quand meme une conscience qu’il te fais du mal ( et a lui meme ), moi meme je n’ai pas su arreter ce truc avant la rupture ( un coup tu veux faire plaisir trois coup tes dans ton mond )

    4. Courage moi je l ai quitter il m a initié puis je viens d apprendre qu’il me trompe régulièrement il continue et l alcool le rend mauvais c est un cercle vicieux le mensonge et son quotidien courage s il n a pas le déclique de te perdre ou s’il S en fou échappé toi parce que sinon un jour pour supporter cette vie qu’il te fais mené ça sera toi qui sera à sa place !

    5. Je suis tout à fait d’accord avec toi …
      Mon ex et moi avions décidé d’emménager ensemble et il a dès lors décidé de me suivre dans ma ville.
      Je craignais qu’il travaille de nuit dans un bar (serveur) car je savais qu’il avait déjà été dans la spirale coke auparavant et que c’est un lieu propice aux excès.
      Mais voila chose faites il en prend quotidiennement et ça a ruiné notre couple. Le pire c’est qu’il cumule la cocaine avec le cannabis. Changement d’humeur, il était souvent agressif et fermé à toute discussion alors qu’auparavant on avait toujours mis un poing d’honneur au dialogue. Il saigne souvent du nez ça m’inquiète bcp, je l’ai déjà vu trois matins d’affilé saigner du nez, après ayant des horaires de travail différentes je ne peux pas être là à le surveiller.

      Aujourd’hui on se quitte, je pars à l’étranger étudier c’est une aubaine mais je suis malheureusement de l’issu de notre couple.
      Il a rencontré quelqu’un et j’aimerai qu’elle le motive à arrêter car ça me fait mal de le laisser dans cette état sachant qu’il a beaucoup de peine lié à son passé, il n’arrive pas à être heureux dans ce monde.

      J’ai essayé d’en discuter avec lui mais il me dit qu’il peut arrêter qu’il n’est pas addict. Mais bon, il évolue dans un milieu difficile au sevrage. Pour cela, il faudrait qu’au vu de sa nouvelle relation et je sais qu’il tient à elle, qu’il décide de rentrer dès la fin de son service pour la retrouver par exemple. Il préfère en plus de ça en parler a des gens qui sont susceptibles de le comprendre car j’ai juste gouté à la cocaine il y a fort longtemps maintenant.

      Bref, si vous avez des conseils à me formuler, je quitte bientôt mon appartement et j’aimerai tenter un coup de poker!

      Merci à vous

  5. J’me sens une grosse merde en voyant ce qu’elle me fait faire.
    La trahison surtout. pour elle je ment à mon compagnon, je le vole, je le trompe à tout bout de champ, je baise pour quelques traits… comment ai-je pus en arrivé là?
    Quelle oprobe, quelle décadence immonde. Que suis-je? Qui suis-je?

  6. Bonjour, moi cest mon conjoint et le pere de mon enfant…il a deja ete intinerant pendant 4 ans dans la coke,crack…il a ete obliger de faire une therapie pendant 2 ans,lorsque je lai rencontrer il ete en therapie,il a rechuté et le lendemain il demenageait avec moi,jai commencer a realiser que jetais une porte de sortie disons….2 ans et demi passe,fait des fuite a tout bout de champ,demande tjrs a en ravoir,nentre pas pendant des nuits,il aime plusbcette cochonnerie que moi et ca fait mal :( , jallais tjrs le chercher au centre ville..il delirait,jai perdu confiance en lui et je suis sure quil me joue dans le dos ,avant hier je lui annoncait que a la fin du mois quil doit se trouver un autre endroit, car jendure plus sa consommation et que jai mes enfants,et depuis cette soiree la avant hier il est parti sans revenir,je minquiete encore mais il a choisi cette vie je ny peux rien durant 2 ans jai tout essayer malheureusement je vais tjrs laimer malgré tout

    1. Bonjour Celina.

      Comme je te comprends, je suis Luce, j’ai « commenté » il a quelques mois.

      De mon côté la situation a empirer jusqu’à devenir un enfer, nous sommes passés par presque toutes les phases.

      Ce que je n’avait pas dit à l’époque est qu’il avait de multiples aventures sexuelles et une maîtresse qui n’est autre que son ex. Il a cesser les aventures mais sa relation avec son ex s’est renforcée, elle ne désirait que mon départ afin d’être de nouveau sa principale et le connaissant parfaitement (16 ans!) elle a su comment faire pour le manipuler à mon encontre; ils se manipulent réciproquement dans un jeu destructeur pour eux et pour moi. Elle prend de la C et piccole avec lui…

      Notre vie est devenue un enfer allant de phases acceptables à des périodes de souffrances horribles.

      Parfois nous partagions des moments magiques, ces moments étaient lorsqu’il ne prenait rien… Malheureusement de plus en plus rares et courts…

      Prise dans cet engrenage de l’amour et de l’espoir, je me suis oubliée, j’ai oublié mes enfants et je suis descendue aux enfers, j’ai été détruite au point de faire une tentative de suicide et je suis morte…

      Aujourd’hui le point d’orgue a était atteint, ces dernières semaines ont été la dernière descente, d’abord en pente douce pour finir en une chute vertigineuse en quelques jours.

      N’en pouvant plus de la situation, fin mars je le quittais un lundi, pour finalement rentrer le mercredi, jeudi retour de la violence, j’ai cru une fois de plus qu’il allait me tuer, il m’a étranglé si fort et si longtemps, j’étais terrorisée, samedi je suis appelée en urgence auprès de mon fils à 700kms, nous étions au magasin il m’a laissée partir (devant les autres il fait bonne figure, le conjoint parfait) la semaine passe, il me tel me dit qu’il m’aime… je tombe dans le panneau et rentre à la maison, il promet d’arrêter la coke et l’alcool le 1er avril en même temps que moi la clope. le 11 il cachait les bouteilles de whisky, la c est tres vite revenue également, un peu avant le sky, dans le même temps il quitte sa maîtresse, à partir du 26 la descente s’accélère, mes petits sont à la maison, il m’accuse d’avoir pénétré chez sa maîtresse et lui avoir laissé un mot il en aurait la preuve (mot manuscrit les écritures sont très différentes!) de jours en jours il s’éloigne pour m’annoncer qu’il me quitte, la vie est insupportable il m’espionne, ne cesse de me relancer avec des « pointes » de méchanceté, des menaces, m’accuse d’avoir mis son tel sur écoute… le 1er mai, à bout, je sort la 22, lexo donormyl et rosé; rédige un mot à chacun de mes fils; puis une gorgée un cachet, une gorgée un cachet… Par bonheur je suis tombée inconsciente avant de prendre le fusil et tirer ma dernière balle.

      Lundi 2 de nouveau dispute, je ne suis plus moi et ne vois que par lui, je m’accroche à la voiture il démarre et me renverse. Il passe la nuit chez sa maîtresse.

      Mardi 3 le téléphone sonne, il hurle que je lui ai volé 2000€ et la 22, me menace, j’ai peur, la lucidité revient peu à peu, un ami qui est présent constate que la 22 est là, par sécurité il la prend avec lui et surtout m’aide à prendre conscience qu’il faut que je parte de toute urgence. Peu après son départ de la maison mon conjoint arrive, il fouille ma voiture et me prend mes économies et part. Je réuni le plus d’affaires possibles et me réfugie dans de la famille.

      Aujourd’hui je suis sans un sous, je n’ai plus rien, j’étais complètement dépendante de lui.

      Mais aujourd’hui et à chaque heure qui passe j’avance de nouveau, je reviens à la vie, j’ai tout à reconstruire à moi de l’oublier, l’homme que j’ai connu n’existe plus, il est dangereux pour moi, il veut me détruire, m’entraîner avec lui.

      Soit forte Celina, tu as pris la bonne décision, ce n’est pas facile, pour nous aussi l’entourage c’est une désintoxication à faire. N’oublies jamais tout le mal et la souffrance que tu as enduré.

      Ces derniers jours j’ai surtout pris conscience que tout comme il me détruisais, j’étais à mon tour en train de détruire mes enfants…

      A quand les campagnes d’information des ravages de ces poisons? A quand le soutient pour l’entourage?

      1. Bonsoir,

        Je reviens ici et relis les messages du passé.

        10 mois ont passés depuis mon dernier message, depuis ma séparation. Des mois remplis de joies, quelques bonheurs, surtout 10 mois de douleurs, de pleurs, de sueurs…

        Se reconstruire après un choc pareil est horrible et ne pas replonger bien plus difficile que supporter l’enfer de l’entourage de la C.

        Je suis repartie de rien, mais j’avais tout car j’ai repris ma vie.

        D’une superbe maison ultra confort je suis passée par sdf et hlm, de patronne à intérimaire, de l’opulence financière à la misère.

        J’ai traversé des moments durs, la solitude, la faim, les sacrifices de ne pas pouvoir voir mes enfants (faute d’argent), s’est ajouté les évènements familiaux gros problèmes avec mes enfants, décès d’un proche…

        Je n’ai rien lâché au point que ces derniers jours mon corps commençait à lâcher, maux de tête permanents, l’anorexie qui revient et crise d’urticaire…

        J’ai toujours des nouvelles de mon ex conjoint, il semblerait qu’il ai arrêté la C et l’alcool (suite à une hospitalisation), il souhaite que je revienne et a reconnu ses torts.

        Aujourd’hui une embellie est là, je suis toujours intérimaire mais je suis enfin dans les bureaux; avec de la chance et du travail je ne remettrai plus les pieds à l’usine et dans deux mois je signerai peu être un cdi!

        Mon fils aîné a obtenu son bac avec mention et étudie en suisse, le second lui passes son bac cette année, pour les deux petits c’est plus difficile et le chemin sera long.

        Je prends le bon que la vie me donne à l’instant T et fais pour que cela dure. Je fais encore des erreurs, mais je tiens bon. La route est encore longue avant que je ne puisse vivre à nouveau normalement et je doute y parvenir un jour des angoisses que je pensais digérées réapparaissent, c’est ainsi je devrais vivre avec.

        Sortir de la toxicomanie n’est pas réservé aux toxicomanes, leur entourage également doit se désintoxiquer.

        Courage à vous tous, de quelque côté que vous soyez.

  7. J’aurai voulu avoir quelques reponses, hier soir j’ai pris ma première trace de c, lendemain saignement au nez + brûlures, gorge qui pique et je commence à avoir mal à l’oreille comme une otite est ce normal? Pas grave? Merci d’avance!

  8. Bonsoir j ai essayer une fois 2 ligne de cocaïne il a 2 mois et faire l amour avec trop top aujourd’hui je prend 1gr par semaine que je prend pour avoir cette exitation très forte et qui reste en moi toute la journée et quelques fois je ne prend rien pendant 2 à 3 jour je ne ressent pas le manque est ce normal que je ne ressent pas de manque et que je reste exitee tout le temps pour une si petite prise

    1. 1 gr / semaine ,ça devrait t alerter..ca finira mal si tu n arrête pas rapidement..lis les commentaires précédents,il n y a pas de fake.bonne chance

  9. Bonjour Juliette,

    Je viens de te lire, c’est la première fois que je tombe sur ce genre de blog… J’ai l’impression de me lire, je me sens moins seule, je suis en train de me dire que j’ai un problème que je n’osais pas m’avouer, de peur de ne trouver aucune solution, puis se dire d’arrêter c’est avouer être dépendante. Moi qui pensait être juste une consommatrice, de en temps en temps au départ, très occasionnellement, puis ELLE s’est installée dans ma vie comme un hobby, un passe temps, elle m’accompagne tout les soirs (1 soir sur 2) ou je me sens seule, elle m’aide toute les fois ou j’ai envie de parler, elle me fait sentir forte, elle m’aide à garder le contrôle, à oublier, voilà c’est vraiment ça, elle m’aide à taire toutes mes souffrances enfuies depuis si longtemps, mais elle me fatigue, je le sens, elle m’épuise, pour m’aider à l’éliminer, je prend des anxiolytiques, des somnifères. Je n’arrive plus à me projeter sans elle, vacances, nouveau job, soirées… Pourtant je la hais, elle me fais dormir des jours, des weekes end, me gâchent mes bons moments, si je n’avais pas de boulot, je pourrais dormir des mois et ne suis motivée que par ELLE. Pourtant je ne tape pas bcp, même pas un 1g par semaine, toujours le même rituel, rentrer du boulot, je vis seule, qq verres, j’appelle les qq copines que j’ai pour papoter, elles ne se doutent de rien, j’ai bcp d’amis qui en prennent mais occasionnellement disent-ils… Ils ont certainement le même problème que moi.
    Elle provoque une dépression, je pleure très souvent et pense à des idées noires. Par amour pour ma famille, je ne franchirais jamais le cap et je suis qqn de censée. Ce que je voudrais c’est être comme avant, avant ELLE quand je m’amusais et que j’étais moi. Désormais mes soirées sont rythmées par elle, je ne pense qu’à ELLE. Il m’arrive de ne pas prendre un soir mais c’est une soirée pourrie, ou je m’emmerde.
    Vos témoignages font du bien, si seulement j’avais lu tout ça avant, je n’aurais jamais essayer de ma vie.
    Merci Juliette

  10. J ai toujours eu peur des drogues dures telle que la C et dieu sait que j’aime faire la fête, picoler, mais la C Voir autre que le canabis que j’ai essayé jeune mais absolument pas aimé j’avais juré JAMAIS impossible!
    En plus je pensais que ce n’était que dans les films absolument pas dans mon quotidiens mes connaissances ou autres! Le père de mes enfants buvait me frappait ça a duré 13 ans, Et je trouve la force de le quitter dans une ville où finalement je ne connais personne, ma famille étant à plus de 1000 Km mais c’est p1s grave j’ai la force je le quitte !Finalement après séparation je commence à sortir à rencontrer des gens tres bien et qui tape de la C, je refuse toujours même si je sais que ce sont des gens bien ! Je reste fidèle à mes convictions … jusqu’à ce que je le rencontre lui « mon chéri » depuis 3 ans
    Le mec bien en place financièrement et professionnellement,avec des amis respectables (pas des tarés ou des paumés au contraire notables etc) et surtout vraiment des gens bien ( psychologiquement mentalement)
    Il me dit très vite qu’il tape de la C et m’en propose et je refuse mais il fait xe qu’il veut et un jour (J’avais tellement confiance en lui et surtout je voyais bien que ce n’était pas un drogué a crocs comme je pouvais imaginer) j’ai essayé et effectivement c est sympa et pour ma part toujours dans le partage et la communication enfin sur le moment parce qu’après je n’arrive pas à dormir et surtout angoisse !!une horreur ! Parce que forcément nuit blanche + angoisse je vous laisse imaginer les journées difficiles au boulot en semaine ou avec les enfants!
    Mais en fait le problème c’est que j’ai beaucoup de recul sur mon comportement alcool et C … Je suis toujours la même et surtout malgré les problèmes que je peux avoir, je suis très détendue et surtout j’ai besoin de communiquer et je livre mes sentiments que je ne dirai jamais par pudeur mais même si je parle beaucoup ( vraiment beaucoup) c’est dans le partage
    Du coup avec mon cheri au début c’était génial on passait des nuits tous les deux à parler et à se dire des choses qu’on ne se disait pas en temps normal! LE TOP
    Aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas
    La C à toujours le même effet sur moi, car je consomme moins et surtout depuis moins longtemps, mon chéri par contre qui n’a aucun recul n’a plus du tout les même attitude moi je parle et livre mes sentiments et lui agassé l’insulte me disant que je suis MOI perché et soulante
    Ce qui nous a rapproché au début est en train de nous séparer
    Le pires c’est que je reconnais quand des soirs je déborde un peu (mais rien de grave juste démesuré car sort à ce moment ce qui me pèse et que je n’ose pas dire normalement car je ne veux pas montrer mes faiblesse) mais juste besoin d’être rassuré
    Mon chéri lui pense qu’il bout et qu’il prend de la C et qu’il est toujours le même!an Aucun recul ….il est vrai que jusqu’à il y a quelques mois où avec ses amis ka différence n’est pas flagrante mais avec moi c’est le chaud et le froid
    Ce soir je vous écris car je ne saurai expliquer son comportement
    Agressif pour rien, me disant qu’il fallait que j arrête de boire de taper Parce que ce que je disais était complètement incohérent! Il m a insulté sans raison m’a menacé pour rien et si je voulais lui faire remarquer il fallait que j’arrête parce que j’allais trop loin( ça n avait aucun sens)et c’est de plus en plus fréquent
    Nous n’avons pas la même consommation journalière et surtout nous ne consommons pas depuis aussi longtemps
    Sa bipolarité augmente et du coup mes angoisses augmentent!
    Le problème c’est qu’il ne reconnaît pas son addiction
    De plus ses désirs sexuels dérivent totalement
    Je ne sais plus quoi faire … Je ne veux pas le perdre mais en même temps je ne veux pas me perdre Moi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s