11e conseil pour arrêter la coke

Capture d’écran 2014-12-04 à 14.00.15

Voilà, ce soir c’est Thanksgiving, soit en français le Jour d’Action de Grâce, et ce billet sera donc mon action.

Suite aux mails que je continue à recevoir et après grande reflexion, j’ai pensé à une autre méthode pour arrêter la coke. Je n’ai bien entendu pas eu le temps de la tenter, mais sachant que nous ne sommes pas tous pareils, peut-être cette solution, plus longue mais moins drastique que mes 10 conseils, vous aidera !

Dans un premier temps, tu viens de réaliser que tu n’es pas « complètement accro » mais que, les soirs où on t’en propose, tu ne parviens pas à refuser. Tu salives presque à l’idée de savoir qu’à l’anniversaire de ton pote, un tel sera là, ce qui signifie que la cocaïne aussi. Oh, une petite trace, simplement parce que la vodka me fait un peu tourner la tête et que je veux tenir des heures encore. Mais la petite trace se termine toujours en quatre, six voire plus… Donc si tu prends un soir, même si au début tu te disais « juste une ligne », finalement tu prendras tout ce qu’on te mettra sous le nez. Inutile de te battre contre toi-même, c’est ainsi. Après une trace, tu ne réfléchis plus et tu te fous de toutes tes nouvelles résolutions de clean-attitude…

Voici donc une autre solution, c’est une sorte de désintoxication pas à pas.

La première étape est de passer une soirée, une seule, une toute petite soirée sans cocaïne alors que tout le monde tape autour de toi. Juste une seule. Tu dois être fort pour cette unique soirée, répondre « non merci » à chaque fois, et je te promets que le lendemain tu réaliseras que ça n’était pas si compliqué en définitive !

Suite à cette soirée victorieuse, tu es donc prêt à te donner un but, un rythme et voir dans la globalité. Par exemple, imaginons que ton anniversaire tombe le 10 janvier — je propose cette date, parce que je sais très bien que tu vas te donner tout plein d’excuses pour taper ce soir-là (c’est ta soirée alors ne nous voilons pas la face et incluons-là directement dans la perspective). Donc ton anniversaire est le 10 janvier :

– Ton but (soit l’arrêt définitif) sera le 1er mars 2015.
– Ton rythme sera une soirée sans, une soirée avec, deux soirées sans, une soirée avec, trois soirées sans, une soirée avec… jusqu’au but.
– Et ainsi, tu vois les choses dans leur globalité.

J’ai un ami qui a réussi à arrêter avec cette méthode. Lui avait plutôt adopté le rythme d’un mois sans, un mois avec. A la fin, quand il était dans sa période avec, son corps n’en pouvait tellement plus de recevoir des décharges et lui trouvait stupide de réussir à tenir un mois sans puis de s’y remettre, donc il a fini par totalement arrêter. Et toi aussi, au bout du compte, tu finiras par te rendre compte que c’est vraiment idiot de réussir à tenir une soirée sans et de prendre la soirée suivante, simplement parce que c’était dit comme étant ton rythme.

J’espère que celle-ci te conviendra, si tu tentes cette méthode, n’hésite pas à me dire ce que tu en penses.

Je file à mon dîner, très bon Thanksgiving à tous!
Juliette

Publicités

9 commentaires

  1. Merci Juliette d’être là.
    Quand je te lis j’ai l’impression que tu lis dans mes pensées. 4eme mois sans cocaine à passer mes soirées la tete dans les coussins chez mes amis.. je n’ai tirs pas fait le tri dans mes amis et la simple vue de poudre m’est insupportable .. comment as tu réussi pour ne plus en avoir au moins envie ? j’ai l impression que quoi que je fasses je retomberais ..

    1. Au bout d’un moment (environ une dizaine de mois) je peux t’assurer que tu n’en auras plus trop envie. Ou du moins, ce sera presque imperceptible. Entre juin 2013 et janvier 2014, j’en avais très envie encore, mais ça baissait au fil des mois… Depuis janvier, je sais que j’ai eu deux cravings, mais c’est tout. J’espère moi aussi que ces désirs finiront par s’estomper complètement. Tu verras, au bout d’un certain temps, tu vas passer par une phase de dégoût! Et c’est à ce moment là que le tri s’opèrera, je pense. Bonne chance et tiens moi au courant. Juliette

  2. Échec total pour moi ce week end… J’ai tenu jusqu’à être ivre et puis me voilà parti jusque 8h du matin pour remettre ça des le lendemain 18h. J’ai limite l’impression que je dois passer par l’arrêt de l’alcool en premier…

    1. Si tu arrêtes l’alcool tu vas avoir l’impression d’être un mormon et frôler la dépression. A quelle heure as-tu tapé ta première ligne le vendredi ? Tu aurais dû partir 20 min avant de la prendre. Ce n’est pas grave s’il n’est que 23h, tu ne tiendras pas face a la blanche, donc mieux vaut fuir. C’est le 4ème conseil sur les 10 que je donne. C’est vraiment dur de quitter une soirée qui bat son plein, mais je peux t’assurer qu’au fur et a mesure tu seras bien plus fort psychologiquement! Courage!

    1. Je ne pense pas que l’alcool implique systématiquement un dérapage en mode coke. Perso je picole beaucoup (trop) et effectivement cela implique des dérapages bien stupides mais par contre, je n’ai jamais touché un gramme de C.

  3. Oui, l’alcool est un facteur déclencheur,,,,
    La meilleure arme est le plus la force de caractère,,j’essaye de récupérer cette force de caractère que j’ai perdu après 10 ans de consommation

  4. Kikou moi c’est Lisa, je dirais qu’en temps normal (oepss ça fait longtemps) je n’ai jamais vraiment été atirée par l’alcool parcontre dès que la Salope alias C est présente, j’ai un besoin compulsif de boire de l’alcool!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s