L’effet « nouvelle année »

Vous avez été bien plus nombreux à m’écrire cette nuit-là, surtout quand minuit a enfin passé. Il doit y avoir un effet « nouvelle année / nouvelles résolutions ». Certains ont préféré rester seuls pour ne pas être tenté, d’autres ont crissé des dents à voir tout ce monde courir se réfugier aux toilettes une fois le dîner avalé. D’autres ont baissé les bras… (mais il faut tirer le meilleur de ces rechutes pour réaliser le lendemain que ça n’en valait pas la peine, et surtout ne pas s’en vouloir. On finit par y arriver.)

Un lecteur m’a écrit « Mon meilleur ami est un méchant petit sac » — un autre encore « J’ai une maitresse, elle s’appelle Cocaine ».

Ce qui est assez bizarre quand on arrête la blanche, c’est qu’au bout du compte, on finit par oublier. Il m’arrive parfois de penser « et si toute cette foire n’avait été que dans ma tête ? Et si la C. n’était pas vraiment une perdition ? » Comme je ne traine plus vraiment avec des personnes qui tapent, forcément je suis moins exposée à ce fléau. Mais il suffit d’une soirée, ou bien de recevoir à nouveau vos messages, pour réaliser que la C. reste un vrai problème.

Mon nouvel an s’est déroulé dans un bel appartement du Xème. Des têtes bien remplies, des personnes cordiales et chaleureuses, une musique au poil. On a bien bu, on a bien mangé, c’était vraiment royal !

Puis, la cocaïne a commencé à tourner. Le salon s’est un peu vidé, chacun cherchant à prendre en catimini. Ce qui est vraiment dommage avec la coke, c’est qu’elle isole, parce qu’après une trace il faut parler. Donc forcément, les gens restent accoudés autour du miroir pour discuter, longtemps, de philosophie, de leur vie, de leurs amours aussi. Moi, j’avais bu et j’étais prise d’une irrésistible envie de danser. Comme je ne voulais pas attendre qu’ils aient fini, j’ai préféré les accompagner à la salle de bains — même si cela signifiait les voir à l’oeuvre. Quand ils tapaient, je tournais la tête. Quand on m’en proposait, je refusais, toujours avec sourire. On ne peut leur en vouloir : leur geste résonne de générosité, ils souhaitent simplement offrir, pour partager cette nuit de façon plus particulière, plus dévergondée et ainsi que tout le monde finisse à l’aube.

Quand je suis rentrée chez moi, le soleil n’était pas encore levé, aux alentours de 6 heures du matin, ce qui est assez tard finalement. Je me suis réveillée vers 11 heures, la tête barrée à cause du Champagne — je vous l’accorde — mais pas plus. Et j’ai pu profiter de ce premier jour de l’année, par ailleurs très ensoleillé.

A bientôt !
Juliette

Publicités

12 commentaires

  1. J’attendais ton post sur le nouvel an avec je dois l’avouer, une certaine impatience, car ce doit être le seul dont je pouvais deviner l’arrivée prochaine sur ton blog, à l’inverse de tes autres billets. Ceci dit, bravo! Tu es sur la bonne voie, peut être que le cauchemar sera bientôt totalement derrière toi, c’est ce que je te souhaite, en tout cas :)

    1. Bonsoir Tangfy,
      J’ai longuement hésité avant de l’écrire, parce que finalement, ca en devient presque « classique » quoi ! Nouvel an = Cocaine…
      Et puis je me suis dit que c’était justement à cause de cette raison que je devais le poster.

      Merci à très bientôt !

  2. Hello Juliette !

    Excellente initiative de ta part pour les gens qui sont tombés malheureusement dans cette merde. J’ai vu bon nombre d’amis partir dans des délires à base de MD et de C, à un tel point que je ne les reconnaissais plus les moments où je les voyais… Et ça fait assez mal en tant que personne extérieure de voir des gens qu’on aime partir seuls dans un endroit où ils poursuivent quelque chose de si éphémère et si peu gratifiant compte tenu des conséquences.

    Pour ma part, j’ai toujours été anti-drogue au plus extrême de cas, quand on m’en propose je dis un gentil « non-merci » mais quand on force où quand on a l’audace de me demander « est-ce que je peux préparer des para ? » chez moi en before… Je perds tout contrôle et je mets direct des droites. Je peux pas supporter ça. Et l’anecdote plus haut a renforcé ma haine des drogues quand j’ai vu partir en couille certains de mes amis les plus proches.
    Actuellement, je prends uniquement l’apéro et abuse un petit peu de la nicotine, mais rien de très grave. J’ai aussi failli perdre pied, seul, après une grosse rupture amoureuse doublée de soucis de dos avec quelque chose de dangereux : la codéine. 150mg par jour, ça te met mal. Et un matin je me suis dit « Merde, j’en ai ras le cul de passer ma journée perché au taf, je stop tout. ». Mal au dos certes, mais au moins, pas d’addiction. Car oui, un pauvre médicament pour soulager ma douleur physique, était devenu un substitut pour assumer la peine que je ressentais à ce moment.
    Grandir c’est aussi accepter la douleur.

    Bref, je salue totalement ton initiative, et je pense que je lirai ton bouquin avec attention. Etant souvent en soirée, j’en vois énormément, mais je sais que jamais je ne serai tenté, mais ça reste une expérience que tu partages qui selon moi vaut énormément en termes de développement personnel. Ce que tu peux raconter est extrêmement intéressant et je ne manquerai pas de partager ces écrits à mes proches ayant été affectés par ce mal de la nuit qui gangrène les soirées entre amis qu’on peut passer à écouter nos artistes favoris…

    Bises, et encore bravo, Mathieu.

  3. « J’ai 21 ans et j’ai perdu tout contrôle de ma vie »

    C’est la première fois que je lis un article qui m’as permis de voir les choses autrement, je sais même pas comment l’expliquer mais dans ce que tu dis je me vois moi a ta place. Ça donne vraiment envie d’arrêter mais en même temps j’ai toujours cette impression que l’ennuie va suivre l’arrêt de la drogue. Tout ce que je fais, toutes les relations que j’ai son tourner vers la c. Je suis étudiant en grande d’école et maintenant ça va faire 4 ans que j’en prend et pas seulement de la c. J’ai se besoin de tout essayer, et le problème c’est que j’ai aucune personne dans mon entourage qui se rend compte que l’on part complètement en couille, j’ai l’impression d’être le seul et en même temps j’ai l’impression d’être le pire de mon entourage!
    Revenons à ton blog, je viens de passer la soirée à le lire en entier d’une seule traite. J’ai rarement été captivé comme ça pour un article de ce genre, tu dégage vraiment quelque chose et tu sais dire les choses, tu arrives à prendre du recul et à poser les choses, ce que je dois sûrement pas savoir faire. Franchement bravo pour ce que tu as fait, et moi pourtant qui lit jamais je penses déjà à acheter ton livre. J’espère m’en sortir de cette merde et pouvoir arrêter tout cette décadence et excès en tout genre. Je ne sais pas vraiment pourquoi je laisse un commentaire ce n’est pas vraiment mon genre normalement mais je tenais quand même à te remercier, tu m’as permis de confirmer tout ce que je pensais au fond de moi et dont je pensais être le seul.
    J’espère avoir le même courage que toi et pouvoir continuer mes études.
    Je penses que la seule chose qui me bloque, c’est la peur de l’ennuie et du changement.
    J’espère rencontrer une personne comme toi, ce qui je penses sera la seule solution pour m en sortir…

    Je te souhaite plein de réussite pour ton livre et te félicite encore.

  4. Bonjour Juliette,

    Je viens de découvrir par hasard ton blog qui est vraiment très bien écrit.
    J’en prenais souvent à une époque mais depuis cela reste vraiment très occasionnel (1 fois par an et encore). J’avais vraiment l’impression ne pas savoir dire non, même si j’arrive à me fixer des limites … Je ne bois que très peu d’alcool car le goût me dégoute assez vite, je suis vite arrivé aux produits de substitutions.
    Je pense que j’ai réussi à ne pas être accros à cette drogue grâce à mes amis qui n’en prennent pas. (Même si je ne leur en ai jamais parlé, je pense qu’ils s’en sont douté)

    En tout cas bonne continuation et au plaisir de te lire.
    Félicitation pour ton livre !

  5. bonjour et bonne et heureuse année a toi et tous ceux qui te suive. j’ai découvert moi aussi ton blog par hasard et je dois dire que ça tombe bien, je vais suivre tes conseils le premier étant bien sur, d’effacer le numéro de téléphone de mon dealer, pour ce qui est de changer mes fréquentation, c’est beaucoup moins difficile car souvent je me suis poser une simple question, les fréquenterais je si je ne prenais pas de cocaïne ? au fond ils sont stupide, ça sonne tellement faux qu’en ils plaisantent et ils ne sont pas si intéressant que ça. souvent ils s’inventent une vie merveilleuse. Bref je ne vais pas régler mes comptes ici, mais aujourd’hui je n’ai pas peur de les « perdre » par contre c’est difficile de faire le bilan de ces années perdu, de se dire qu’on a gâché des amours, des amitiés des instants, de ne pas avoir pleurer quand il eu été bon de le faire et d’avoir ri quand il eu été bon ton de se taire, je me sens stupide et lâche d’avoir oublié d’être un Homme tout simplement. J’aime ton blog il est juste et beaucoup se retrouve dans ton histoire ce qui me fais dire que je ne suis pas seul et c’est chouette ! merci

  6. Bonsoir Juliette,

    J’avais découvert ton blog il y a presque un an, je l’avais parcouru… Quelque chose m’a poussée à retrouver l’adresse et à tout lire : la tentation, je crois.
    Comme beaucoup de jeunes, je sors très souvent, j’avale un cacheton de temps en temps. Mais la coke, j’y ai jamais touché, je trouve ça glauque. Et plus le temps passe, plus l’impression qu’il y en a partout, dans tous les recoins de toutes les soirées, même les plus innocentes. Sans parler de celles où personne ne prend la peine de se planquer dans la salle de bain pour aller taper. Je dis « non merci » de plus en plus souvent.

    Et souvent, j’ai eu envie d’essayer et tes textes m’ont aidée, non pas à arrêter mais à ne pas commencer.

    Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s