10 conseils pour arrêter la coke

Les conseils pour arrêter la cocaïne sont rares, voire inexistants, sur Internet… Alors s’en suit ma propre méthode. J’espère te donner les tips nécessaires. Si tu me suis à la lettre, ça devrait marcher !

1. Couper certaines fréquentations
Une des règles primordiales. La plus compliquée à mettre en place aussi. C’est dur de dire à ses amis « je ne vais plus te voir en soirée ». Mais c’est infaillible, du moins pendant quelques mois. Au départ, à mes premières tentatives, j’ai continué à fréquenter ceux qui consommaient, me disant que j’allais pouvoir résister. Mais le problème n’est pas nous, cela peut aussi être eux. Il est compliqué pour un consommateur de consommer seul : il avait l’habitude de partager avec toi, qui plus est si c’est un très bon ami. Alors il proposera, c’est sûr. C’est ainsi que je suis tombée dans le panneau et que j’ai rechuté. A ma troisième tentative, la dernière et la bonne, j’ai appliqué cette méthode et j’ai coupé les ponts avec au moins six de mes amis proches. Je les voyais plutôt pour déjeuner. Mais jamais après 18h…

2. Supprimer les numéros
A faire en premier lieu. Le problème c’est que les dealers ce sont des commerciaux qui changent de numéro toutes les secondes. Si tu leur as été fidèle, ton numéro est écrit dans leur carnet et à chaque changement, il t’enverra son nouveau 07. Il ne faut donc pas hésiter à leur envoyer des « STOP » et si ça ne fonctionne pas à les appeler (en général, il flippe et te laisse tranquille après).

3. En parler à ses proches
J’en ai parlé à tous mes amis. Je leur ai raconté mes souffrances et ma décision d’arrêter. Certains ont compris, m’ont épaulée et écoutée. C’est très important d’en parler, cela permet de concrétiser la situation et de rendre véritable l’action d’arrêter.

4. Partir tôt des soirées (voire les éviter) 
Dans la catégorie « je grandis » y’a cette idée de moins sortir, peut-être pour être moins tentée aussi. Mes escapades nocturnes parisiennes en club ou soirées appart’ se comptaient à l’époque entre cinq ou six par semaine. Elles se sont réduites à une ou deux. 

Sinon, quand je sortais, si les lignes commençaient à tourner, je m’enfuyais. Cela m’a value de partir parfois avant minuit, d’être triste de rentrer chez moi, mais c’était obligé: je ne pouvais pas me faire confiance encore. Mais n’ayez crainte ! ça ne dure qu’un temps. Maintenant, 4 mois clean, et je re-sors jusqu’à 6h du matin, ça tape dans tous les coins, mais je ne suis plus tentée du tout.

5. Faire les brocantes le dimanche matin
Quel bonheur d’avoir un dimanche ! Je ne connaissais plus cela depuis mes 19 ans ! Il m’arrive de me lever à 7h ce jour là parce que j’ai décidé de ne pas sortir la veille (un film au cinéma tout au plus) et d’aller me promener le long du canal Saint-Martin. Le ciel est frais, on croise des jeunes bourrés, c’est très drôle. Mais surtout, on vit ! Finis les fins de week-end de descente au fond du lit, à ne pouvoir rien faire et se morfondre du lundi. Le dimanche devient un jour exceptionnel, et je ne fabule pas !

6. Ne PAS fréquenter les Narcotiques Anonymes
Oh non ! Si tu veux déprimer, si tu veux pleurer alors vas-y ! Au début, je pensais que c’était une bonne idée, que j’allais pouvoir rencontrer des gens qui me donneraient de vrais conseils, des personnes cool et détendus, un soutien.
Mais en fait, c’est un hôpital psychiatrique ! tu écoutes pendant 3 heures des mecs clean d’héroïne depuis seulement 1 semaine, qui ont fait 6 tentatives de suicide ou qui t’expliquent que la vie c’est de la merde. C’est la déprime assurée !

(pour lire l’article Narcotiques + Anonymes)

7. Se souvenir des pires descentes
Souvent, je me suis raccrochée à des souvenirs désastreux, des images de moi qui rentre à l’aube total fracassée, de mes pertes de mémoires, de mes sautes d’humeur, de mes hurlements, de mes pleurs, de cette fois où j’ai eu peur parce que je ne voyais plus rien…

8. Faire du sport avant de sortir
Ah ! une des meilleures solutions, très mise en pratique par les mecs ! Faire du sport avant de sortir, genre le vendredi ou le samedi de 19h à 21h, ça permet de te détendre, de sortir tout le stress de la journée, de réfléchir aussi à ta soirée. Ca donne aussi beaucoup d’énergie. Je me suis rendue compte qu’après un bon footing et bien, le soir je buvais moins et mieux, pareil pour la cigarette et je pouvais sortir bien tard. A adopter au plus vite !

9. Regarder son compte en banque
Bon, je crois que tout est dans le titre…

10. Ne plus jamais y toucher 
Alors oui : cette règle est infaillible. Si tu y retouches une fois, même au bout de 5 ou 6 mois d’abstinence ou plus ou moins, tu vas replonger. Pour l’avoir tenté ! Je me disais « oh, une trace, pas plus, ça fait trois mois que j’ai rien touché, ça va aller… » et tu finis toute la soirée avec ta paille dans le pif, et le lendemain et les semaines qui suivent. Après — avec grand malheur — c’est toute une motivation à remettre en route…

Bonus : Arrêter de fumer
Alors c’est vraiment bonus, parce que déjà si tu as arrêté la drogue dure c’est chapeau ! Mais sache que d’arrêter la clope ça aide à ne pas recommencer la coke. La cocaïne appelle la cigarette. Si tu ne fumes pas, tu réfléchiras à deux fois avant de prendre une ligne, parce que là, double échec, tu fumeras aussi.  C’est un état d’esprit, être sain, prendre soin de son corps et de son cerveau.

N’hésite pas à me poser des questions, j’y répondrai avec joie !

Juliette F.

Publicités

235 commentaires

    1. Au fur et à mesure, on y arrive. Jamais la première fois. Mais on y arrive ;)
      A être enfin libre… parce qu’on pense que la cocaine nous libère mais en réalité, elle nous enferme.
      Sans elle, je suis maintenant libre.

      1. Salut Juliette, les réponses à tes conseils ne manquent pas et tous sont unanime y compris moi : t’as tous compris…..
        Mon problème est que je rechute en permanence, ma motivation me tient 4 jours max puis c’est comme si mon cerveau oubliait les mauvais cotés de la C pour se rappeler seulement les bons (qui sont très rare maintenant).
        je me suis promis mille fois que j’arrêtais mais j’y arrive pas. j’ai vu des psy, tenté des centres des AA, appliqué toute sorte de méthodes (dont tes dix conseils) mais j’ai l’impression que je n’ai pas assez de volonté. Bref j’en suis à 3 G par jour, compte en banque agonisant, santé bancale, perte de poids…..
        Le problème est que je ne sais plus en parler à mes proches car cela fait 200000 fois que je promets d’arrèter. Je ne me fais plus confiance surtout. Et ils ne font plus confiance non plus. j’ai une image catastrophique de moi.
        je voudrais en parler à quelqu’un qui m’aiderait sur du long terme. Et tu sais pourtant, j’avais arrêter un an et demi.
        on pourrait tchater de temps en temps tu serais d’accord ?
        c’est mon premier jour sans, il n’est que 11h21

        cfclb

        1. Bonjour CFClb
          Où en es-tu aujourd’hui ? Je vois que tu as déjà arrêté 1 an et demi, comment as tu fait ? Une personne de ton entourage, un travail ? Une modification géographique ?

          Tu peux m’écrire a moijulietteF@gmail.com je tenterai de te donner d’autres conseils.
          Bonne continuation
          Mjf

          1. C’est gentil de me répondre. Pour dire la vérité c’est la catastrophe dans ma vie. Je consomme à mort et ma femme vient juste de me quitter et de prendre un appart….
            joie de chez joie… Le pire c’est la C ne me procure plus aucun plaisir, je continue par habitude, par ennui, par facilité et pour lutter contre la fatigue accumulée de mes excès.
            Malgré tout, j’ai coupé le ponts avec tous mes dealers et je réessaye dès aujourd’hui . Il me reste deux enfants dont je dois m’occuper et deux sociétés à gérer. Je me dis que je vais vivre heure par heure.
            Lorsque j’ai arreté un an et demi, j’avais planifié cela car je partais dix jours avec des amis en vacances (des amis qui ne consomment pas). La période de 10 jours passées, ma femme est tombée enceinte et je suis passé à autre chose. Plus d’envie après plus ou moins 2 mois comme tu le dis dans tes conseils.
            j’ai repris une fois, j’avais des gros problèmes de boulot et familiaux et c’était par dépit…..
            cela n’a plus cessé et a agravé tous mes ennuis.
            je n’ai plus la volonté d’avant et pourtant je sature complètement de cette merde mais bon,
            je me dis que si je l’ai fait une fois et que j’ai vécu la plus grosse partie de ma vie sans C, je dois être capable de le refaire. On verra…

            BAT

              1. Hello Anonyme, je ne suis qu’à 1 g par mois depuis deux mois. Ce n’est pas facile. Je suis prête à parler avec toi si tu le veux (je sais très en retard mais je viens de découvrir ce site)

                En tout cas je pense fort à toi F

            1. Moi je veux bien en discuter ! Il semblerait que nous ayant une situation similaire. Je ne sais pas où tu en es à présent …

            2. Cher Anonyme, j’image qu’arrêter est extrêmement difficile pour vous,. N’en consommant que 1 gramme par mois en ce moment cela est dfjà dur. Je suis prête à en parler avec vous et pense à vous très fort F

              1. Bonsoir, je souhaiterais communiquer au sujet de mon addiction assez compliqué, es tu toujours sur le site? Merci de ta réponse

            3. Hello BAT, lorsque j’ai contacté les CA j’ai fait 2 séances et je m’ennuyais tellement que je me suis dit que ce n’était pas pour moi et comme par hasard je suis tombé sur un pote travaillant dans le même domaine…
              Famille, sociétés, maison, chalet, voiture, motos, vitesse, piloter mon avion, avoir de beaux enfants, être bel homme, avoir de l’argent, la fierté d’avoir des employés et d’une certaine manière rendre une famille heureuse comme je l’ai été moi-même et en 2006 rencontrer les démons pour finalement récemment rencontrer le diable en personne!! Depuis ne plus oser regarder une photo, se voir dans le miroir de l’ascenseur, répondre à des emails avec 3 jours de retard, commencer à stresser pour des problèmes de cash….
              Il y a 1 mois, j’ai demandé aux CA Genève de me trouver un ancien tox qui avait plus ou moins mon profil et surtout connu le diable; l’évolution des petits démons et lui parler. J’ai rencontré cette personne qui est abstinent depuis plus de 18 ans et quand il me parlait des soirées de folies et qu’il comprenait qu’il avait en face de lui qqun comme lui, qui le comprenait ses yeux brillaient. Il m’a dit qu’après 18 ans il ne faudrait pas qu’il se retrouve en face du produit car il ne serait pas certain de pouvoir résister…..wow cela fait peur.
              Bref, j’ai lu ton msg et j’aimerais beaucoup te rencontrer si jamais tu es sur la région lémanique…

              1. Salut , j’avoue que ton expérience est flippante . Surtout quand tu décris la lueur dans les yeux de ton interlocuteur après 18 ans !!!!!!!!!!!!! Wouahhhhh !!!!!! Me sent mal barrée . Je ne connais le diable que depuis 4ans et ne tape pas tout les jours. Avec mon conjoint on arrive à ne pas dépasser 1g par jour a deux ! mais à vrai dire ce n’est juste qu’une question de manque de fric ! mais là on sature grave ! Se trouver englué par sa propre volonté et en toute conscience ça fait vraiment mal ! Heureux les simples d’esprit ………..A bientôt j’espère

            4. L ‘ addiction à la C est très sournoise. Elle est un miroir qui reflète l’image que nous avons de nous – même, comme un révélateur de ce que nous pensons être, de notre rôle au sein de notre univers familial, personnel et /ou professionnel . Si tu es un actif avec beaucoup de pression et de responsabilités: elle te fait lâcher prise tandis que si tu as le sentiment de ne pas être à la hauteur, elle va t’accompagner à la mise en place de situations problématiques qui vont te conforter dans ta situation l’échec. ..bref, la loose

            1. Bonjour je suis actuellement en redecente soirée commence à 22h il es 7h solo ds mon lit àvec mes chat lol et en bad conciente des conséquence actuel c sa le pire et jai kk mm accepte jme dégoûte maman d’une fille magnifique de 10 ans j’en ai 30 et suis malgres moi dans le milieu de la nuit depuis 10anz gogo stripteseuse actrice porno j’ai tôur areter ya 1an mais continu les plan les plus pourri y compri escorte pour assumer ma fille facture loyer et tôut même à aider ma famille sans kil sache que j’en suis venu à me droguee autan pour digérer tout sa tres dur voila :(

              1. Bonjour anonyme.

                Vous savez c’est dur votre situation, pensez à votre fille, si elle apprends la nature de votre travail et votre drogue, elle sera détruite

                J’ai une solution : votre bonheur ou le diable!

                Vous êtes un être humain et vous ne devez pas adorer le diable mais le dieu!! Créateur des cieux cités dans le livre de Moïse, le livre de Jésus et le livre de Mohamed

                Prenez une décision irrévocable , ce n’est pas simple mais il faut être forte.

                C’est un défit , je l’ai fait et je me suis en sortie

                1. Bjr Zohra! Mon commentaire est tardif mais je souhaiterais vous parler en privé (messenger, ou autres…) Je suis dans une situation difficile, pourrais tu m’aider ?

            2. Bonjour je suis actuellement en redecente soirée commence à 22h il es 7h solo ds mon lit àvec mes chat lol et en bad conciente des conséquence actuel c sa le pire et jai kk mm accepte jme dégoûte maman d’une fille magnifique de 10 ans j’en ai 30 et suis malgres moi dans le milieu de la nuit depuis 10anz gogo stripteseuse actrice porno j’ai tôur areter ya 1an mais continu les plan les plus pourri y compri escorte pour assumer ma fille facture loyer et tôut même à aider ma famille sans kil sache que j’en suis venu à me droguee autan pour digérer tout sa tres dur voila :(

              1. bonjour, la solution cest le sport et une bonne hygiene de vie. Puis coupe les ponts avec les personnes qui touchent a tout ca. jetais un consommateur puis jai arreté et jen ai repris fin dannee je men veux tellement!!jen suis sur que tu es une super maman ta fille doit etre ta force et je sais que tu vas y arriver tu es plus forte que tout ca.
                fabian

                1. bonjour, j’ai 18ans peut être pas forcément le mieux placée pour te conseiller, mais tu devrais t’effrayer un peu, penser au choc dont ta fille serait victime si jamais à l’âge ou elle sera apte à comprendre qu’on lui apprenne que ça maman à fait un arrêt cardiaque du à la cocaïne.. en tout cas pense à tout l’argent que tu pourrais mettre de côté pour le bonheur de ta fille, car c’est chère cette merde! mais pense principalement à ta santé, c’est le + important pour moi. bon courage à vous tous

                  1. on peut avoir 18 ans et ne pas être totalement naif, mais par pitié Anthony, ne jamais jamais et encore jamais utiliser l’argent pour un consommateur de came dure comme argument pour arrêter…. La came dure on la stop quand on est mort ou lorsque l’on est fatigué de cette merde, mais rarement à cause du pognon… en toute amitié.

                    1. Moi ai du arrêter 8 moi en 4 ans et l argent que j’ai pus mettre de côté je l’ai fumé en 2 semaine après rechute. Plus d’argent égal plus de tentation

              2. dans l’enfer, le monde de la nuit je sais ce que c’est je suis danseuse, ca n’aide pas a l’arrêt de consommer de la C.

        2. Slt moi aussi je veu décrocher de cette merde et c dur g arrêter 1 an et g rechuter je veu vraiment en finir mais quand je sort c reparti

        3. cfclb, je te conseil de lire : « les 5 blessures qui empêche d’être soi-même, de Lise Bourbeau.
          Il est super chouette et peux vraiment aider à évoluer sur pleins de niveaux, sur celui de la drogue je ne garantie pas forcément, mais tu y trouvera j’en suis sûre des analogies comportementales qui pourrait t’éveiller ! Je te le souhaite ! Bien amicalement, Sébastien.

          1. Bonjour Sébastien,
            je te remercie pour ton conseil. Je vais acheter ce bouquin et le lire car effectivement, j’ai besoin d’avoir des réponses sur mes comportements et mes consommations et un support en matière de comportement.

            bat.

        4. Au secours c’est urgent aidé moi j’ai vu un ami de classe le prend il est jeune il m’a raconté un peu il est dedans depuis 5ans il vend aussi le truc à mettre dans une cigarette je veux l’idée comment y faire ????????

        5. Bonjour moi aussi j’ai du mal a stopper sauf que moi je la fume je native pas a stopper plus de trois jours ou pire quand j’ai de l’argent c est plus fort que moi je fil prendre un g ou deux pour la fumer et c un cercle vicieux il en FO toujours plus j ai l’impression que je ne m’en sortirait jamais même avec toute la volonté c est une spirale infernale j’ai 25ans j aimerai avoir des conseils

        6. Cc j’ai l’impression d’entendre mon mari à 48 ans c’est la même galère à dire vrai je n’y crois plus malheureusement il a tout essayé je l’ai beaucoup épaulé ont est allez jusqu’en belgique pour qu’il puisse ce faire aider je lis les commentaires sur internet et je ne vois aucune solution cela fait 20 ans Que cela dure il a beau essayé de décrocher il replonge c’est vrai il devient impossible d’en parler autour de soit y’a plus d’écoute c’est devenu normal pour l’entourage les parents qui ne font rien par sois disant impuissance et moi qu’est ce que je devrais dire je l’aime il n’a jamais été violent trop faible de caractère oui mais à toujours bosser c’est une très grave maladie et oui pour moi la véritée au plus profond de moi je n’y crois plus nous avons 2 enfants 23 et 18 ans elles savent que leur père ce drogue mais cela reste tabou toutefois la plus grande travaille en cdi dans le social (hironi) du sort et la deuxième et parti pour la même branche , ont parle souvent des personnes dépendantes mais j’ai l’impression non c’est pas une impression on oubli les proches merci de me lire cela m’a fait du bien de t’écrire je me suis confiée à un inconnu ça fait du bien en tout cas si ta besoin de parler vas y peut être que ça te fera du bien aussi et tu me donneras des réponses à mes questions pourquoi ne pas arriver à arrêter ses drogues dures

          1. J ai l impression de lire mon histoire j ai aussi 48 ans mon compagnon en a 46
            il est independant et tres travailleur . le declencheur fut un client particulierement difficile qui a engendrer chez lui une perte de confiance en lui et un sentiment d inferiorité . il est tombé dans la cocaine et l alcool depuis 2ans .
            maintenant il veut s’en débarrasser mais rien y fait il rechute avec comme consequence une grande culpabilité sans coté le coté financier.
            Je suis moi aussi tres affectée ainsi que ma vie et je pense quelque fois a la separation.
            cela me fais t du bien si l envie de correspondre avec moi vous tente j en serais ravie .merci

          1. Bonsoir Juliette, je cherchais désespérément un bloc comme le tien. Je suis très mal en ce moment, j aurais aimé pouvoir discuter avec. Une anonyme compréhensive. En tout écrivant sur ton mail, tu comprendras. Merci d’avance si je peux te écrire. M.

          2. Voilà mon histoire, j’ai rencontré mon mari il y a 11 ans il m’a vite avoué qu’il lui arrivait de prendre un 1G de temps en temps j’ai très vite voulu essayer car je voulais comprendre la sensation que ça lui faisait, malheureusement pour moi j’ai trouvé ça génial donc nous avons commencé à consommer en soirée puis de temps en temps à la maison pour se détendre et voilà comment a commencer notre addiction comment vous dire au début c’etait juste topissime on sortait on prenait et on aimant ça et quand on était parti on arrivait plus à s’arrêter il nous est déjà arrivé de prendre 5G sur une soirée, mis à part nous personne n’est au courant le problème c’est que l’un entraîne l’autre quand c’est pas lui qui craque c’est moi… je tiens à préciser que nous avons toujours travaillé et que nous ne nous sommes jamais isolé du monde extérieur nous avons même une vie social assez sympa, PERSONNE ne se doute de notre problème, après quelques années nous avons eu une magnifique petite fille et nous nous sommes fortement calmé dans notre consommation et puis nos démons on repris le dessus nous consommons plus où moins 2 fois par semaines (1 ou 2 G pour deux) ça fait partie de notre vie nous avons déjà essayé d’arrêté mais nous craquons à chaque fois en général nous consommons le wk mais il arrive parfois que nous prenions 1G milieu de semaine, je tiens à préciser que notre fille ne manque de rien nous lui donnons une très bonne éducation j’ai tout pour être heureuse sauf ce poison qui je pense un jours auras un sale impact sur ma santé et celle de mon mari je voudrais tellement arrêter mais comment ? Ça fait 10 ans, nous sommes deux et pour arrêter il faudrait pour bien faire quitter l’homme de ma vie… J’avait juste envie de partager mon expérience, si quelqu’un a une solution miracle je suis preneuse mais bon…

            1. Merci pour ton témoignage qui reflète bien ma situation.
              Mon conjoint et moi même sommes ensemble depuis maintenant 3 ans quand nous nous sommes mis en couple nous consommions déjà chacun de notre côté jusqu’à plus de 3G toute les deux nuit ( nous sortions tout deux de relation amoureuse différente et difficile c’était une période un peu noir où l’on manquait de repères) Lorsque nous nous sommes mis ensemble nous avons grandement ralenti pour construire notre foyer ( je précise que jai un petit garçons de 5 ans qui comme toi ne manque de rien, nous somme socialement intégrés nous travaillons tout les deux et avons des amis qui ne consomment pas du tout) cela ce limite aujourd’hui à un ou deux gramme a deux par week-end. Le problème es qu’aujourd’hui nous avons du mal à résister à ne pas appeler le vendredi soir nous le faisons pour se détendre relâcher la pression mais surtout par habitude. Nous nous entraînons l’un l’autre sans vraiment le vouloir avec comme prétexte de se détendre . J’ai peur de l’issu de cette situation et de la tournure que les choses peuvent prendre les choses . Comme tout les consommateurs je sais que ce que je fais est mal. Je sais que nous devrions arrêter d’autant plus que nous prévoyons d’agrandir notre famille nous avons tout pour être heureux. On a cette illusion que la coké nous rend heureux le vendredi soir et malheureux jusqu’au milieu de la semaine prochaine ou que l’on recommence .

          3. bonjour mon fils se drogue il a 29 ans et j’ai parlé avec lui de son addiction a la coke j’ai trouvé des cuillères noircies et oui il dit qu’il déconne depuis un bon mois mais que faire pour l’aider merci de m’éclairer

      2. Bonsoir à tous

        Si seulement cela pourrait vraiment Marcher ca fait 3 ans et j’arrive pas à arreter
        Cela effectivement te renferme mais comme tu dis si tu y es arriver c’est que ya de l’espoir
        Si ça interresse envie d’en parler car ta que ca qui peux je pense aider
        Faftou

        1. désolé mais le fait que certains arrivent à quitter la coke, le crack ou autre came dure n’est en rien un espoir pour toi. Combien vont avoir une vie misérable, sans intérêt , vont mourir, vont finir seuls , vont regarder derrière eux et avoir d’immenses regrets et d’autres auront une belle vie. Le fait que certains se fassent une belle vie n’est en rien un espoir pour les autres , simplement une réalité génétique qui fait que l’on est programmé pour être heureux, riche, pauvre, esclave, patron , beau ou moche et drogué ou non…. Désolé mais trouver l’espoir en regardant les autres est un leurre total…

          1. Salut Steve4u, la réalité génétique existe mais tout comme l’alcoolisme, certain fils ou fille d’alcolique fini ne consomme pas une goutte d’alcool et on décidé d’etre heureux.
            Des gens changent de vie chaque jour de manière radicale. IL faut lire des bouquins comme ‘ »pouvoir illimité » par exemple qui explique que le cerveau est programmé comme un ordinateur, que l’on peut en faire un reset et le reprogrammé. Bref pas fataliste comme tu l’entends. Mais ce n’est que mon avis.
            bat

      3. Salut, j’ai besoin d’une interview de toi ! Je prépare un doc sur le sujet ca sera évidement anonyme si tu le désire :) Réponds moi vite ! Sacha Guitton

      4. bonjour juliette,
        je trouve ton blog remarquable,les temoignages sont poignants et tu est toujours presente. ce blog est realiste ,je suis ancien consommateur javais arreté pendant 1an et la jai fait une petite rechute, du coup jai repris les entrainements intensifs car ca me procure de landorphine et on oublie plus facilement cette poudre de m****. En tout cas je viens juste de decouvrir ton blog et cest avec plaisir que je passe du temps dessus …ton livre a l’air tres interressant et intriguant…je vous souhaite a tous une belle journée.
        fabian

        1. Bravo Fabian, j’aime le ton, le style et le contenu de ce que tu as écrit sur ce blog et le commentaire en particulier.
          Un blog c’est top uniquement si il est vivant comme celui de stop tabac à Genève qui m’a permit de tenir 8 mois sans clope… bon après 6 ans de snif (à Genève c’est juste aussi courant que de boire une binch) j’ai découvert très malheureusement la base en fumée froide. et je pense que si l’héro que je ne connais pas est insidieuse alors le flash que procure le fait de fumer la base (crack aux USA) c’est juste la rencontre avec le diable. Disons l’héro c’est dealer avec les démon et fumer la base c’est rencontre avec le diable en personne. Cela fait donc une année et j’aimerais prévenir le plus de monde possible que le flash est tellement génial qu’il ne faut JAMAIS le connaitre…Bisous à tous, Steve

      5. Merci Juliette j ai lu le livre C et l’ai trouvé très bien,je retente pour la énième fois de décrocher mais c très très dur,je vais bientôt être papa et j espère avoir et trouver la force dans cette belle aventure!

      6. Mon compagnon ne sort pas le soir et il consomme la journée..le soir quand il vas me chercher à la gare, je sais quand il l’a fait..et en plus il y a le wisky..je suis désespérée..

      7. bonjour Juliette j’espère que tu vas bien je vois que ce poste date un peu.
        Voilà Ca fait 7 ans que je suis avec mon compagnon nous avons une fille de 4 mois.
        Moi je n’en prend pas c’est lui il a souvent arrêter 6 plus ou moins une fois il a arrêter 1 an il pensait ne plus y retoucher depuis juillet 2015 mais la depuis la naissance de notre fille il en a pris deux fois 1g je sais que ce n’es pas grand chose mais voilà Ca nous pourri la vie et surtout je ne veux pas de cette vie pour ma fille car quand il craque il rentre pas pour pas qu’on le vois comme ça c’est dur a vivre , fin 2014 il est vraiment partie en vrille c’était 3G voie 4 plus par jours on s’était même sépare 1 mois puis il avait arrêter jusqu’à juillet 2015 où il en a trouver un dans les wc a une soirée puis la deux fois il a craQuer en l’espace de 2 mois.. Je me dis que si il veut vraiment il peut arrêter car il l’a déjà fais 1 an et maintenant y a notre fille bref je suis perdu entre le quitter chose qui me fais horriblement mal ou espère qu’il arrête …. Mais si il arrête pas je le quitterai tôt ou tard je veux pas que ma fille grandisse entouré de Ca!
        J’aimerais avoir l’avis de quelqu’un je n’ose pas en parler à ma famille ni à mes amies

      8. moi C plus avec l’héroïne kG 1problème la coke je touche pu depui lontem (mem si j’en voi)G essayer traitement en force mais jreplonge plus une istoire d’habitude (sa fait 10ans)le pire est ketre defoncer m’attire pu depui lontem mé c’est le manque ki me bloke…merci de ta rep et très bon site bravo à toi

      9. Bonjour, 1ère fois que je me confie sur le net, ya quelques mois je vs ai lu, ça m’a aidé, je suis bien entouré de précieux amis, ils m’aident ils consomment aussi mais très peu, et surtout à cause de moi en fait, là mes amis sont en colère, ont a établi des règles, je leur et fait du mal mais ils sont là,présent, prêt à menchainer ou me balancer au flic ou au médical c’est notre pacte.
        Sinon jen suis au point de taper seul sans alcool juste du son et parler sur le net au tel et dire ces choses ou prévoir des attentions à ceux que j’oublie ds la vie bref que des choses éphémères dont je ne tiens pas la paroles à la fin.
        Si j’en prends je ne dors pas pendant 2-3 jours, ni manger ! J’ai beaucoup maigri déjà que je suis fin à la base et très complexe par mon physique.
        J’ai un très gros mental, je me le suis prouvé dans le passé (avec l’alcool-et d’autres épreuves de la vie) Je suis quelqu’un de perfectionniste ds la vie et sévère exigent envers moi même, la solitude ne me fais pas peur au contraire c’est grâce à elle auparavant que j’ai atteint un niveau de sérénité que regrette aujourd’hui, je sais ce que je dois faire pour m’en sortir je connais la méthode, je me remet en question constamment, et je vois mes erreurs, les regrets s’accumulent jusqu’à une limite franchie. Je n’ai pas de limites à cause de la perte de mon père très tôt, jsui allé ds les extrêmes jusqu’à qu’un truc grave arrive pour définitivement changer,par exemple perdre le permis pour alcool…
        Aujourd’hui avec cette merde, s’il je franchi la limite, je perds ma famille, l’honneur, mon travail, j’ai une famille très nombreuse et j’ai bien réussi ma vie, je suis l’exemple pour mes neveux et nièces et la fierté de ma mère. C’est ça qui m’aide bcp. Et me fais peur !
        Je vais y arriver je le sais, le combat est rude contre son âme, je précise que j’ai une vision de la vie qui est croyante voilà pourquoi certainement vs avez trouvez mes écrits bizarre

      10. Je te félicites pour ces trés bons conseils …!! Je pense que cela va motiver et aider pas mal de personnes … J’ai connue ces moments difficiles assez jeunes, et je suis trés fiere de m’en etre sortie sans aides de personne, juste de s’eloigner des gens nuisibles et de travailler ou s’occuper intensément …!! Cela fait plus de 15 ans mais quand je croise certaines de mes anciennes fréquentations je me sent super orgueuilleuse ..!! C’est difficile les premiers temps mais ça en vaut la peine !! Courage á tous

      11. Parmi vous y en a t-il qui ont fumé du crack -coke + médocs- j’ai trouvé çà bien bon et je suis tombée dedans. Maintenant cela fait presque 2 ans, mais je n’en prends pas tous les jours, ni régulièrement; Ca dépends de mon porte-monnae. Je voudrais arrêter complètement cette merde,qui ne me rend même pas si bien que çà en fait. J’ai arrêté 1 mois entier, pensant que cela me remettrait au niveau 0. Pas de bol, lorsque j’en ai repris au bout d’1 mois, j’ai reconsommé exactement les mêmes doses. Donc j’ai vraiment peur de mal finir. Y – a-t’il quelqu’un qui pourrait m’aider ou qui possède une expérience similaire. Merci

    2. Bonsoir bon mon mec fait de la coke mais qu’on je parle avec lui de sa il me change le sujet et il n’aime pas trop parler et il me laisse pas comprendre qu est ce qu il a

    3. Bonsoir bon mon mec fait de la coke mais qu’on je parle avec lui de sa il me change le sujet et il n’aime pas trop parler et il me laisse pas comprendre qu est ce qu il a en plus sa fais pas longtemps qu’il m’a dis à

    4. Bst.sa.fait 2.mois.qie.je tape tout les.jour.nerveu.voir.un.g par.jour.ou pkus je.voudrai.tt.fairenpour areter mais.comment.

    5. moi ca fait 12 ans j’ai tout esayer je replonge tjrs j’en peut plus j’ai envie de mourire des fous

    6. bonjour j’ai un ami qui est accro depuis 8 mois ,je ne veux pas le laisser comme ça je veux l’aider mais je ne sais pas quoi faire . je ne sais pas ce qui ce passe dans sa tête mais ça me tue de le voir dans des états pareil ,que puis je faire pour l’aider ?

    7. Vini,

      Bonsoir , je suis une maman d’un enfant de 5 ans et je consomme!!!!. Je n’en peu plus j’ai tellement envie d’arréter mais le pire est que qu’en ce moment dés que je n’en ai plus mais décisions ne tiennent plus dans la seconde!. Ma famille est au courant et j’imagine on peur pour moi et surtout mon enfant. Je me dégoute!!!. Mais là je veux et vais ARRETER cette merde car en plus je prends les 2 éroine et cocaine!.

    8. Excuse-moi je réponds à Juliette plus particulièrement tout ce que tu dis est vrai c’est comme ça qu’il faut agir sans aucun doute mais de le mettre en place et de pouvoir surmonter toutes les propositions toutes les personnes autour de toi qui prennent ces conneries en gros comment faire !? Sachant que la plupart de tes amis touche a ces conneries c est une une drogue qui te bousille la vie comment expliques-tu qu’un mec hyper actif prenne cette merde et sois au plus bas de soi-même alors tu vas me dire que cette personne en question a certainement pris de la merdes sauf que j’aimerais vous dire quelque chose tout ce que vous avez pris jusqu’à aujourd’hui et de la merdes même si t’as eu des bons moments !!! Il n’y a riens de bouleversant chaque produit se ressemblentce qui est le plus triste c’est de dépenser de l’argent dans cette connerie vous voyez aujourd’huitout ce que j’ai ce que je vous dis je le pense vraiment mais c’est tellement difficile quand tu baigne dedans alors est-ce qu’on est rendu au point d’oublier ses amis et personne avec qui on vit au quotidien avec qui on peut éventuellement travailler pour cette merde voyez-vous jusqu’à quel point cette chose peut prendre possession de nous en dehors de la défense Elle prend possession de votre cerveau moi qui travaille en restauration parfois il m’arrive de servir des café j’amène du sucre à table il y a du sucre écraser et bien jai l’impression de voir cette merdes je sais pas ce qui nous rend content ce qui me donne envie de vouloir prendre ça peut-être pour oublier quelque chose c’est certainement ça mais en tout cas il y a une chose dont je rêve aujourd’hui c’est de ne plus côtoyer ce milieu qui n’est pas le miens mais il est dur de pouvoir réaliser ce rêve sachant que je travaille en restauration et que nous vivons essentiellement la nuit ça m oblige à quoi À rentrer directement chez moi à ne plus sortir j’aime ça mais c’est dur de se priver parce qu’on a peur !!! Je n’en prends pas tous les jours contrairement à certaines personnes qui doivent se poser plus de questions que moi j’en prends environ toutes les semaines au mois une fois mais pour moi c’est déjà trop ça veut dire que il y a quelque chose en moi qui a pris possession et ça ça me déplaît Il y a un an je ne connaissais même pas ce que c’était je n’avais jamais pris une fois que tu goûtes c’est la misère si tu est excessif en plusalors là c’est sapin de Noël plus cadeau tu es capable de mettre 500 balles pour une soirée à la con juste parce que tu veux te faire plaisir je trouve ça très intéressant de pouvoir s’exprimer ouvertement auprès de personnes qui connaissent ce problème qui aime malgré tout cette drogue car elle est bonne Ça aide à s’exprimer et à dire ce qu’on pense ça vous soulage mais en réalité vous êtes bien meilleur que quand vous prenez ça en fait tout simplement vous n’en avez pas besoin comment expliquez-vous que une personne hyperactive comme moi qui travaille un peu près 15 heures par jour qui a Le courage puisse prendre cette merde je vous arrête jamais au travail cette drogue prends possession sur moi à partir du moment où je prends soirée Qu il y est trois ou quatre je suis cabable aller jusqu’au bout mais si je travaille le lendemain et ça c’est ce qui a été le plus dur c’est de ne pas avoir de limite mais comment veux-tu avoir de limite quand tu commences tu termines c’est la devise voilà je voulais vous faire part de mon expérience par rapport à tout ça aujourd’hui je veux arrêter car je ne suis pas moi-même je suis même plus stressé que d’habitude ça ne me met pas dans mon état de joie et ça me coûte très cher peut-être parce que je suis jeune et que je me pousse à me limite aujourd’hui je subis car il y en a partout même quand je passe une soirée tranquille je rencontre quelqu’un qui en a c’est l’horreur tous les conseils sont bons à prendre mais ce soir je vous ai dit tout ce que j’avais à dire et pour revenir à Juliette Je vis exactement la même chose que toi sauf que moi là où je vis dès que tu seras un pied dehors on te parle de ça tu vois par exemple revoir un pote que t’as pas vu depuis longtemps Et qui arrive quand même au long de la conversation à te parler de ça tu déprimes parce que en fait tu te rends compte que tu ne vas pas t’en sortir alors que faire rencontrer une femme qui vas te remettre en place Ça c’est possible !!! ? je crois que cette merde prend le dessus sur beaucoup de choses!!! Mais regardant la vérité en face aujourd’hui la vie est tellement merdique on nous Barratine tous les jours si on met la réalité en face est-ce qu’on a vraiment besoin de ça non !!! Mais avec tout ce qu’on nous inflige et tout ce qu’on nous Barratine on essaie juste d’oublier sauf qu’en fait on arrive à oublier mais en oubliant ça nous détruit je souhaite rencontrer toutes les personnes qui ont une force de caractère et qui ont cette chose qui leur permet d’être différent sans cette drogue et surtout les gens qui sont différents sens tout ça mais qui sont déprimés quand ils prennent cette chose c’est cool de pouvoir dialoguer comme ça j’avais ça à dire en tout cas tout ce qui sont là et qui est au plus haut qui vont lir c’est cool de pouvoir dialoguer comme ça j’avais ça à dire en tout cas tout ce qui sont là et qui sont là et qui vont lire et bien je vous souhaite le plus long et le plus gros courage pour vous sortir de tout ça et j’espère que votre vie sera meilleure nous on a pas besoin de ça tout ça a été créé pour nous faire foute sont là et qui vont lire et bien je vous souhaite le plus long et le plus gros courage pour vous sortir de tout ça et j’espère que votre vie sera meilleure nous on a pas besoin de ça tout ça a été créé pour nous faire fauténe perdez pas espoir et battez-vous effacer tous les numéros si il faut et sortez vous de cette merdes qui nous bousille vous souhaite une bonne soirée à bientôt

    9. Salut Juliette,
      Je m’appelle Stefano. Je trouve super ce que tu as écrit.
      Moi j’ai pris de la cocaine pendant 6-7 ans les week-ends.
      Il y a 6 mois j’ai arrêté. Il y a un mois on m’a annoncé que je devais vite venir à l’hôpital parce que ma maman allait mourrir…… J’ai pété un plomb et j’ai repris 3g en plusieurs fois.
      Je sais que c’était vraiment pas la solution. J’ai trahi mes promesses à mes proches.
      Je comprends que mes proches me croient plus. Mais c’était juste une grosse connerie.
      Je ne ressens plus le besoin d’en prendre. Mais je suis complètement perdu de ne plus avoir la confiance de mon amie .
      Je ne sais plus quoi faire……..
      J’avais besoin d’expliquer ce que je vis actuellement. C’est horrible.
      Merci d’avoir pris un peu de temps pour me lire……
      Et courage à tous ceux qui ont envie de s’en sortir.
      Stefano

    10. Bonjour je viens vers vous parcque Une personne de ma famille a un gros problème avec la C… , il veut pas discute pour ça avec nous et même il veut pas que on sache, il consomme tout les week-end et je sait que il est pas capable d’arrete , je sait pas comment l’aide et j’arrive pas lui donne des conseils au lui parle de ça mais si vous pouviez me donne des conseils au comment sa femme peut l’aide merciii

  1. Bravo! T´es doublement courageuse, d´avoir arrêté et de vouloir aussi partager ton expérience avec les autres :) c´est cool, je te souhaite une longue vie (sans merde dans ton corps).

  2. Se remémorer les descentes : « descente au fond du lit, à ne pouvoir rien faire et se morfondre du lundi » ; C’est affreux, rien que d’en parler cela me fiche le bourdon… Je ne veux plus jamais revivre cela…

    1. Oui c’est exactement ça le pire! Ces descentes…. Il faut y penser. Ca me retient un temps…et puis après c’est plus fort que moi, cette pulsion s’empare de moi. Et voilà… Maintenant je suis mal… Je vais pas dormir et demain faut assumer….

  3. Bonjour Juliette,

    tes conseils sont très beaux.Je te remercie pour cet article, même si je ne suis pas un fumeur de coke. Que ton année soit belle !
    Djo

  4. Juliette,

    Pratiquer un atelier du rire (comme je le fais chaque mardi soir) c’est juste génial.
    Pourquoi pas un 11e conseil ?

    Bisous,
    Djo

    1. Djo je valide a 150% ton idée! Rire que c est bon, c est ce qui guérit de tout :)
      Pour ça il faut pouvoir y accéder a cet atelier. Comment ça fonctionne stp?
      Malheureusement, notre système donne des solutions trop impersonnels et bidons pour résoudre ces addictions… Médecin, psychiatre, médocs, pseudo réunion anonyme… tous les anciens ou consommateurs actuels pourraient mieux comprendre si des assos de prévention, de partages d idées, des rencontres avec des thèmes diverses ( atelier du rire, orga d activité sportives et relaxantes, sans oublier la musique!) sans m égarer je respecte les gens qui se battent et qui veulent y arriver. Suis moi même dans un combat depuis 3 ans et les réactions de chacun sont si instructives. Ça fait du bien… Merci Juliette moi c est que le début…

  5. quel bonheur de pouvoir aller à la manif pour tous le dimanche !!

    10 conseils pour faire commencer la coke aux petits bourges ?? … pour des dimanches exceptionnels !!

    bravo à vous , bon courage pour la clope et le reste

  6. Je pense que le problème qui se pose en premier et de se rendre compte de son addiction. Une proche à moi est accro à la coke mais ne semble pas en avoir conscience, car elle considère la coke comme une drogue récréative. Elle me dit souvent qu’elle ne peut pas être accro vu qu’elle n’en prend pas tous les jours et jamais seule. Elle se compare avec ses amis, qui eux sont vraiment au fond du gouffre, ce qui semble la rassurer. Pourtant cela fait plus de 8 ans qu’elle ne peut s’en passer quand elle sort. Et elle sort beaucoup. Parfois je me demande si elle sort rien que pour consommer. Comment t’es tu rendu compte que tu étais accro ? Est ce que ton entourage t’as aidé dans cette étape ou doit on se rendre compte tout seul qu’on est accro ?

    1. Lissa! Géniale tout ce que tu dis… Et en plus t es son amie et a mon sens une vraie! Car déjà tu veux comprendre et la bim tu poses les mots car c est ça.
      Tu dis que ton amie ne pense pas en avoir conscience… Voilà le gros problème de la coke.
      Je me permets de confirmer qu en tant que consommateur régulier on est tous réellement dans le déni!
      Putain de mot que j ai réussi a reconnaître.

      Définition : Déni dans le Larousse

      Refus inconscient de reconnaître une réalité extérieure traumatisante.
      En psychanalyse, le terme de déni fut employé pour la première fois en 1924 par Sigmund Freud pour désigner un mécanisme de défense du moi du petit enfant contre l’angoisse provoquée par la découverte de la différence des sexes.

      D’une manière générale, le terme est utilisé pour signifier le refus de la réalité, d’une maladie ou d’un handicap. La dénégation est la mise en acte du déni. En cas de psychose, la dénégation est un refus de la réalité associée à une contestation des dires du médecin ou de l’entourage.

      Je pourrais partager de belles choses car moi aussi ça été dur pendant 3 ans.. J ai cherche a comprendre et je sais mieux comment me faire du bien mais parfois si fragile et faible.
      A genoux devant cette vicieuse qui nous gâche….
      Seuls le positivisme, l entourage et la volonté peuvent sauver ;)

      On doit s aider d abord puis les autres nous aide. Vouer a l échec si on ne réalise pas ce qu il se passe.

      Fais voyager ton amie… Ça change tellement la vie :))
      Namaste

    2. Juliette!! Un grand bonjour avec Big smile :) Just Thank you pour ces conseils!
      Car au final ça peut sembler logique. Mais quand on les lis et intègre…
      C est comme si se fixer des règles devient inévitable… ;)

      Depuis 3 ans dans ce cercle vicieux (s en est bien une de salle vicieuse d ailleurs) j ai compris.
      Être dans le déni, ne pas reconnaître, vivre dans sa propre liberté. Mais laquelle?!! Comme une étape de vie obligatoire elle a percuté et bouleversé un comportement, le mien et tant d autres… Chaque jour je veux autre chose. Les déclics vont tellement plus vite quand on se retrouve et qu on réactive le mode envie.
      L envie… Plus de carotte. Elle décide, elle gère.
      Grace a certains mots que tu as posés j ai réfléchi. Se l autoriser a l Occaz c est pas possible. Surtout quand ta vie ne te le permet pas.
      Plus besoin d elle et dire non..
      Tant a dire tellement elle m a perdue et fais souffrir. Mais je l ai laisse rentre avec mes raisons ou doutes.
      Je valide lorsque tu parles de volonté personnelle! :)

      Alors du coup il me reste une question parmis tant d autres mais vu que tu es passée a autre chose, as tu compris pourquoi tu t étais laisse attraper par el diablo?!
      Ce combat t as forcément fais grandir..?

      1. Bonjour Orelie, merci pour tes nombreux commentaires. C’est fou de voir combien ce blog est un garde fou pour certain lecteur.

        Le diable est parfois tout aussi convainquant, surtout quand on se dit que l’on a qu’une vie et qu’on veut la vivre a fond. Tout ceci fait bien entendu grandir, l’arrêt est un immense pas vers l’avant, plus que d’en prendre.

        Bonne continuation !
        MJF

  7. L’essentiel est dit. Avec tellement de fraîcheur.
    Je ne prend de la coke que très occasionnellement. Et surtout très peu. On peut donc considérer que je ne prends pas de coke.
    Par contre j’en ai pris. À cette époque j’aimais beaucoup quelqu’un qui n’est plus. Il en a pris plus que moi. Mais grâce à lui j’en ai pris moins.
    Mon deuxième mari aussi a un problème avec ça. C’est de famille. Mais j’en prends plus non plus. Et pourtant, je suis touchée.
    Parce que j’ai connu? Non. Parce que je connais. Parce que ce que ce que tu dis là est universel. Ça marche pour tout.
    Merci de m’avoir inspiré aujourd’hui.
    Et de cette honnêteté si rafraichissante.

  8. Bravo et toutes mes félicitations sincères d’y être parvenu. Depuis un peu plus de 8 ans, j’ai fréquenté sans le vouloir des consommateurs ou des revendeurs (des amis de longues dates qui ont choisis des chemins aventureux) j’ai vu beaucoup de chose et souvent très dur. J’ai connus beaucoup trop de gens qui ont « perdu » leurs vies et ce sont perdu à cause de ça et des gens vraiment extra, personne n’en est à l’abri. Je crois pouvoir dire qu’en quelque sorte, j’ai eu une certaine chance d’être témoin de cela, de réussir à y mettre une distance, car j’ai toujours refusé d’y toucher une seule fois.
    Je ne peux qu’imaginer ton épreuve et avoir de l’empathie et du respect pour toi. Il faut une grande force et de la détermination mais la vie, j’imagine, doit être encore plus belle quand on s’en sort et le ciel toujours plus bleu.Tiens bon, je t’embrasse.
    C.

  9. Salut, moi, c’était (… Principalement (?)) la picole. Drogue dure contrairement à ce qui se dit chez certains groupes de pression. J’ai fini par arrêter. Tout. Et dans un pays de bon vin… Je pense qu’on y arrive, oui, à coup de rechutes. En tout cas, moi, c’est à coup de rechutes que j’ai fini par apprendre à ne plus rechuter. Le classique de la rechute : « Puisque j’ai réussi à m’arrêter, alors je maîtrise, et comme j’arrête quand je veux, tiens, je vais juste en prendre un petit coup » Et patatras, c’est reparti pour — au moins — un (mauvais) tour. Et même problème qu’avec la coke : quand tu es accro, tu ne fréquentes plus que des accros. Donc quand tu décroches, au moins dans un premier temps, tu coupes les derniers liens sociaux que tu avais encore. Ça aide pas, mais on y arrive. Et arrêter le tabac, oui, et comment. Mais essayer de se taper les deux sevrages à la fois, c’est risquer une superbe double rechute. Une chose après l’autre. Et pour n’importe quel décochage, je crois : boire plein d’eau, nettoyer, nettoyer nettoyer l’intérieur ;-)) Et merci pour ton blogue !
    K.-G. D.

    1. So merci! Je kiff ton com :)
      Que des personnes qui savent au fond..
      T as tout dis! Ou presque ;) Les lignes glissent si facilement sur ce sujet.. Désolée pour le jeux de mot! 😜
      On se sent moins seuls
      Je met a boire de l eau des demain!

  10. j’ai pris toute les drogues « classiques » qui circulent sur le marché,mon truc a moi c’etait les free party.J’ai eu plus de chance que vous je pense car en dehors de l’essaie je n’ai pas ressenti de plaisir a retester.Surtout le mdma,la premiere fois ce fut encore comme un orgasme mental,mais j’ai été terriblement deçue la deuxieme fois,je n’en ai plus jamais repris.J’ai pris de la coke plusieurs fois,mais je n’ai jamais voulue mettre d’argent la dedans.Par contre le chichon et la clope,j’y laisse tout mon pognon.Je ne ressent pas vraiment de dependance physique avec la weed,mais je sais que lorsque je vais arreter cela va boulverser mes habitudes,je m’y prepare pour bientot,je vais demenager.J’ai plus envie d’alimenter des reseaux mafieux,de jamais etre vraiment sur de la qualité sauf avec de trop rare dealeurs qui se font lever systematiquement(c’est pas tout le monde qui a du bon matos).Et surtout je veux acheter ma baraque!avoir un chien,un potager,des poules.voir créer ma boite.ça sera beaucoup plus facile sans ce THC dans mon cerveau,meme si je ne fume que le soir,c’est deja trop.et je ne pense pas pouvoir me moderer a seulement un petard avant le sommeil.

    1. Salut !

      Je veux, tout d’abord, féliciter Juliette. Quel blog, quelle détermination, quelle plume !

      Ensuite, je vais m’adresser à antisocial. J’ai exactement le même ressenti et les mêmes expériences que toi. Sauf que j’ai surement pris plus de MDMA, mais toujours en free party aussi. J’ai eu plus de chance que Juliette dans le sens où peu de mon entourage prenait des drogues ailleurs qu’en free party. Nous n’étions déjà pas très nombreux à prendre et nous étions tous déterminés à ne pas en prendre dans d’autres circonstances. Bien que je l’aie déjà fait, mais mes amis m’ont aidé à ce que cela ne se reproduise plus ou vraiment qu’exceptionnellement.

      Concernant la weed, il me sera très dur de laisser tomber complètement. Ce n’est pas faute d’avoir déjà essayé. Le problème avec cette drogue, c’est qu’on peut la prendre seul, sans se sentir trop fautif. En effet, je fume régulièrement pour me relaxer, seul chez moi, devant la télé. Cela m’aide à m’endormir plus facilement. Quand on arrête et qu’on rentre chez sois, il y a comme un vide, on s’ennuie. Ton déménagement t’aidera, ça c’est certain !

    2. salut, un petit conseil de gros fumeur d’herbe, ne fumes pas avant le boulot, pendant le boulot, attends au minimum 2/3 heures apres le boulot pour allumer ton joint, pour moi c’est tres gerable comme ca. Je peux vivre ma vie et profiter un peu de marie-jeanne aussi. ;)

    1. Ne perds pas espoir ! Tu peux t’en sortir aussi.
      Chacun sa voie, la tienne est peut-etre plus longue et plus dure mais tu peux le faire.
      Peace & Love !

    1. Alors comme ça, ça vous importe vraiment ? :( Faut justifier d’un salaire maximum pour être légitime, pour avoir des idées, une opinion ?

  11. 1- Bravo pour l’arrêt !

    2-Je trouve très dangereux ton jugement sur la fraternité des Narcotiques Anonymes qui ont sauvé la peau de milliers de gens et qui est MONDIALEMENT en action…

    Evidemment, pour l’Ego de la petite bourge que tu te dis être, ça a dû être très difficile d’aligner du rétablissement en plus de l’arrêt …

    Il ne s’agit pas QUE d’arrêter, il s’agit de se rétablir de la maladie de la Dépendance…
    Tu n’ as pas réellement un point de vue, tu exprimes un jugement… subtile différence… non ?…

    Au fait , cela fait combien de temps que tu n’as consommer AUCUN produit modifiant le comportement ?

    A te lire, il semblerait que tu n’es pas si clean que tu le prétends …
    Le clean appartient à chacun…
    Il faut effectivement être très courageux pour poser son cul sur une chaise, écouter les autres et … parler de soi !!!

    Je te souhaite de continuer non pas ainsi, isolée et rameutant du monde pour sublimer ton égo souffrant, mais dans l’amour et le respect de chacun…

    Bravo Juliette !

    1. Quel drôle de commentaire Mino… Le but d’un témoignage est de témoigner donc de parler de soi. Je te trouve bien dur avec l’auteure. Toutes les actions menées par ce groupe sont sans doute bonnes mais ne conviennent pas à tous. Je serais d’ailleurs d’avis de dire : heureusement ! Ça veut dire qu’il y a plusieurs solutions. Ce qui est rassurant. Tu parles de l’ego d’une personne qui a écrit un blog avec un peu de recul le parcours ne semble pas finis mais ça ne sert à rien d’en parler comme un échec là où il n’y a qu’à encourager la victoire ! Tu m’as l’air d’avoir un mono point de vue et ton commentaire est très catégorique… Tu n’es donc pas très ouvert d’esprit. J’ajouterais que je suis d’accord sur le fait de guerir la dépendance mais comme pour les AA le seule moyen de vraiment savoir qu’on est guéris c’ est de commencer soit même à aider et soutenir quelqu’un (12ème et dernière étape : devenir parrain)… Le blog n’est il pas un bon début ?
      Bon courage Juliette !

    2. Quel drôle de commentaire Mino… Le but d’un témoignage est de témoigner donc de parler de soi. Je te trouve bien dur avec l’auteure. Toutes les actions menées par ce groupe sont sans doute bonnes mais ne conviennent pas à tous. Je serais d’ailleurs d’avis de dire : heureusement ! Ça veut dire qu’il y a plusieurs solutions. Ce qui est rassurant. Tu parles de l’ego d’une personne qui a écrit un blog avec un peu de recul le parcours ne semble pas finis mais ça ne sert à rien d’en parler comme un échec là où il n’y a qu’à encourager la victoire ! Tu m’as l’air d’avoir un mono point de vue et ton commentaire est très catégorique… Tu n’es donc pas très ouvert d’esprit. J’ajouterais que je suis d’accord sur le fait de guerir la dépendance mais comme pour les AA le seule moyen de vraiment savoir qu’on est guéris c’ est de commencer soit même à aider et soutenir quelqu’un (12ème et dernière étape : devenir parrain)… Le blog n’est il pas un bon début ?
      Bon courage Juliette !

      1. Et le pire là-dedans c’est que c’est l’État qui contrôle tout ça et nous on voit rien on fait semblant super c’est génial €!!!

    3. Je suis d’accord avec Mino sur le fait que dénigrer les NA n’est pas très sage. Je ne les fréquente pas mais j’ai un oncle qui a mis un terme à 25 ans d’addiction à l’alcool et la cocaïne EN PARTIE grâce à cette voie, bien que dans un autre cadre que les réunions NA classiques.

      En revanche ce n’est pas plus malin de juger « l’Ego de la petite bourge que tu te dis être », les souffrances en termes d’addiction ne se comparent pas, et autant ces réunions peuvent être très bénéfiques, autant on peut aussi mal tomber, c’est à chacun de trouver une solution qui marche. Ce qui compte, c’est que ça marche. Si tu le sens pas, tu bouges, tu cherches autre chose.

      Et un peu de fraternité entre gens qui connaissent l’addiction sera toujours plus productif que de se juger ou de se dénigrer. Personne n’est parfait. Entraidons-nous.

      Bon courage à tous, et merci Juliette pour ton élan positif et tes efforts. Pourvu que ça dure.

    4. mino crois tu vraiment que ton commentaire relève de  » dans l’amour et le respect de chacun » dont tu parles et que tu sembles vouloir prôner..?
      Juger, remettre en question (attaquer) Juliette comme tu le fais me parait plutôt irrespectueux, et de fait franchement pas constructif et très peu encourageant malgré tes (hypocrites) « Bravo » répétés.

      « Tu n’ as pas réellement un point de vue, tu exprimes un jugement… », non mais et toi alors???

    5. Merci Mino, mais elle est jeune Juliette, et puis elle peut légitimement être fière. laissons la faire sa route. ce jugement hâtif sur narcotiques anonymes nous l’avons tous eu à un moment ou un autre. rejetter la souffrance d’ autrui pour ne pas ressentir sa propre souffrance, son propre mal être est assez humain.
      26 ans.. Alors un peu d’infulgence et je te rejoins
      Bravo Juliette

    6. A mon avis Juliette a deja passe la phase de « sublimer son ego souffrant » comme tu le decris mais est plutot en phase de partager son experience et essayer d’insuffler un peu d’espoir et d’inspiration aux autres.

      Bravo Juliette !

    7. Bonjour,
      Ce soir,j’ai décidé qu’il fallait que je me reprenne en main et votre site m’inspire beaucoup Juliette, merci pour vos commentaires et ce dévouement que vous nous consacrez. Je me rends compte qu’il y a beaucoup de victimes dépendantes comme moi. Je souhaite rebondir au post de Mano. Il faut avoir le courage d’en parler. Ce sera la première fois pour moi que d’évoquer mon addiction à la cocaïne. J’ai 60 ans et cela fait des années que je prends des substances récréatives. Mais là en effet, je me rends que je dépasse les bornes. Je ne sais même plus depuis combien d’année je suis assidue et ça empire! Ce soir je me suis dit qu’il fallait que j’arrête, comme plein de fois. Je sniffe environ 2g par jour, je me ruine et je le fais en solitaire. J’en prends dès le matin en solitaire. Je me rends compte que je suis plutôt repliée sur moi même. Je suis souvent chez moi seule et je m’occupe de toutes les façons. Je me rends compte que je ne suis plus moi même mais je ne peux pas m’en empêcher. Je suis en train de divorcer, évidemment j’ai bien changé, je me fache avec mes amis .C’est du n’importe quoi et en lisant tous vos posts je me dis que si vous arriver à décrocher ça doit être possible pour moi. Je ne suis pas vraiment motiver à m’arrêter, je sais que c’est vital pour moi.
      C’est une ascension que je maitrise plus. Ouf ça fait du bien de se lâcher. Je devrai peut être aller dans un centre. Car toute seule ça me parait impossible à ce stade. J’ai honte d’en parler à mon entourage. Voilà …..soupir
      Merci à vous si vous prenez le temps de me lire et d’échanger avec moi.
      Molly

  12. a propos des narcotiques anonymes, il est surtout important de parler des dérives sectaires de cette structure. Au niveau religieux, ils sont vraiment spé, et profitent de la faiblesse du moment pour introduire leurs notions à la con….. & on peut s’en sortir sans l’aide de dieu. assurément….

    1. Ne soyez pas trop dur sur le cote religion ou religieux, je suis atheist pour ma part mais comprend at accepte tout a fait que d’autres aient besoin de ce soutien. La tolerance la ne fait pas de mal il me semble dans ce cas la ? ;)

  13. Juliette,
    J’ai toujours été contre toutes drogues que ce soit (autre que l’alcool à juste dose et clopes).
    Je fumais depuis 10 ans 1 paquet par jour et j’ai arrêté du jour au lendemain il y a un mois. J’en suis très fière et persuadée que je n’y toucherai plus jamais.
    Je suis tombée sur ton blog par hasard. Je ne te connais pas mais si tu savais comme je suis fière de toi !
    N’écoute pas les méchancetés gratuites et non justifiées du commentaire juste au dessus de moi (mino). BRAVO à toi Juliette, et si tu as besoin de « sublimer ton égo souffrant » (dixit mino) et bien TANT MIEUX et continue à le faire tant que cela pourra t’aider et aider les autres.
    COURAGE :)

  14. Bravo pour avoir réussi a arrêter, je trouve cet article vraiment intéressant. J’ai juste une une chose a dire :
    A propos de ton « point de vue » sur les NA, sans doute la partie la plus dure pour moi dans ce post, pourtant je n’y ai jamais mis les pieds, cependant j’ai connu un groupe un groupe de parole ayant pour but d’aider les les personnes addict a un produit – l’herbe, mdma, ketamine pour moi- et ça n’a ne m’a absolument pas aider.
    J’ai commencé la coke avec des gens que j’ai rencontré la bas mais a vrai dire ce n’était pas le vrai problème, le malaise venait du fait que je me trouvais avec des gens plus ou moins conscients de leur addiction qui tentaient pour certains d’aller toujours plus loin.
    Bref j’ai arrêté tous ces trucs a part l’herbe; je n’ai pris de la coke que durant quelques mois,, donc je ne pense pas que dans mon cas j’étais réellement accro après je sais que le fait de se qu’on gère : c’est une vue de l’esprit, il n’y a rien a gérer c’est la substance qui domine.

    Donc je me permet de répondre a mon voisin du dessus : le vrai courage ne se trouve pas dans l’introspection, écouter et parler avec des gens qui ont des situations différentes peut s’avérer être une réelle perte de temps et selon moi peut meme inciter a la consommation.
    De plus, peut importe l’addiction et/ou la maladie, on est et reste seul pour la combattre, ce n’est pas les autres qui pensent a ta place, agissent pour toi, on est donc tous égoïstes.

    J’ajouterai que c’est grâce a la règle 1 que je m’en suis sorti, bien que je fume toujours -respect..- mais tu m’as donné envie d »arrêter car je voudrais vraiment me libérer de toute addiction (chimique?), sur ce je vais aller méditer sur mes problèmes d’ego souffrant.
    Merci encore pour cet article

  15. C’est la 1ère fois de ma vie que je participe a un blog mais le thème et sa talentueuse rédaction me touchent.
    Comment te contacter en inbox ?

  16. 8 ans de consommation régulière. Espacées de 3 semaines au début, beaucoup plus proches sur la fin. (tous les soirs, ou presque) Moi, Jul G, 26 ans, j’ai énormément perdu dans cette merde ! Amis et argent en particulier. Je consomme la plupart du temps seul. Reclus du monde. Dans mon appart. Mais je compte bien arriver au bout de ca !

    Mais qu de tentatives échouées ! J’y crois pourtant encore ! Je suis convaincu que le bout du tunnel n’est plus si loin =)

    1. J’adore te lire, merci pour ces conseils. Conseils que je connais tous, et que je pratique deja pour la plupart. Bonne continuation dans ta vie LIBRE =D

  17. Bonjour Juliette, merci pour ton témoignage, ton encouragement. Si ta vision de cette longue, éprouvante et insidieuse expérience permet à ceux concernés de s’en sortir car dans le fond du fond de leur esprit et de leur corps ils le ressent, cela permet aussi à ceux d’à côté de comprendre. Personnellement déjà eu des tentations, mais après avoir assisté à une décadence quasiment en direct d’un être cher m’a permis de me dégoûter de toute envie, ne serait-ce même que pour « tester » cela ne m’a pas empêché de prendre quelques trucs pas trop méchants comme des joints bien sûr, ce qui reste une drogue. Mais il faut aussi dire que pour les proches qui contemplent la destruction de quelqu’un qu’ils aiment est atroce.. Car comment aider quelqu’un ? On ne peut pas arrêter pour l’autre, c’est une décision souveraine. C’est du suicide car cette drogue ne te rend pas toi-même, elle brise tout en toi, tout ce que tu as voulu construire, tes projets, tout. Vouloir se dépersonnifier pour échapper à la dure réalité est terrible. Superman c’est une BD par une réalité. Du fond du cœur merci de donner du courage et de l’espoir.

    1. Salut Juliette, et oui vraiment merci! Merci de ton blog, de tes mots, de ton courage, de ton exemple! Je rejoins totalement Tom dans ce qu’il dit à propos de « ceux d’à côté » parce que j’en suis aussi…J’ai quitté mon ami parce que j’ai compris que je ne pourrais jamais l’aider à arrêter…j’ai réalisé que je ne pouvais pas rester à le regarder se détruire…Je voudrais encore comprendre…tes mots m’aident un peu…et me donnent un peu d’espoir pour lui, même si je ne suis plus avec lui, cela me permet de me dire qu’un jour peut-être il s’en sortira et il aura une vie :-) Tiens bon! Et tout simplement un très GRAND MERCI!

  18. je viens de lire tes conseils qui sont de vrais veritées, mais parfois dur a mettre en place , je suis touché par ce que je lis ici , car pas plus tard qu hier , j avez le nez dedans toute la nuit , seul , coupé du monde et de ceux que j aime , raidi par cette merde , paranoïaque, je me detruit semaine apres semaine , je me gache

      1. Marre de me faire mal.. Plus les derniers prises deviennent refoulées, émotions toujours remplies de colères.
        Stop.. Je veux mais si parfois fragiles. Musique, Dj, amis, vie commerçante, petit garçon…
        Faire une pause avec une vie trop…
        Devenir zen mais comment?

  19. C’est la lecture de Konbini qui m’a amené ici (http://www.konbini.com/fr/tendances-2/drogue-berlin-lettre-ouverte/ ) J’adore ton article, plein de peps et d’humour. Et d’envie d’en sortir. On dirait qu’il a été écrit pour moi ! Je confirme l’efficacité du changement d’habitude, trouver de nouvelles façons de vivre qui plaisent tellement que ça vaut pas si tant que ça le coup de se faire orgasmer à la coke. La photo « tu t’es vue quand t’as bu? », que je me suis affichée pour me rappeler que même si je me sentais la reine du pétrole quand j’étais dans le high, c’était une illusion ! + afficher les photos : t’es belle quand t’es au naturel pour me rappeler que je peux me sentir aussi la reine du pétrole au naturel. Je partage aussi l’envie de m’entourer de gens positifs avec qui je ne me sens pas jugée : je suis aussi une petite bourge… sympa de l’avoir dit de façon aussi rigolote et cash, Les lecteurs du blog pas cons comprendront que ce n’est que ton avis, pas un jugement, et que ce qu’on apprécie en lisant un blog c’est justement un avis…. Perso, j’ai été surprise par l’efficacité d’un antidépresseur que mon médecin m’a donné pour faire la transition, ça m’a rebranché sur la chaine « ici et maintenant » et j’ai été plus concentrée, plus calme. Comme tu l’as écrit ailleurs aussi, l’age aidant et j’ai arreté de « faire ma grande » et de vouloir péter plus haut que mon cul et savourer les plaisirs de mon age, être plus fière et sure de moi, pour ce que je suis, médiocrement, mais pas si mal après tout, pas si médiocre quand je me laisse être et faire au naturel…

    1. Whaouu! Sophie Géniale :) j adore!! Tout! Les idées, les mots choisis et posés pour ce bel article de la miss Juliette :)

      Au passage juste pour méditer sur la question, l anti dép. c était quoi?

      Merci pour ce com ça rassure ;)

  20. Ha oui, et puis je voulais aussi ajouter un truc pour aider à arrêter : la Happy Therapy : rigoler de soi : tu te rends vite compte quand t’es mal que t’as plus aucun sens de l’humour, t’es sérieuse, pontifiante et grandiloquente comme un ado en plein désespoir parcequ’il a un bouton sur le menton. Rigoler de soi et prendre un peu de recul ça aide vachement. J’ai un répertoire de trucs droles que je me passe quand je sens que je ressasse. Faut pas trop de prendre au sérieux parcequ’on est tous un peu ridicules genre: http://www.pinterest.com/pin/116249234101481665/ . Avoir des potes qui savent rigoler de telle façon que tu finis par rigoler de toi même c’est vraiment précieux plutot que ceux qui te plombent le moral. Voici une petite vidéo drole : http://www.youtube.com/watch?v=sMmYHCwGP5s&list=PL4yEfzWccCUXFJPkFjgSMR3gDs0Kcg4IZ&feature=share

  21. Juliette, ton forum est un succès. je trouve que de ton histoire, il faudrait en faire un court métrage pour projeter dans les collèges et les lycées de France et d’ailleurs.
    Je te propose de solliciter des fonds sur le site Kiss Kiss Bank un site de crowfunding qui sert à réunir des fonds. Tu donnes l’idée et des mécènes financent ton projet.
    Bisous Juliette. Tu es vraiment une femme formidable !

  22. Juliette,
    bravo pour l’arrêt de la C.
    j’espère que ça va.
    Je voulais juste réagir sur une chose, il est absolument impossible que dans une réunion de Narcotiques Anonymes quelq’un t’ait explicitement dit ou explicitement fait sentir que “tu n’es qu’une petite bourge qui tape de la cocaïne”, et que les gens t’aient “regardé de haut genre “tu es sûre que c’est un problème ? Moi j’ai pris mille fois pire.”
    D’abord parce que Narcotiques anonymes rassemblent des gens de tout milieux, de toutes confessions et ayant pris toute sortes de drogues et pas seulement de l’héroine, donc “des petites bourges”, comme tu dis, il y en a plein, et il y a aussi des “grandes” bourgeoises….
    Donc déjà ton papier est très caricatural voire mensonger.
    Ensuite que toi tu te sois sentie illégitime lors d’une réunion ou que tu te soies toi même vécue comme une petite bourge dont le problème n’était pas si grave par rapport aux mec suicidaire qui arrête l’héroine c’est complètement autre chose. c’est une piste de réflexion si tu veux, car après tout il y a pleins d’autres méthodes que N.A et aussi des gens qui s’arrêtent assez tôt pour y arriver dans leur coin et ne pas avoir besoin de groupe d’entraide. Mais pourquoi juger ceux qui ont besoin d’autrui pour s’en sortir ou qui traversent des moments douloureux?
    Les portes des salles NA sont ouvertes, on est libre d’y venir ou pas, si on sent que c’est sa place.
    Que ce nesoit pas la tienne me va très bien.
    Maintenant je ne suis pas d’accord avec le fait de faire du prosélytisme anti NA.
    D’abord parce que visiblement tu ne sais pas de quoi tu parles,
    Ensuite parce que je sais que des millions de personnes à travers le monde (et même des plus bourges que toi La question n’est donc absolument pas là ) se rétablissent et on reconstruit des vies à un point que tu ne croirais même pas si je m’étendais ici à en exposer le détail.
    Alors un peu d’humilité je te prie, même si, je comprends bien que l’”on est pas sérieux quand on a 26 ans”
    (enfin c’est plus 17 non plus, hein…)
    Continue de poser ta paille et ton verre.
    Re bravo pour ça.
    Bien à toi
    PE

    1. Détrompe toi, tu serais surprise de voir le nombre de gens qui travaillent en étant alcooliques ou dépendants aux opiacés.
      Le père de mon ex s’est tué à l’alcool en l’espace de 5ans, et quasiment jusqu’à la fin il assumait sa fonction de …gastroentérologue. Il sortait de son cabinet entre midi et deux pour aller s’acheter une bouteille de whisky premier prix au lidl d’en face, puis il continuait ses consultations comme si de rien était.
      Je me souviens aussi d’un jour quand je bossais dans la restauration. Il y avait un nouveau bien nerveux qui venait d’arriver, il faisait chier tout le monde surtout quand on approchait de la fin du service. Un soir où il était encore plus casse couille que les autres, il est parti aux chiottes et 1minutes après il était calme, serein et souriant. A l’époque j’étais jeune et naïf, et dans mon entourage la drogue ça se limitait à l’alcool, au cannabis et à quelques champignons locaux, mais maintenant je sais ce qu’il est allé faire dans ces chiottes. Est-ce que c’est le seul héroïnomane avec lequel j’ai travaillé? Probablement que non. Et des alcoloos j’en ai croisé plein au travail à cette époque là. Je connaissais un serveur en particulier qui était capable de se descendre 1L de blanc sur un seul service les mauvais jours, et les bons jours il buvait aussi..un peu moins mais sur la journée ça devait quand même représenter 2bouteilles de vin minimum. Un autre que je servais dans un bar, lorsqu’il avait fini son service, buvait massivement tous les soirs jusqu’à la fermeture, quelque chose comme 4L de bière blanche en 3h alors que c’était probablement pas ses premiers verres de la journée vu l’heure, puis il rentrait chez lui tout seul en titubant avant de remettre ça le lendemain. 8ans après je les croise toujours, ils bossent encore, et visiblment ils sont toujours alcooliques.

      Y’a pas de hiérarchie entre les dépendances. Et la coke et les amphets, ça rend pas productif..ça maintient eveillé plus longtemps OK, mais ça rend pas plus performant, surtout pas quand ça devient une habitude. C’est juste un fantasme de cocaïnomane qui a fait son chemin dans l’imaginaire collectif. C’est sûr qu’on les entend rarement se dénigrer, ça fait partie du produit.

  23. Je suis rassurée de lire qu’il n’y pas de fatalité!
    Mon petit-ami vient de m’avouer qu’il consommait (on est ensemble depuis peu), il ne se considère pas encore accro mais a très peur, se sent à une très fine limite d’un réel problème.

    Tu as été de l’autre côté de la barrière. Quel comportement est le plus adapté pour l’entourage, vis-à-vis de la personne consommatrice? Je travaille dans le social, on nous apprend à aider toutes sortes de personnes, usagers de drogues y compris, mais je t’avoue que là, je me sens démunie…Et puis, les personnes concernées sont quand même les mieux placées pour nous conseiller…

  24. Salut Juliette ! Bravo pour l’arrêt et pour ton blog ! Je ne peux pas m’empêcher de réagir sur les mêmes propos qu’ Alex, je travailles dans le spectacle et j’ ai bossé avec beaucoup d’héroïnomanes et d’alcoolos et bien sûr des cocaïnomanes ( inutile de préciser que j’ai consommé également et inutile de dire que ça touche tout le monde de la technique à l’artistique..) et bien même sous héro il est possible de conduire une nacelle, d’accrocher des moteurs à des perches suspendues dans le vide, de monter un décor, de peindre, de dire son texte, de diriger des comédiens, de négocier des subventions (si si même si c’est fait avec plus ou moins de talent)…tu serais surprise de voir à quel point il est difficile de déceler les addictions de certains..De mon point de vue, ceux qu’on grillait le plus était ceux qui tapaient de la coke.. on voyait vite ceux qui ne géraient pas..trop speed, agressif, imbu d’eux-même, tapageur…à mes yeux c’étaient eux les plus dangereux (je parle en terme de travail). Même dans le spectacle l’excès de confiance en soi et la mégalomanie peuvent être des grosses tares…Souvent les drogués finissent par ressembler à des clichés c’est vrai, mais souvent on ne voit rien…on dirait que tu as du mal à l’admettre pour les autres et surtout ceux qui tournent à l’héro. Visiblement on ne pouvait pas te juger en tant que cocaïnomane.. je veux dire sur ton apparence.. « les héroïnomanes paumés » eux par contre tu les repérais…je crois que finalement ce qui est gênant c’est que tu as les mêmes à priori sur « les drogués » qu’ un spectateur de tf1. Pourtant tu as fait un billet sur Philip seymour Hoffman, le seul héroïnomane de ton blog qui ne serait pas juste un pauvre « paumé »…pourquoi ? Parce qu’il était acteur… »rich and famous »…tu crois qu il en prenait pas au boulot.. »non désolé pas pendant le service »…c’est pas un luxe qu’on peut se permettre avec l’héro..elle ne te laisse pas de trêves de ce genre…Enfin voilà c’est pas une remarque bien méchante, mais je te trouve très ouvertement méprisante envers les héroïnomanes et autres dépendants (sauf P.S. Hoffman parce qu’il était trop swag !?), et quelque part tu places la coke à part parce que c’est ton expérience. Attention parce qu’en mettant la coke à part, en te mettant « au-dessus » de la masse des junkies, tu continues à lui vouer une sorte de culte, à la rendre glamour… » la coke on peut travailler avec », ça ne se voit pas, on ne finit pas par se gratter « toutes les 3 minutes », on ne finit pas comme un cas soc’ à pleurer devant tout le monde sur ces misères, c’est une drogue de jeunes, de gens bien sous tout rapport en somme…une drogue de bourgeois qui te donne l’impression de t’encanailler, l’illusion d’être « rock’n’roll » ou d’être « grunge »…

    1. La cocaïne me rendait conne et prétentieuse. J’apose ici une vision de cet univers quand j’étais encore sous influence. Oui j’étais une petite prétentieuse. J’étais.

  25. quel plaisir que de tomber par hasard (enfin pas tout à fait, puisque c’est par l’article de Manon Heugel que je suis arrivé ici) sur ton blog. Merci d’exposer sans fard et avec beaucoup d’humour ton vécu, si proche du mien. Je suis d’accord que les fréquentations jouent pour beaucoup. Mais j’ai l’ironique impression de les attirer moi les gens biens sous tout rapports qui te préparent « quand même » une petite trace dans les toilettes… les toilettes… quoi de plus glauque comme endroit quand on y pense. La première trace, tu prends la peine d’essuyer la tablette… tu es beaucoup moins regardant quand tu vas faire les suivantes… sans commentaire :)
    Ce qui reste quand même flippant, c’est d’avoir oublié qu’on peut être quelqu’un de bien sans être con et prétentieux… J’en suis là. Stress de me dire que je vais sortir d’un cercle branché et hype. (tout en sachant au fond de moi que c’est bidon malgré tout)… bref pas gagné. mais lire des récits comme le tien, ça fait réfléchir un peu… Je me permettrai de revenir… pour y puiser de l’inspiration :)
    Merci.

  26. Ce sentiment d’être vide….Cette sensation de remplissage, comme la société effectivement (dit dans un autre articile), mais pas pour paraItre, mais le « tout, tout de suite ».
    Ancienne toxico (mais toujours addict à beaucoup de choses…), j’en ai fais 1000 fois moins que vous, le problème n’étant pas combien et ce que tu consommes mais comment et pourquoi tu consommes. Alors, fi, il y a toujours plus triste, plus malheureux, plus drogué que nous…Mais il y a toujours des personnes plus heureuses aussi, et ce sont elles les plus importantes.
    D’aucun se sont moqué de « la positive attitude », et si, pourtant, c’était la seule façon de se sortir de ce système négatif qui tourne en rond?
    Vous en êtes où, aujourd’hui, de votre système négatif? Y a t’il vraiment que la cocaïne qui définissait ce mal-être, ou est-ce que c’était juste la partie visible de l’iceberg pour vous signifier que quelque chose en vous n’allez pas bien?

    En espérant que ces quelques mots, ne pensez pas « moralisateur », non, moi, ces mots, ils m’ont fait un bien fou, ça prend beaucoup de temps. J’ai même arrêté la clope, une bière ou un seul verre de vin mais par plaisir, mais aujourd’hui, je sais la toxicomanie loin de mon comportement, j’ai encore quelques addictions à résoudre.

    Bon courage, je chemin est long, mais vous êtes sur le bon!

  27. Bravo Juliette,
    Je découvre ton blog aujourd’hui ( et il est déja dans les favoris de mon navigateur).
    J’y ai touché un peu (voire beaucoup) à cette merde, et qu’est ce que c’était bon, je me sentais invincible. Mais comme toi j’ai arrêté à cause des descentes en enfer (souvent 24h après les prises). Des moments terribles d’angoisses où l’on pense que l’on n’est qu’une merde … c’était vraiment horrible!!!
    Je pense que le gros problème des cocaïnomanes, c’est qu’ils ne se sentent pas accro… et puis « tout le monde en prend dans le milieu » donc « c’est pas si dangereux que ça » (dieu sait le nombre de fois que j’ai dit cette phrase). Mais c’est faux, on est accro et c’est dur de l’admettre et encore plus de s’en sortir.

    Je rajouterai une chose à tous tes conseils pour arrêter (qui sont excellents et que j’ai tous suivi ! Surtout arrêter de sortir, c’est ce qui m’a bcp aidé) : fonder une famille !
    Bon ça commence par un compagnon bien évidemment, une âme soeur même, ce que j’ai trouvé et je suis aujourd’hui l’homme le plus heureux du monde.
    Nous planifions maintenant d’avoir des enfants, un foyer etc… que de projets.
    OUI, les projets nous aident.
    Encore une fois bravo pour ton blog, je suis qu’un livre serait une bonne idée, et puis pourquoi : un film !
    Bien à toi
    Simon

  28. Wow wow wow c’est vrai que la tu touche un point super sensible, En tant qu’addict de Free party je peux te dire que j’en connais un paquet des comme toi qui passent leurs soirées a sniffer et a se prod voir même se piquer avec des trucs chimiques qui tuerait un cheval ( Kétamine, Speed, C. et tout les dérivés ) Heureusement pour moi je ne suis pas arriver a ton stade de dépendance en matière de Cocaine parce que j’ai essayer la MDMA avant et que ce que je recherchais dans une drogue c’était un coté excitant festif qui te fait oublier qui tu es pourquoi tu existe…, la C sa me faisait juste boire des litres d’alcools et danser jusqu’a 6 heure du mat sans ressentir aucune fatigue mais je restais trop moi même. Je pense que ces addictions sont les mêmes pour toutes les substances et j’ai été pendant 5 ans « prisonniers » comme tu le dis si bien de la Beuh et comme j’ai lue dans certains commentaires oui la beuh peut guérire de certains problèmes mais peut également en crée énormément. Tout ce que tu dis pour la Cocaine je m’y reconnais dans « la fume » au début on est content de fumer un pétard on rigole avec ses potes puis on fait sa entre les cours 1 fois par semaine c’est marrant le jeu c’est que le prof ne nous grille pas puis petit a petit et c’est ce qui est néfaste avec cette drogue c’est que tu te met a fumer tout seul chez toi. Le premier pers qui te déglingue la tête et que tu fume en 3 H tellement t’es « percher ». Puis sa va vite il suffit que t’es une merde dans ta vie tu te réconcilie avec le tarpé t’oublie tout tes problèmes. Mais viens le moment ou tu peut plus dormir sans, au réveil tu pense qu’a un truc c’est quand tu vas rouler ton premier pétard les discussions que t’as avec tes potes se ferment sur ce sujet et la parano t’envahis. J ai eu une période ou je devais bien fumer de 10 à 20 pètes/jours et je me mettais a avoir la flemme de tout, plus rien faire de ma vie…. Aujourd’hui sa fait 1 an que j’ai arrêter et pour me rendre compte de tout sa j’ai du voyager partir loin de mes amis car sa reste des amis quand sa fait 5 ans que tu les côtoie et je ne les jugent pas de continuer dans la drogue car après tout chacun sa façon de vivre sa vie mais je t’avoue que même au bout d’un an sans sa il reste difficile pour moi de côtoyer mes potes qui n’ont pas arrêter.maintenant en soirées je bois beaucoup pour combler ce « manque » et ma nouvelle drogue c’est la musique et les films qui me permettent quand sa va pas de regagner le sourire.
    Je me rappel d’une pub contre le cannabis ou un mec disait  » les gens disent qu’ont peut pas devenir dépendant mais au bout d’un an on peu pas passer une journée sans » et c’est totalement vrai
    Donc merci Juliette j’ai dévorer tes lettres et il suffit d’avoir eu une addictions dont on voulait se débarrasser plus que tout pour comprendre exactement ce que tu veux dire. Tu m’as vachement ému et j’en ai eu les larmes aux yeux a te lire j’avais besoin de te répondre et de t’exprimer comme tout ce que tu dis est vrai. Merci pour tout prend soin de toi et surtout ne replonge pas on vis bien mieux sans drogues depuis que j’ai arrêter j’ai l’impression qu’on m’as greffer de nouveau poumons et j’ai redonner un sens a ma vie.
    Ps: Maintenant tout ceux qui pense que la Marijuana ne provoque pas de dépendance dites moi vos arguments je pense pouvoir contrer tous vos arguments et l’alcool aussi mais c’est a ce jour trop difficile pour moi de me priver de ce qui reste la « meilleur et la pire des drogues »

    1. @Drugs addicted,

      Je fumais comme toi. Très régulièrement, de 13 à 21 ans. J’ai commencé à arrêté à 19ans , en dents de scie. De 21 à 25, j’ai dû encore fumé 2-3 pets par an, pour des occasions symboliques. Depuis mes 25 ans, plus rien. J’ai 32 ans à l’heure actuelle. Depuis 2 ans, je vis dans des collocations, voire des squats, selon les périodes, et j’ai pour collocataires des fumeurs réguliers, qui cultivent dans le salon ! Chacun sa vie ! Je peux te dire que, depuis 3 ans, je ne suis plus du tout du tout attiré par les joints. C’est la raison pour laquelle leurs habitudes de vie ne me dérangent pas. Il y a tellement de choses à faire dans la vie, de combats, de projets à mener, de directions dans lesquelles se développer… Alors je me permets ce mode de vie, fréquenter ces plus jeunes, ils ont environ 24 ans, et je fais office à leur yeux du vieux gourous oldschool perché (perché car il ne fume pas ;-) ). J’ai toujours été perché, avant parceque je fumais, maintenant parceque je ne fume pas ;-) Dans le fond, j’ai le sentiment en étant là avec eux, de leur donner une forme d’exemple, par l’abstinence… Mais une abstinence qu’ils respectent, parcequ’ils savent que j’ai moi aussi fais partie du Move.. On en parle, je leur explique mes choix, la qualité de vie que j’ai gagnée. etc. Je ne pense pas qu’ils puissent du coup interpréter mon histoire en minimisant la portée négative de leur consommation, je crois au contraire, que l’échange, l’ouverture, la diversité, est une des clefs de l’apprentissage de la connaissance de soi.

      Malgré une facilité relative à m’abstenir physiquement du cannabis, le total désintérêt psychologique m’a pris, je peux le dire aujour’dhui, au moins 7 ans d’abstinence quasi totale. Le côté faiblement perceptible de ses effets secondaires relativement bénins, et la relative facilité à se sevrer rendent difficile la prise de conscience d’une dépendance pénalisante prédisposent cette drogue à s’installer dans nos vies sur le long terme. Avec le recul cependant, je comprend mieux aujourd’hui comment la dépendance psychologique s’était installée.
      L’excès de culpabilité du temps perdu, des possibilités gâchées, etc…nous fait entrer dans un cercle vicieux,.,
      L’excès de foi dans les propriétés bénéfiques de la substance, nous fait entrer dans un autre cercle vicieux.
      ….Bref, je vais pas entrer plus dans le détail.

      Je voulais juste te dire que, pour rompre les mécanismes de pensée contre-productive que cette addiction a imprimer dans mon cerveau, pour libérer à nouveau mes capacités créatives et sentimentales de façon volontaire sans recours et sans vouloir avoir recours au Cannabis, il m’a fallu bien 7 ans d’abstinence et deux grosses tragédies sentimentales traversées sans recours à la chimie, au cannabis, ou à quoi que ce soit d’autre que quelques grosses ballades en plein air et une immigration volontaire !

      Les mécanismes obsessionnels ne touchent cependant pas juste les anciens « drogués », mais tout un chacun des êtres humains… Ce que j’ai surtout appris depuis 2 ans, c’est que je devais m’affranchir des ces mécanismes obsessionnels (culpabilité menant notemment à ériger en montagne certains échecs passés, à idéaliser certains types de relations, etc, etc)

      Bref, la vie, tous les jours, comme à la normale, un peu terne parfois, mais tellement plus puissante dans ses grandes vagues qui nous prennent en pleine conscience de ce que l’on est et de ce pourquoi l’on vit !

  29. Je sais pas si tu es au courant mais perdre la vue comme ça aussi soudainement, c’est dû à un infarctus cérébral transitoire. Normalement ça ne dure que quelques minutes mais j’ai déjà eu des gens me disant que ça avait duré à peu près une heure ou une demi-heure aussi.
    Tu recommences à voir lorsque l’artère se débouche mais ça montre des risques d’infarctus cérébral et donc c’est assez important de consulter un médecin. Je me doute que c’est arrivé il y a longtemps mais il ne faut pas négliger le risque.

    Sinon, j’adore ton blog, j’adore le fait d’avoir tellement souvent pensé ce que tu dis et de l’avoir ressenti. J’suis contente de ne plus être là-dedans, même si je vois toujours mes amis dedans et que je me suis longtemps sentie désolée pour eux.

  30. je viens de tomber sur ton blog en pleine descente, je suis motiveé et vais suivre tes conseils a la lettre. putain de coke, une vraie saloperie bien trop souvent presente comme un truc fun qui fais pas grande chose. LA REGLE: NE JAMAIS COMMENCER!!!!!!!!!!!!!

  31. si c’est pas trop demande, je veux bien qu’on en discute tous les deux, car je n’ai pas grand monde vers qui me tourner et JE VEUX en finir. je sais pas si tu peux faire des messages prive ou autre. je ne veux pas laisser mon mail, logique…

  32. Tu n’as jamais eu de soucis avec l’alcool? J’ai l’impression que je ne peux plus boire non plus. L’alcool amene la c, y’a toujours un moment ou la situation valse et je cede. Direct l’odeur de l’alcool le gout, me font penser qu’a ça.

    1. Forcément c’est lié. L’alcool, la cigarette,… au début dès que je buvais un verre, j’avais envie d’une ligne. C’est pour cela que je ne suis pas sortie pendant quelques mois, ou très peu, pour ne pas être tentée. Maintenant, je bois un verre, je suis à 1000 lieux de penser à ca ! ouf !

  33. Bonsoir tout le monde!
    Qui connait les soirées espagnoles et la vie là-bas en général?
    Et bien j’y ai vécu une dizaine d’années (et pas dans la région la plus sage…Valencia) et bon j’ai essayé la cocaine pour la première fois le jour de l’an avec d’anciens copains espagnols lorsque justement j’étais retourné les voir en Espagne lors de mes premières petites vacances universitaires (j’étais dans une « période d’attente », en effet, je m’étais inscrit à la fac de math de Perpignan en attendant d’intégrer une prépa l’année suivante car j’avais passé mon bac en Espagne et bon après avoir été informé du fait que je ne pouvais pas exhaucer mon réve de devenir pilote de chasse dans l’armée de l’air espagnole, et bien sur un coup de tête je me suis dirigé vers la France de nouveau, et comme je ne savais pas qu’ici (dans le système scolaire français) il fallait s’inscrire dès le mois de mars et bien je me suis juste laissé allé et bon la solitude , l’indépendance et le fait d’avoir la bourse (moi je ne suis pas fls de bourges lol) ne m’a pas aidé). Juste avant d’avoir « échoué » dans ma tentative de devenir pilote, après avoir fourni tous les efforts pour obtenir les meilleurs résultats dans toutes les matières même l’anglais ou j’étais pitoyable, même après avoir raté complètement mon parcours post-lycée, j’étais sportif, anti-tabac, anti-drogue (je me disais que c’était des substances faites pour plaire alors je préférais ne pas y toucher parce que, logiquement, elles resteraient collées à moi), le meilleur de ma classe aussi, je sortais en boîte avec mes potes de cours on buvait et je ramenais quelques joints que mon beau-frère ou une copine à ma soeur me fournissait à l’époque, je sortais avec des filles histoire de les embrasser et les peloter un peu et le lendemain je ne revoyas jamais personne.
    Bon sinon pour la cocaine donc, dès le premier jour de l’an après m’être retrouvé à la fac de perpignan, et bien comme j’avais une petite amie qui était en Espagne et tout et tout, et que ce soir et bien j’étais bien bourré et que j’avais bien fumé car je fumais la cloppe, je buvasi quasiment tous les jours de la bière et biensûr comme j’avasi la bourse à partir de là j’ai commencé à acheté de l’herbe quasiment tous les jours et on me l’a ramenait d’Hollande soit-disant, bon soit! Donc ce soir là j’étais très très bie fait et que m’ont proposés mes « copains » : un petit trait de cociane bien sûr! Et là d’un coup plus rien, je vais voir ma copine et je l’embrasse comme un fou et deux minutes après je deviens fou et je danse avec une de ses compines et je l’embrasse puis une autre…Bon super la soirée (sauf pour ma copine) ! Et après qui je vois ? Mon cousin avec son pote qui venaietn de prendre une gélule de speed mélangé avec de l’ecsta je crois et voilà qu’il me donne un trait et pim je me revos courir comme un fou jusqu’à la gare du village ou on devait prendre la train et ou mes cousins m’attendaient!!!! Heureusement que j’étais encore sportif sinon je pense que j’aurais pu y rester, vu la distance et la vitesse soutenue!!!! Mais bon après tout s’est passé très vite je suis allé à la Pont Aeri un boîte vers Barcelone et j’ai testé les ecsta et ça a été la folie quand mes potes m’ont récupérés j’étais hors de la boîte surgelé en plein hiver et j’avais transpiré toute la nuit car je dansais sur la makina et j’avais les lèvres noires à cause du sang séchées.
    Je pense que ma soeur m’a pas mal influencé dans cette quête de stumulationpar les drogues car elle en prenait mais moi j’étais un peu comme le fils modèle qui est bon à l’école, qui est sportif, bien elevé, enfin je sais que ceux qui me lisent me ressemblaient avant de commencer à consommer alors vous me comprenez…
    Ensuite, j’ai décidé d’intégrer l’université polytechnique de Valencia mais je voulais faire de la chimie, devenir ingénieur en chimie industrielle, mais comme je fumais des joints je laissais tout pour le dernier moment et j’ai raté d’une demie heure l’heure de l’inscription, enfin j’ai donc été accepté en ingénierie mais en télécommunication(un deuxième choix auquel je ne pensais pas vraiment aboutir) et bon d’échec en échec j’ai poursuivis ainsi ma scolarité et j’ai rencontré en bas de chez une de mes tantes chez qui j’allais fumer mes joints car j’habitais seul dans la maison de mes parents (je recherchais en fait de la compagnie) mais bon de fil en aiguille j’ai rencontré sa fille et ses copains tous plus jeunes que moi et pour faire le beau je leur a racontés mes expériences avec lse drogues et bon dans leur petite tête innocente ils m’ont vu prs en admiration, un espéce d’amour fraternel s’est installé entre nous et bon chez moi c’est devenu le squat ou on va se défoncer, au début ct de la bière et des joints, et petit à petit des extas les week end, puis en semaine, et je n’allais plus en cours et bon après un oncle à moi s’est rapproché de moi et il m’a séduit car il paraissait si instruit, et on rigolait tellement (je l’ai donc pris comme modèle paternel vu que mon père et ma mère s’étaient encore séparés et je n’avais donc plus de relations avec mon père) . Lui m’a présenté la cocaine en base, le crack et là tout mon argent que j’avasi pour mon loyer, nourriture et train disparaissait en quelques heures. Lui condusait et il me disait de faire moitié moitié avec lui, en une fois je dépensais genre 200 ou 250e donc oui après je n’atais pas bien, je n’allais plus en cours, petit à petit, et en plus vu la bourse que j’avais, je pouvais juste payer le loyer et le strict minimum pour manger, alors je n’avais plus de plaisir, je ne savais pas gérer l’argent, j’étais seul, et tout ce qui s’approchait de mo était pour m’émoustiller, pour me tenter. Et bon j’étais officiellement dans ce pett monde. MEs potes n’ont jamais touché au crack et ils ont bien fait je pense. Ensuite biensur, on m’a parlé de champignons, de salvia divinorum, d’herbe , de planter en interieur, ce qu’on gagne, ce qu’on risque, et puis les sujets sont très philosophiques, enfin souvent sans queue ni tête, mais bon pour se donner un genre on dit qu’on médite, qu’on philosophe sur des sujets très abstraits, et en plus on se croit supérieur, enfin c’est mon oncle qui me disait que la cocaine était une drogue de riches, de l’élite, que freud en prenait, qu’avant c’était légal et tout, que ç ouvrait l’esprit….Moi j’étais en admiration tout simplement. Et bon ensuite la mdma le wiknd, et pour les fêtes, et pour les vacances, et petit à petit on ne pense qu’à ça, rien qu’à ça. Et bon après avoir râté mes études pendan près de six années, tout ce que j’ai fait a été sortir, boire et me droguer, rien d’autre. Et il y a maintenant deux ans que je suis revenu en France, j’ai un travail stable qui ne paye pas énormément mais ou j’ai pas mal de temps libre et vu la crise et vu que je n’ai validé que deux années en tout en dans deux domaines différents et bien on me cosidère BAC alors que j’ai presque deux bac +¨2 mais bon c la vie et puis je ne vas pas baser toute ma vie sur une question d’études, je progresse assez rapidement dans la société où je suis actuellement et c’est ce qu compte mais un problème persiste. A chaque fois que je retourne en Esapgne je ne sais pas ce qui me prend mais c’est comme si je n’arrivais plus à penser correctement, comme je me retrouve dans le même contexte, avec mon oncle (que j’aiemrais éviter!!!) qui habite à côté de ma grand-mère(que je veux voir quand je vais en Espagne!!!) et ma soeur qui me connait quand je vais en boîte et bien je retombre dès que j’arrive dans tous mes excès!!! Et je remprends genre 1g à partager par jour de cocaine, mes amis qui ont tout arrêté ou ne fument que des joints et boient de la bière me font la morale , bon sauf un qui le fait de la peine car il n’a pas de taf et bon je ‘onvte quand je sors à de la cocane. Alors voilà depuis deux ans que j’ai des sous j’arrive à me contr^ler ici pour la coque, disons que c’est un peu plus difficile à obtenir et j’évite de demander qui en a, mais c’est lorsque je vais en Esapgne je fais n’importe quoi!!!!!!!!Et j’en ai marre mais je suis tellement faible!!!! Et en plus je crois que tout vient de l’alcool!!!!Dès que je bois un verre de bière c’est fini, je deviens « l’ancien que j’étais »!!!

  34. Bonjour,
    Ça y est pour moi enfin la vraie prise de conscience et ce déclic que j’attendais tant.
    J’ai pris conscience de la personne que je suis en train de devenir. Des conséquences sur mon entourage. Bref, vous connaissez tous la chanson.
    J’en consomme régulièrement depuis deux ans à raison de 2 voir trois prises par semaine en général en soirée mais je me suis vue dernièrement en prendre chez moi quelques fois l’après midi ou même 2 fois le matin. Au début j’adorais. je suis artiste donc ça me stimulait, ça m’inspirait. Comment trouver l’inspiration sans. C’est ça qui m’angoisse le plus. Et pourtant dernièrement je me suis rendue compte que l’effet s’inversait.
    Je deviens renfermée , transparente, je n’ai plus confiance en moi . Plus aucune joie plus aucune libido. j’ai l’impression d’être une coquille vide. Je me suis éloignée de mon entourage car je focalise sur des choses, je vois tout le côté noir des gens. Bref, j’ai l’impression de devenir parano.
    Pendant deux semaines je n’en ai pas consommé suite à un pb émotionnel que j’ai rencontré. La première semaine je pleurais non stop mais c’était aussi lié à ce problème. Et dés la deuxième semaine, je me suis sentie beaucoup mieux comme libérée d’un poids. J’ai fais le ménage autour de moi. Je suis allée au sport, j’ai mangé sain et j’ai réduit ma consol de cigarettes. Je me sentais bien, je constatais que je recommençais à m’intéresser à nouveau à ce qui m’entourait, à regarder les gens dans la rue, à discuter. je me retrouvais un peu. Pas de sensation de manque physique. Par contre, j’ai beaucoup transpiré la nuit et au sport mais aucune souffrane ou tremblements .
    C’est rassurant.
    j’ai eu la bêtise d’en reprendre jeudi soir, juste deux traits. Je devais me sentir trop saine et bien entendu suffisamment forte pour gèrer ça. Puis le lendemain, j’ai terminé le gramme. Et je samedi j’avais une autre soirée, il fallait que je tienne donc j’ai repris un gramme que j’ai partagé avec une amie.
    Au petit matin, j’étais chez moi avec elle et j’ai eu cette prise de conscience. Je n’étais pas bien, je me sentais faible, dépressive. Et là j’ai compris. Compris qu’il fallait que j’arrête définitivement.
    Que me souvienne comment c’était avant , comment je vivais avant car cette vie là je n’en veux plus.
    Personne n’est vraiment au courant autour de moi . Mes amis pensent que c’est occasionnel.
    Je n’ai pas le courage de leur en parler. Je préfère écrire et qu’ils ne sachent rien. Si je sens que c’est trop lourd, je pense que je consulterai un psy. Je sais que c’est une étape importante mais j’ai peur de les perdre car je leur ai menti à eux aussi.
    Merci Juliette pour ce blog.
    Je te tiendrai au courant de mon évolution.

    1. salut lajuju, si tu retrouves mes anciennes conversations sur ce blog tu verras que j’étais à plus de trois grammes par jour à la fin. Ma femme s’est barrée à 80 % pour cette raison. j’étais dans le même état que toi, aucun intérêt pour rien ni personne, parano, menteur.
      Bon finalement j’ai suivi à la lettre les conseils de notre petite gourou. cela ne fait que quatre semaine mais plus aucune envie de recommencer. j’ai changé certaines habitudes (plus de sport) et j’en ai parlé à des amis. Un peu honteux au début, ils m’aident maintenant chaque jour par un petit coaching téléphonique ou bien on se voit et on en parle. Si c’est des amis ils comprendront. n’oublie pas que tu es une victime de cette saloperie et que tu es loin d’être la seule…… C’est une drogue dure et très maligne. Jamais plus une latte est le conseil le plus important. J’avais arreté sans trop de problème pendant un an et demi. Une latte et tout était reparti.

      si tu respectes cette règle et les autres, compte quelques semaines et le soleil brillera de nouveau dans ta vie et ta vigilance sera beaucoup plus solide que tu ne le crois.

      Bon courage à toi.

      1. Merci pour cette réponse… Je sais que ce n’est pas impossible. Je suis décidée depuis bientôt une semaine suite à une soirée qui m’a fait réalisé que je pourrais presque me mettre en danger pour un peu de coco…. du coup j’ai déjà passé un week end sans consommer. Et ce week end là sera le deuxième test que j’espère passer !!

          1. En fait non. J’en ai repris encore et encore et il y a un mois je me suis mise avec qqn qui n’en prend plus et il m’a demandé de ne plus y toucher. Un mois sans rien. Et après une engueulade j’ai craqué en revoyant un pote qui consomme. C’était cette semaine. Je regrette surtout que j’ai du mentir à mon copain car il menace de me quitter si j’en reprends. Mais je regrette. Ce n’était pas sur un coup de tête. Je n’étais pas extrêmement alcoolisée. Je savais ce que je faisais et j’ai décidé d’en reprendre. Lui du haut de ses six mois de consommation n’a plus aucune envie. Je ne peux malheureusement pas en dire autant :(
            Je dois tenir pour moi ma santé mon boulot mes amis et surtout cette relation naissante qui me donne tant envie d’aller de l’avant….
            Merci Juliette d’avoir pris des nouvelles.
            Je suis déterminée mais perdue et apeurée d’être toujours accro et de ne jamais me détacher de l’envie souvent présente de consommer….

    2. Salut cela fait longtemps de ton message mais j’aimerai jaser en priver avec toi j’ai l’impression de vivre mot pour mot la même situation personne n’est au courant …

  35. Je sais pas comment t’as fait, c’est si dur de ne pas en prendre la tentation c plus fort que moi je sais pu quoi faire !!

  36. Bonjour Juliette
    Tous ces conseils me semblent être en adéquation avec les conseils fournis par l’additologue que j’ai commencé à voir en Avril de cette année.
    6 ans de consommation d’alcool cannnabis cocaïne et autres. J’ai aujourd’hui 22 ans. J’ai perdu beaucoup d’argent là dedans et commence à m’inquiéter sur ma capacité à me reprendre en main. Je ne me sens pas prête mais le serai je un jour ???
    Tous mes amis sont des consommateurs et la coke tourne dans les soirées que je fréquente et rythme mes week-ends.
    Mes amis savent que j’ai un problème avec ça car trop dur à cacher quand au début de chaque soirée après quelques verres je me mets à faire le tour de tout le monde pour savoir qui est prêt à mettre des sous pour partager les frais…..
    J’espère avoir ton courage, j’espère trouver un jour la force de me libérer de cette merde.
    Bravo Juliette !!
    Je vais lire tout ton blog et pour l’instant je le trouve très bien écrit.
    A bientôt….

  37. tu m as donné le declic par ta clarté et ton expérience… j étais à berlin aussi en mars 2013 et on s est surment croisé !!! toutes ces soirees gachées, 5 h de bien etre pour 48 h de deprime ca vaut pas le cout. courage et merci:)

  38. CHANGEMENT DE NUMÉRO.

    Bonsoir à tous.

    Grace au blog de Juliette j’ai réussi à avancer vers une vie sans Cocaine.

    Quelques rechutes mais les rechutes servent aussi à avancer. Mes proches m’aident. Je comprends mieux les mécanismes de la prise chez moi. J’avance. Doucement.

    Je tenais à vous raconter ma mésaventure de la semaine dernière.

    Vers 10 h 30, au travail mon portable sonne en numéro masqué et pour une fois je réponds. Je n’aime pas les numéros masqués mais je suis en train de chercher une Baby Sitter pour mon fils qui rentre en CP alors je décroche en pensant discuter garde d’enfant.

    A l’autre bout …. Le 36 quai des orfèvres.
    Le flic me demande si je peux passer faire une déposition. Rien de plus mais rien de grave me dit il quand je lui demande si quelque chose de terrible vient de se passer.

    Il me dit travailler à la PJ. Me donne son numéro si j’avais un doute sur la provenance de l’appel.

    mais je n’ai aucun doute . Je me doute fort de ce qui va se passer.

    Alors j’y vais. Je quitte le travail sur le champ. Taxi. Quai des orfèvres.
    Quand mon interlocuteur arrive (Après un dédale d’escaliers et contrôles de sac à main ) nous montons encore deux étages et je comprends que je suis chez les Stups.
    Plus de doute. Il y a des panneaux de prévention partout.
    Après une marche jusqu’au dernier des derniers bureaux du fond j’arrive
    dans une pièce très encombrée. Là travaillent 3 autres personnes, le flic m’indique une chaise qui doit être la depuis 1980. Tout le monde va donc entendre ma déposition.
    Très intime et Cosy.

    Il s’assied face à son clavier et son vieil ordi. Puis il m’explique que je dois déposer dans le cadre de l’instruction d’un dossier.
    Mon numéro était dans le portable d’un dealer. Il me montre une photo (mal) prise en gros plan. Je reconnais le dealer : Thierry.

    Je dépose en toute franchise. Je ne suis pas trop stressée, je me dis que j’assume, je tente de répondre aux questions mais que puis je répondre à  » que connaissez vous de la vie de ce monsieur »
     » comment s’appelle t’il ? »
    « Thierry je dis  » ( ah là je sais!)
    Je me fais un poil engueuler car selon le flic il a pas une tête à s’appeler Thierry. ( j’apprendrais son nom à consonance arabe en signant ma déposition )

    Je suis franche et le flic n’est pas hargneux. Il fait son taf.
    Il remplit la déposition avec les quelques détails fournis.

    Puis il me dit.
    C’est bon. Vous signez puis vous partez. Cela a duré une petite demi heure. Il sait tout de ma consommation et de mon identité.

    Je lui demande  » et il se passe quoi pour moi maintenant ? »

    Il dit.
     » vous êtes inscrite sur le fichier national des consommateurs de stupéfiants rien d’autre pour le moment. Mais si jamais on retrouve votre numéro dans le portable d’un autre dealer vous aurez une injonction thérapeutique de désintoxication  »
    Puis il me dit

     » un conseil : CHANGEZ de numéro »

    Il me raccompagne avec gentillesse, presque de la sollicitude.

    Je pars.

    J’ai la sensation qu’un cycle s’achève.

    Une semaine plus tard – vendredi dernier- je change de numéro car je viens de recevoir le sms d’un dealer avec un numéro de portable.

    Je crois que ce flic m’a donné le 11ème conseil utile.
    Changer de numéro prend 3minutes et c’est gratuit.
    Ensuite on envoie son nouveau numéro en écrémant les personnes qui nous emmerdaient.
    Bref : D’une pierre deux coups.

    Alors Comme Juliette le conseille :
    Effacez les numéros et évitez vos amis consommateurs.

    Mais si comme moi vous aimiez en prendre seule- Pour lire, avoir plus de temps à soi, écouter de la musique et des poèmes, profiter du plaisir de la drogue seule- changez de numéro.

    Un nouveau numéro c’est ( par le simple fait de recevoir un sms) une envie et un danger d’acheter de la C pour soi seul(e).

    Donc effacez l’historique de votre portable et Changez de numéro.

    Ça aide.

    Vraiment.

    Merci de votre temps.

    J’espère ne jamais retourner au 36 ( décor et ambiances dignes de Braco)

  39. Bonjour.

    j’espère que tu aura mon message comme il est de 10/2013 . Voilà mon compagnon à arreter la coke depuis un an quand il avait commencer a en prendre c’était en la fumant ( free bese ) pendent 5 ans et la dernière année il fessais que de snifer donc il en a pris pendent 6 en tout il a commencer a arreter en allant voir un médecin mais ça la pas aider du coup il couper les ponts avec les gens qui en prenais et a arreter son travail car son ami et collègue en prenais au Taff en suite il a voulu qu’on parte de Paris cela fais donc 1 an qu’il a arreter mais il a peur de retomber dedans car il doit retourner travailler dans la société ou il était a Paris ( mais son ami n’y est plus ouf ) que puis-je faire l’aider ? Surtout que la première fois il m’avait demander de dire a son dealer de plus le contacter pour plus avoir son numéro

  40. Chère Juliette,

    Merci pour tes 10 conseils pour arrêter la C qui sont extrêmement pertinents car la toile regorge d’histoires sur des forums qui font plus des états des lieux que d’offrir des approches claires et constructives. C’est très pertinent.

    Ne penses-tu pas que pour beaucoup cette drogue est comme un amant/maîtresse ? Quelque chose d’interdit, d’excessif par son coût. La pratique s’en apparente : on la prend en cachette et on trompe son entourage. Cela commence souvent comme l’alcool, on le consomme en soirée puis vient le stade où on pratique seul en nourrissant secrètement une relation avec elle.

    Anne

    1. très pertinent l’analyse de la relation avec Me ou Mad Cocaine. C’est même une relation passionnelle, cet(te) amant(e) se fout de plus éperdument du mal qu’elle peut vous provoquer ainsi qu’a votre entourage. C’est une relation à sens unique.

  41. Coucou juliette;
    c’est la première fois que je trouve des conseils pour arrêter la coke.
    Moi je n ai découvert que mon mari en prenais qu’un an après notre mariage, il ne me l a jamais avoué.
    Il devenait de plus en plus nerveux et avait des phases de dépressions.
    Je l ai accompagné dans un premier temps dans un centre d’addiction mais il me disait qu’il voulait s’en sortir tt seul.
    Nous avons eut une petite fille adorable il y a peine six mois, un soir il est rentrer les yeux écarquillés, il délirait et m’a dit qu’ il me tuerait, depuis je suis partie du domicile familial.
    Il est revenu en s’excusant, je lui pardonne mais je ne peux pas me permettre de vivre avec quelqu’un qui peut être dangereux pour ma fille et moi. Désormais je sais qu’ il va mal mais je ne sais comment l aider.

    1. Bonjour Esperance, merci pour ton commentaire. C’est tres délicat, surtout que la cocaine rend plus dure, plus egoiste, plus nerveux. Il faut lui parler, montre lui ce blog peut-être, donne lui du temps. Il peut décrocher, déjà en avoir envie est une premiere marche affrontée!

      Courage!

  42. J’ajouterai se retrouver/trouver une passion, un truc qui fait du bien etsi c’est dans la nature c’est encore mieux.
    Suggestion : danse, escalade, rando, boxe, peinture….. Cela permet en plus de connaître de nouvelles personnes.

  43. Bonjour,

    Bravo tout d’abord a toi.
    J’ai besoin d’un conseil mon copain est acro aussi je m’en suis rendu compte quand je suis rentrer un matin sans le prévenir. il ma dit hier qu’il avait besoin d’aide qu’il voule arrêter. je suis très content que ce soit ça décision car je ne peu pas le forcer.
    Mais maintenant il me demande de l’aider a arrêter, je ne sais pas comment faire, avez vous des conseil?
    merci d’avance

    1. des conseils ? ne as être sa thérapeute et bcp de courage, ne pas trop y croire cela évite bien des déceptions, se protéger, car des rechutes il va y en avoir et si tu t’investi trop dans l’accompagnement de son arrêt, tu risques d’y perdre des plumes et BCP BCP d’énergie ! C’est pas très rassurant, désolée, mais c’est la réalité ! Va faire un tour sur doctissimo pour t’en rendre compte ! et garde à l’esprit qu’au moment ou il t’a dit qu’il voulait arrêter, il le voulait peut-être mais que ce ne sera plus le cas le lendemain ! peut-être qu’il l’a dit aussi pour te soudoyer ! peut-être qu’il es sincère aussi. Le problème c’est que c’est toujours très difficile de savoir ce qu’il en est vraiment avec eux.

  44. Personnellement c’est quelqu’un qui est très proche de moi qui y est accro depuis peu.. je crois que c’est le pire de voir un proche se détruire sans rien savoir faire.. De ce que je vois des effets qu’a cette merde, tu as eu beaucoup de courage d’avoir arrêté et d’en parler maintenant pour aider.

  45. bonjour déjà pour commencer Juliette c’est vraiment énorme ce que tu fais la, même ton parcours franchement je ne peux que respecter pcq tombé dans la c c’est vraiment qqc d’inexplicable. 1 trace et vous êtes condamné, c’est le mot, quelques heures après la 1ère vous vous dirait Orf aller encore une petite…. déjà pour ceux qui ont des amis étant tombé dans cette merde, pourquoi ne pas les prendre au dépourvu et les faire prendre conscience? un soir ou ils ont prévu de se percher le crâne à la c avec leurs potes, proposez à votre ami d’aller au ciné ou autre, il vois répondra qu’il a déjà qqc de prévu forcément mais si c’est vraiment votre ami faites lui comprendre qu’une soirée trql ne fais pas de mal et vous lui ferez sûrement prendre conscience d’ailleurs ce soir la si jamais vous arrivez à partager à rigoler … moi je suis dans le délire Mdma/taz ça me convient très bien, surtout à la fréquence ou je prends ça ( environ 3mois entre chaque prise ) sachez que le kiff est énorme et que de temps en temps c’est vraiment agréable surtout si en prenant des drogues  » dures » vous avez un très bon mental, bcp de drogue joue la dessus. désolé pour la lecture quand je me lance je ne m’arrête plus

  46. Bonjour , je tiens a te féliciter juliette pour cet effort fourni pour creer ce blog avec tant de conseils pertinents et un partage du vecu qui est trés important , ca change des blogue et les site classique qui te parle avec la casquette du médecin renfermé :) pour mon cas j’ai commencer les drogues dur a l’age de 16 ans ,j’etais un grand boxeur dans mon pays… donc j’ai pris une ligne puis deux je n’ai pas vraiment eté tenter aprés je preferais l’ecstazy ou la la mdma etc …donc je me faisais des petits meuj de temps a autre question de triper , aprés j’ai commencer mon proket donc j’avais un revenu d’argent asez important je sors le soir je m’eclate et j’ai toujours des sous sur moi du coup je me dis qu’il faut que je rpenne la con et c’est quand tu commence a deguster cette merde seul que tu tombes dans l’addiction sans pour autant voulour l’admettre bien sur .
    donc jeconsomais sur une freqeunce d’une fois par mois apres deux fois par mois .. aprés chaque semaine,et aprés je dirais la phase ultime c’est que ca deviens lié a l’alcool , ca ne passe plus , des que je bois deux verres j’ai le nez qui coule et je commence a chercher de la c , des fois je suis en soirée a peine rentré je bois deux verres et je sors en chercher au détriment des beaux moment je reviens 2 heures aprés( vu que c’est un peu difficile d’avoir de la bonne qualité la ou je suis ) je suis au maroc … du coup quand je reviens je constateque les bouteilles sont finis , l’ambiance est morte mais je m’en fou j’ai mon soi disant remède, je laissais mon ex avec mes amis … donc la j’en prend des que je peux , ca m’arrive d’en prendre chaque jour comme ca m’arrive d’arrêter quelque jours mais au bout du 5éme je commence a chercher sans le faire expert mes amis addict , y’a une partie de nous qui rejette cette merde mais au fond de nous y’a une partie qui est amoureuse de cette drogue et c’est ca le plus grand problème , parager les experiences , parler qualiter avec les copains consomateurs et, le piure cest que maintenant ca ne me fais plus le méme effet , au debut ca me donnais du punch , je me sentains invincible , la je reste silencieux entrain de raler pour la qualité ….j’ai pu arrêté 11 mois grâce a l’aide d’une personne qui m’a beaucoup soutenu mais qui n’est plus la …. je me souviens que j’avais complètement changer de numéro , j’avais repris mon sport et j’étais classé 3éme cette année , pas mal pour ce que je faisais :) j’avais rempli mon temps d’activités , pêche , footing , nouvelles fréquentations , j’avais meme changer de style musicale , vu que je suis dj de passion et ca marrive de mixer pour mes potes en soirée … donc ca cest un point trés important si quelqun de vous ecoute de la musique électronique, croyez moi ya un coté satanique dedands qui vous poussera a reprendre contacte avec des consommateurs , il n ya qu’a lire les titres des track ( cocaine , dmt , mdma , sex etc …) y’a un truc que j’avais fais qui etait pas mal aussi vu que je suis coach accompagnateur de métier et on travaille avec des cartonettes , le jours ou j’avais décidé d’arrêter j’avais pris des cartonettes et écris desus , des initiales de mes bad trip et mes états de merde quand j’en prenais … j’avais même écris sur une cartonette que j’etais un lâche si je retouchais a cette merde , et cette soirée j’avais tapé 5 gram limite l’over dose et j’ai tout collé ; comme ca le lendemain si je voulais en prendre j’allais penser a la veille en regardant les cartonettes que j’avais coller sur le mur de mon appart et que ca allais me stopper .. du coup je vous disais que ‘jai arrêté 11 mois et j’ai replongé petit a petit et pire qu’avant sauf que la le budget n’est plus le même , et la santé non plus …. je ne suis plus un champion , j’ai maigris comme pas possible , et demain méme je vais me tapper presque 350 kilomètre juste pour aller a une ville qui est trés dangereuse au maroc mais ou ya de la bonne c donc dangereuse ou pas je m’en fou l’essenciel c’est d’avoir de la bonne qualité :( :( ( l’egoisime du consomateur)
    … en esperant d’arreter un jour , de toucher le fond et de remonter peut etre quelle vie de merde :) ca fait 12 ans que j’en consome , on dirait que j’ai commmenc hier , y’a méme des années que ‘jai completement zappé dans les quels j’ai rien foutu d’important !!! donc svp si vous avez un proche ou un ami qui consome juste le fun arretez le , faites de votre mieux je vous en suplie :) je vous remercie tous de m’avoir écouter et excusez mon français, au Maroc c’est notre deuxième langue … d
    ps : chapeau julie pour le blog .

    1. Pour avoir pris de la coke de facon occasionnelle pendant des annees une fois tous les 2 ou 3 mois( pendant 4 ou 5 ans) sans jamais y penser si on ne m’en proposait pas, ca a switché en qqes mois ( sans raison particuliere) il y a deux ans; ca a commencé par impossibilte de passer une soiree en buvant sans en prendre, puis parfois dans la journee ( la premiere fois a un moment tres difficile dc j avais l’excuse mais le pas est franchi) et parfois chez moi. Pas d impact sur ma vie sociale pour le moment, ni mon travail, mais un sentiment de honte, de gachis ( l’argent mal depensé), de mauvaise image de moi, et de prise de conscience de ma faiblesse. Car au debut j’aimais meme l image un peu « branchee » que ca donnait – (sous mon image classique, je peux etre borderline, jy pensais parfois en meeting avec mon boss je me disais « sil savait les soirees que je passais » ). Quand ca a commencé a deraper, je l ai avoué a mes proches, car ma philosophie a tjrs ete de tout dire a mes amis proches ds la mesure ou si tu n es plus capable d’assumer ce que tu fais par rapport aux gens qui t’entourent, c’est que tu qs depassé les bornes.Donc toute ma vie je me suis toujours arrangee pour ne jamais faire qqe chose que je ne pourrai pas assumer. Mais voila, pour la premiere fois de ma vie, apres avoir toujours été honnete et entiere et faire les choses bien( boulot amitie,amour, argent et meme avec des inconnus ) et pour de la merde comme la coke, je suis a un point ou je mens a tout le monde ( je suis a 1 ou 2 g par semaine) meme a mon mec avec leauel je vis. Je vis a letranger; et donc j ai considere rentrer en France ou changer de pays pour casser les habitudes. Avant ca j’ai fait un mois de voyage en backpack en Asie du Sud ( j en rentre tout juste) Confirmation : Alors qu’ici j y pense tout le temps, aucune envie de prendre de la coke pendant un mois, je n y pensais meme pas, et ca m’a rassure . Mais ca fait a peine une semaine que je suis de retour dans ma ville ( festive, avec un groupe d amis festifs et qui n en prennent pas tous, bcp ont reussi a arreter ( ils en prenaient seulement en soiree)) et j’y pense tout le temps de nouvequ et bien sur jen a pris et bien sur jai menti a tt le monde. Pour moi la solution est claire : Casser les habitudes et les automatismes. Plus facile a dire qu a faire dans son environment, dc si on y arrive pas : changer d environnement: Dans la mesure ou je vis a l etranger; c est plus facile a considerer pour moi( retour en France) mais pourquoi ne pas le considerer dans l autre sens? Changer de ville voir de pays : nouveaux challenges, nouvelles personnes, pas de numero, pas d habitude et pas de groupe d amis ou meme de conaissances lie a ces habitudes. Ca peut paraitre extremiste mais a n importe quel niveau si ca permet de se respecter et partir sur des bonnes bases, je pense que c est le meilleur moyen. Personne ne parlait de cette solution et je pense que c est la solution pour moi dc je voulais la partager pour que d autres puissent la considerer.

      1. les quelques fois ou je m en suis sorti sont dus a un changement total d environnement. Rentrer au pays apres deux ans en amerique du sud, quitter la ville de mon ex copine qui etait dealer. Et arrivé dans cette nouvelle ville les tentations sont grandes car lorsque l on connait le milieu on sait trouver un moyen d en avoir, du coup j évite tout contact avec le milieu. Cependant quand la famille est touchée pas facile de s en separer. seule solution trouver la force de dire non( et la c est un sacré challenge) afin de montrer l exemple. Ceci dit je m echappe de nouveau ailleurs quelques mois pour reprendre les choses en main. J ai cependant toujours reussi a rattraper in extremis le controle de ma vie. Et je m en sors pas si mal finallement. mais la tentation est forte, le gaspillage énorme!

  47. Bonsoir Juliette (ma petite sœur a le même prénom et elle est aussi forte que toi, c’est un signe! :)
    Et merci. Vraiment merci…
    Je rédige ce post en pleine montée, après 5 lignes tapées tout seul chez moi… À 4h30 du matin, après être rentré d’une 3ème journée de 16h de taff, et après avoir lu l’intégralité des témoignages présents ici, tous plus prenants les uns que les autres (excepté un pavé que je ne nommerais pas ;) Je l’écris donc, tant pour bien prendre conscience du pathétique de ma situation que pour solliciter soutien et conseils auprès de vous, qui avez embarqué peu ou proue dans la même galère que moi. Et me voilà donc devant mon écran, mais symboliquement devant vous, piteusement enclin à vous livrer un de ma vie

  48. salut Juliette,
    moi aussi je craque et méchamment depuis qlq temps… depuis jeudi passé sans compter vendredi soir, j’ai tirer 12g…. meme moi j’en reviens pas… j’ai tellement besoin d’oublier les gros soucis de ma vie que je me défonce comme un con…. et la ca fait depuis hier matin 6h que je n’ai pas dormi, 5g cette nuit, et je viens de tout raconter a ma femme, et comme bcp d’entre nous j’ai honte, je me cache, et je ne veux surtout pas l’impliquer dans cette merde alors que je devrais lui en parler de suite quand je sens que je faibli, mais je suis faible et l’ami qui me fourni (a credit et oui c’est un ami) je ne peux pas lui en parler, il va me cogner severe, j’ai peur de perdre ce quil me reste, ma femme, ma fille (sujet que je veux oublier, gros souci avec la mère) mes amis, ma famille. je n’ai rien dit a personne…. enfin presque, puisque je viens de mettre au courant ma chérie… elle est bcp plus jeune que moi et elle a une période assez stressante depuis quelque temps, je n’a pas envie de lui rajouter ma merde en plus…. mais il fallait que je lui en parle, mais je vous explique pas l’ambiance maintenant…. forcement si je cache cette merde…. et je lui et promis que j’arrêterais ce genre de merde… mais pour oublier… je n’ai rien trouver d’autre…. je sens que je me met en danger physique et avec mon entourage…. j’hésite aussi a en parler a mon psy, meme s’il est vraiment bien et compréhensif, j’ai peur qu’il prenne des mesure contre moi…. je rate ma vie depuis des années, j’ai l’impression d’avoir une personnalité qui détruit systématiquement ce que je crée…. j’ai grand besoin d’aide….

    il y a 10 ans je suis tomber dedans pour la première fois et meme plus qu’aujourdhui, je m’en suis sortit en allant habiter chez ma mère 3 mois, pour remmetre le tout a flot, cela a bien fonctionner, mais les connaissances, les amis et dealers ne sont jamais très loin quand on veut s’eclater, depuis quelque mois la vie dégringole autour de moi, travail, famille, amis, beaucoup de changement, beaucoup de chagrin. et j’ai replonger pour oublier…. si au moins c’etait a titre festif… je me sens tres seul et pourtant plein de monde veut m’aider, je n’en parle pas parce que j’ai honte et je ne veux pas voir de regard de peine ou de colère, j’ai besoin de soutient.

    merci d’avance d’avoir pris le temps de lire les conneries d’un mec perdu…

    1. Salut julien, n’oublie pas que tu es en pleine descente et donc tout est 40000 fois plus dramatique que la réalité.
      La première chose (pour me l’appliquer régulièrement) c’est de stopper l’autoflagellation et la culpabilité. Cela t’enfonce et tu auras en plus l’envie de recommencer.

      je suis dans le même cas que toi, replonge souvent et trop, mais j’ai dix ans de consommations avec deux ans d’arrêt. Si j’ai pu arrête deux ans je saurais le refaire et toi aussi.

      Le premier à qui tu dois en parler c’est ton psy. C’est son boulot et n’oublie pas que jusqu’à ce jour tu t’es uniquement fait du mal à toi, un peu à ton entourage et beaucoup à ton portefeuille. Tu n’as tué personne (jusqu’ici)

      Alors 1: calme toi et dors deux bonnes nuits minium (un Xanax ou deux ne te tueront pas)
      Alors 2: après ces deux nuits tout va s’alléger et là tu vas voire ton psy.
      Alors 3: facile à dire mais tu stoppe la conso. Ton ami dealer, tu attends quelques jours, tu vas le payer avec quelqu’un qui t’empêchera de racheter ou d’accepter un cadeau : en matière de drogue, il n’y a pas d’ami. Le crédit est un piège de plus…la facilité.

      Bonne chance mec.

  49. Arreter de voir ses amis consommateurs a été la pire chose (pour ma part)
    Vu que tout mes amis l’étaient j’ai arrêté de voir tout mon entourage, ce qui m’a poussé à me renfermer sur moi meme et à ne plus sortir de chez moi jusqu’a développer une phobie sociale qui m’empêche meme de voir des gens de ma famille.
    Le pire c’est que cette situation m’a amené à consommer beaucoup plus chez moi tout seul qu’avant avec mes potes, j’ai totalement perdu confiance en moi et financièrement je suis au bord du gouffre, je ne suis motivé pour rien, je ne mange plus, je ne travailles presque plus… C’est de pire en pire et d’ici quelques moi je me retrouverais à la rue.
    Si j’ai un conseil à donner : NE SUIVEZ PAS LES CONSEILS DES AUTRES, faites votre propre chemin en réduisant petit à petit les doses ou autre, peu importe ce que vous faites mais faites quelque chose qui fonctionnera SELON VOUS, le fait de le faire de son plein gré doit être beaucoup mieux que d’agir comme un pantin sous les conseil d’un médecin/ ami ex-consommateur etc… car je penses que chacun réagit différemment, en fonction de plein de critères dont les quantités consommées.

  50. Bonjour Juliette,
    J’ai une question. Cela concerne surtout une de mes potes qui consomment de la C et/ ou de la D au moins 2 fois par semaines. De plus, elle est sur Paris depuis 1 mois et s’est déjà fait un cercle « d’amis » qui sniffent des lignes régulièrement. Je sais qu’elle est fragile psychologiquement et même si elle dit elle même qu’il faut qu’elle s’éloigne de ce groupe, je sais qu’elle va continuer à les voir. Je m’inquiète pour elle mais je ne sais pas comment la convaincre d’arrêter tout ça. Une pote et moi avons déjà eu une discussion avec elle, pour lui dire qu’on est inquiètes et que ce qu’elle fait est malsain et dangereux, mais elles nous a répondu clairement « Je sais tout ça, vous pouvez me le dire mais ça ne changera rien »…
    Pourrais-tu me dire comment je dois réagir ? A l’époque, est-ce que tu aurais apprécier que des ami(e)s qui ne consomment pas viennent te parler, pour dire qu’ils sont inquiets et qu’il faut que tu arrêtes ?
    En tant cas, merci pour ton article et félicitations d’avoir arrêter et surtout de pouvoir continuer à faire des soirées sachant que d’autres personne tapent à coté, sans rechuter. Bravo !

  51. impossible, je vient d’avoir 18 ans et je voit quelqu’un pour les drogue mais la coke c’est trop dur, j’aime trop ça et j’essaie d’arrêter parce-que sa me fait réfléchir quand je pense a mon avenir, mes projet, je voit quelqu’un fin octobre je reposterai un commentaire pour tenir au courant.

  52. bjr, je viens sur votre blog pck après une cure de plusieurs années je serai en manque toute ma vie mais je m’habitue. Si je fréquente votre blog c’est pour l’odeur de la drogue pck j’en ai besoin mais je n’en prendrai plus jamais. Je m’assemble par ce blog avec qui me ressemble et ça si vous savez de quoi je parle alors vous me comprenez. Nous ne pouvons que nous comprendre entre gens de même acabit. Les blogs, les forums de la drogue sont pour moi un peu un substitut. Aujourd’hui je ne bois plus que de l’eau mais je reste avec ça. Dedans, en cure, ou après, on reste avec ça.

  53. Bonjour, j’aimerai savoir à partir de quand considère t-on que l’on est addict, est-ce qu’en prendre une fois chaque weekend pour les soirées c’est déjà trop ? Merci

  54. Bonjour je viens de me séparer de mon conjoint 21 ans de vie commune nous avons toujours été dans la drogue au début moins fréquent mais les 10 dernières années on faisait de free base je n’étais plus bien dans ce mode de vie et lui n’ont plus mais on n’a jamais été capable d’arreter pour sauver notre couple car moi je n’étais plus moi même la dessus et le l’ai perdu au début de notre rencontre il m’a dit je prends de la bière, fume des joints et je snife , maintenant il a rencontré une autre femme et lui as dit je bois de la bière et fume ds joints , croyer vous qu’il va arreter la drogue dur , moi ca fait un mois que j’ai rein pris et je suis bien contente mes enfants le savent il m’aide mais je n’ai pas de misère j’était vraiment écoeurer de ce mode de vie mais je n’arrivais pas a le quitter car je l’aime, je souffre beaucoup mais c’est pour le mieux

  55. Cc Anonyme, ton histoire me touche beaucoup et oui de nombreux couples tox réalisent après de nombreuses années que finalement leur vie de couple tournait autour de la drogue. Après 17 ans de vie commune j’ai rencontré une très belle femme d’une trentaine d’année et bien que très courtisés tous les deux, c’était la rencontre d’une vie, fusionnelle, incroyable; nous touchions sexuellement parlant l’apogée…moi je sniffais depuis 10 ans mais uniquement en sortie le we 1 g, étant un grand sportif cela me suffisait. et après 5 mois ma conjointe craque et recommence à fumer la base (crack), c’était clairement ma rencontre avec le diable; la base c’est le diable dit on, le sniff c’est rien du tout comparé à la base. Lorsque tu tombes dans l’incroyable puissance du flash que procure la base. très rapidement notre couple très social c’est enfermé dans des marathons de plusieurs jours de sexe incroyable, sans aucune limite et après avoir claqué environs EURO 80’000, perdu 10 ans sur mon visage, ma société, je réalise que notre couple est très très fort car aucune dispute et surtout nous fumons la base ensemble et avons des activités sexuelles ensemble. Depuis 2 mois j’ai décidé de tout stopper, snif et base, elle aussi. ON sent que le couple veut survivre à cette came maudite, mais en même temps on réalise que lorsque l’un à un crawing, il entraine automatiquement l’autre… Nous voulons stopper en même temps mais madame à 9 ans de conso de base, moi 1 année alors que faire, se quitter durant les fameux 40 jours, ne jamais se voir en sortie le soir pendant un moment?
    Ce qui me rassure c’ est que nous nous sommes connus sans came durant 5 mois, mais aujourd’hui on sent bien que le couple est le point faible dans un programme d’abstinence…
    Courage anonyme, ton histoire fut certainement très belle et vous avez du vivre des moments intenses et magiques avec la came, alors disons que « the dream is over » mais il faut aussi savoir conserver les bons moments,

  56. Salut Juliette, je te remercie pour tes précieux conseils car ils me servent énormément ! J’étais MDR à la lecture de certains de tes passage empreints d’humour… Mais surtout c’est qu’après 3 ans de consommation hebdomadaire, je ne savais pas comment m’en sortir et surtout, comment gérer la situation avec ma copine de 6ans. Qui (entre nous soit dit) m’a fait découvrir cette drogue la première fois, avant que cela devienne vraiment un problème… Aujourd’hui j’ai arrêté (cigarette et coke) et la vie me parait magnifique !!! Mais je ne sais pas si cela n’est arrivé trop tard pour sauver mon couple… Mais ceci est une autre histoire et en aucun cas je voudrai me servir de ce prétexte pour recommencer, car trop de gens le font et ce n’est que faiblesse à mon sens.

    Merci du fond du coeur pour ton Blog et te conseils !!!!

    Chris (Suisse)

  57. Je viens tout juste de tomber sur cette page de dialogue, les premières « confidences » que j’ai lu m’ont tant touchée… Puis je reconnais qu’ayant constaté qu’il y en avait tant après, je reconnais que j’ai fini par cesser de lire… ( en toute humilité et ainsi qu’avec le plus grand respect pour tout les intervenants car tous avez été si courageux de vous ouvrir, faire partager vos expériences, vos souffrances… Et surtout reconnaître vos faiblesses d’une façon si humble et digne….

  58. Dabor Je dois dire merci pour tes conseils car ils sont juste.suive les si vous avez des problème de coce ,moi franchement je vien de faire une rechute. Merde ,sory. C’est le plus dure ,je veux dire, resté clin .sur tout si on n’est pas ontouree des bonnes personnes ou de là famille;,c’est dure je peux vous le dire mais je vais le faire mieux cette fois si .c’est promis.

  59. Ou alors il suffit d’affronter sa peur du vide. C’est simple, gratuit mais difficile. Cela dit, ca apporte enormement sur le long terme :

  60. Salut
    Moi je consomme depuis des années
    M aujourd’hui Ca me plait pas je consomme entre amis et en rentrant je continue seul et je supporte plus. Durdur

  61. bonjour j’ai un ami qui consomme depuis 8 mois ,je ne sais pas quoi faire pour l’aider mais je ne peux pas le laisser comme ça ,il est jeune il faut qu’il s’en sorte et je veux l’aider que puis je faire ?

    1. Bonsoir à tous ,
      Il est heureux de voir que nous ne sommes jamais seuls , misérables et pathétiques (sauf lors des descentes !).
      Je suis accro à la C depuis maintenant 6 ans , et j’arrive à peine à y croire..heureusement mes fosses nasales sont la pour me le rappeler .. J ‘ai connu cela à Saint Barth , en y travaillant de façon occasionnelle : le gramme à 10 balles et top qualité , ça te ruine un lobe frontal en quelques semaines .
      Je considérais cette consommation , comme circonstancielle , limitée à un ou deux grammes par semaine , au soleil et en after sur les yachts , tout cela un mois par an .
      Mais le démon avait déjà son emprise sur moi , et j ‘ai commencé à snifer deux grammes par semaine pendant les 5 années qui ont suivi avec l’anéantissement total du rêve américain initial : ruptures sentimentales , problèmes financiers , isolement . Je me suis tellement encrassé les poumons et brulé les narines devant mon ordinateur durant tout ce temps que cela en devient presqu’irréel ..comme une soirée qui se répète éternellement , quitte à couper les ponts , pourvu que la blanche reste à mes côtés.
      Etant maitre dans l ‘art de la dissimulation , et passant pour un mec intelligent et responsable , je suis arrivé à enfumer pas mal de mon entourage . Mais celle qui allait devenir ma femme m’a surpris tapant tranquillement dans ma cuisine (elle ne peut pas me foutre la paix , bordel! ) et m ‘a écouté , sans me juger .
      et je l ‘ai épousé six mois plus tard . Mais j ‘ai rechuté trois mois post mariage , et je repars dans ces descentes ,glaçantes , morbides voire mortifères qui envahissent ton cerveau le lendemain .
      Alors, comme tout masochiste qui se respecte , je m ‘accroche à cette culpabilité pour tenter d’arrêter , ce qui bien sûr , ne fonctionne pas avec moi , ça se saurait depuis le temps .
      Alors , cette fois je vais m’accrocher à l’amour , et à cette « lune de miel » sans coc de l ‘année passée .
      Pour elle , pour moi , pour mes patients .

  62. Salut sa doit faire 8 ans que je consomme cette merde jai essayer darreter pas plus que 4 mois sans toucher. jai essayer se que tu dit et jai beaucoup de misere je suis plu capable de cette miserable vie cest entrain de me detruire je suis toute entrain de perdre amis voiture logement et que dire des dettes.
    Bon jai dla misere a discuter de mes problemes avec le monde mais la je suis plus capable
    Si quelquun peux me donner dautre conseil sa serai aprecier

    N.b. desoler pour mon francais mais dison que spa le plus important

  63. Bonjour Juliette,
    Voilà il est 01:15 du matin, on est mercredi matin, en pleine semaine, et je suis debout à cause du « calgon » comme je l’appelle.
    J’en ai pris 3 fois en une semaine, parce que je suis au chômage et donc je veux m’occuper.
    C’est juste horrible. là par exemple, je me fais le gramme tout seul pépére chez moi, c’est triste et ridicule. Tes conseils sont cools j’avoue, j’ai déjà essayé mais à chaque fois BOOM, tout revient…
    Quand penses-tu que l’on commence à être accro ?
    Merci et bonne fin de nuit du coup
    Thomas

  64. On se sent si misérable après…
    J’ai été une grosse consommatrice
    (2 ou 3 g /jour).
    J’ai arrêté seule, 100 fois j’ai replongé.
    Quand j’ai rencontré mon conjoint je me suis mise à culpabiliser de la peine que je lui faisais…
    Aujourd’hui j’ai un petit garçon de 18 mois et je ne supporte plus de me mettre en danger ni de me mettre dans de tels états que je ne peux plus rien gérer dans les 48h qui suivent…
    Le plus dur à gérer pour moi est la honte et la culpabilité ! Maintenant mes descentes sont épouvantables. J’ai beau les anticiper j’y retourne chaque fois ! Je pense être normalement intelligente, mais face à la C, je deviens totalement debile, impuissante. Je déteste ça. Je serais prête à payer très très cher pour me débarrasser de cette addiction qui finalement me pourrit la vie (je suis une merde, donc autant taper, je tape donc je suis une merde…)
    Quel enfer, je ne sais plus comment m’en sortir :-(

  65. bonjour juliette. de mes 16 ans a mes 21 ans jai touche a ca de maniere intermittente cad quand javais encore 16 ans je tapais tous les weekend des que jen avais la possibilité financierement parlant. puis jai arrete tout ce qui est drogues en terminale, je me suis engage dans des etudes tres dures et qui demandent detre au top niveau hygiene de vie. la je suis en 3e annee de medecine et jai repri il y a 4 a 5 mois je me suis fais des petites sesssions de defonce, la derniere cetait il y a genre 3 semaine jen ai tape tous les jours pendant une semaine. ca ma epuise mentalement apres je ne fesais que dormir pour recuperer des nuits blanches et je compensais le manque de motivation en fumant des joints. puis jarrete de fumer des joints et la je me retrouve depuis 2j a taper seul. cetait un dimanche je navais pas la motivation de travailler et je me suis dis que peut etre en prendre me boostera pour travailler de maniere plus productive. finalement non ca ma donne envie de sortir voir du monde, communiquer et puis la je me pose des questions car je suis seul chez moi a taper soi disant pour bosser. je voulais te sonder pour avoir ton avis. je ne veux vraiment pas etre addict a quoi que ce soit donc je te demande si a ton avis je vais revivre une periode de deprime et de demotivation apres cette session, est ce que je suis addict et a quel degre ? et ce que je peux toujours arrreter sans difficultes ? Merci juliette

    1. Salut Anonyme, je suis tout simplement effaré de lire qu’un futur médecin, même en France, puisse poser une question aussi débile, sincèrement cela fait peur. Avez vous le net en France et Google? Désolé d’être sec et dur dans ma réponse mais vraiment c’est effrayant le niveau des étudiants en France.
      Steve

  66. bonjour a tous sa fait environ 1an que jai commencé au debut c etait un petit peut une fois de temps en temps ensuite toutes les 2 semaines apres tous les week end. maintenant cest beaucoup plus regulier avec des doses plus importante la en une semaine jai du prendre au moins 5 grammes. cest pas toujours simple d en parler autour de soi au moins ici je pense que je pourrai etre compris et non jugé. jai le sentiment de ne plus vraiment controlé la situation je voudrais arreter mais pas simple. tous les conseils sont les bien venu et meme si cest juste en discuté cest deja ça de pris

  67. Bonsoir ! J’ai 23 ans mon copain et acro au crak il et papa de 3 enfant je l’aime comme lui aussi même il se fait manipuler et tenter par un ami à lui que faire vie à vie de cette ami ? Voilà aujourd’hui j’ai décider de quitter le domicile mais je son abscence qui detrui mes journée je suis obsédée par cette homme et si je part pour du bon jebpence qu’il va se détruire plus que doit je faire

  68. Je suis de rennes si il a des gens qui on arrêter et qui sont prêt a en parler en essayant de le resoner faite moi signé je vous envoie mon adresse email

  69. Bonjour, très intéressé par ce témoignage car démuni. Ma compagne prend de la C depuis un certain temps, elle est passé du récréatif à une vraie dépendance. Je ne touche à rien, cependant certaines de ses relations nocives se collent à elles régulièrement et lui proposent de recommencer. J’en ai ras le bol. La première chose qu’elle m’a proposé a été qu’on arrête de se voir si cela me faisait peur… J’en déduis que je suis plus facile à éliminer que cette merde. Nous vivons ensemble, avons des enfants issus d’une première relation et j’ai pas envie que tout se casse la gueule à cause de cette merde et son entourage.
    Merci de m’avoir lu.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre reponse, ca me touche.
      J’espère que vous trouverez la solution pour une vie remplie de bonheur.
      Pour moi je crois que c’est fichu.
      Je ne comprends pas pourquoi, je pense qu’elle ne doit pas m’aimer assez.
      Pourtant j’avais arrêté il y quelques mois. Mais j’ai racheté une fois en février-mars j’étais un peu perdu, l’hôpital me téléphone pour me dire que ma maman était entrain mourrir. Je ne m’y attendais même pas. Mais mon amie a vu, et ne me crois plus.
      J’ai même pris contacte avec une association pour aider les dépendants. Le pire c’est que je ne pense pas l’être.Ca ne me manque cette « merde ».
      Et pourtant j’ai perdu une femme que j’aimais tellement….
      Je suis totalement désemparé, perdu….

      1. Ce n’est pas fichu, vous avez déjà arrêté, le plus dur c’est le long terme. Arrêter la coke définitivement, puisque c’est la seule issue : vivre sans coke toute sa vie. Tout le processus d’arrêt prends du temps. Il est indispensable d’être accompagné par la médecine, de fréquenter un CSAPA par exemple où une équipe pluri-disciplinaire vous aide.Ne pas compter sur les médicaments hormis ceux pour atténuer l’anxiété pour vaincre la coke, il n’existe pas de remède miracle. En parler à ses amis ( les vrais…) est important. ne pas rester seul avec son addiction. Et puis comprendre que la coke, c’est plus jamais, pas même un rail une fois par an, il faut faire le deuil de ce toxique. Le plus dur à gérer souvent, c’est le craving, il faut travailler là-dessus, trouver des issues de secours quand on en a envie.
        Voilà, c’est bien beau tout ce que je dis mais e sais la difficulté à stopper cette saloperie. J’ai arrêté 6 ans et j’ai rechuté il y a 3 ans. En ce moment, j’ai décidé de me reprendre en main et de reconstruire ma vie sans la coke.

  70. bonjour ,

    ai 29 ans , et ca fait même pas 1 ans que je consomme a titre irrégulier . j’ai voulu ‘essayer  » la curiosité de voir mon homme en prendre ! alors qu’auparavant j’étais complétement contre !!
    quand je d is a titre irrégulier , c’est 1 fois par mois , comme pas du tout , comme ca peut être 4 fois dans le mois enfaite tout dépens le nombre de soirées quon fait !
    le problème c’est que je suis maman , et j ai honte de faire ca !!! mon image !!!! j’assume pas !!! car je ne suis pas comme ca , j’atais la jeune femme qui faisait la morale a tout le monde , et me voilas prise au piege ! …. ou pas….
    deja je n’en prend pas devant ma fille encore heureux !!!
    comme je ne bois pas quand elle est avec moi zero apero !
    les weekend fêtes son des soirée de « décompressions  » .
    jai envie d arreter de consommer pendant les soirées , mais jai bien peur de me faire chier sans la coke maintenant !
    parfois je me dit , que pendant 10 ans je nai pas eu besoin de cette merde pour m’amuser , alors pourquoi je reagis comme ca aujourdhui ?
    peut etre le faite de pouvoir tenir jusqua midi le lendemain ou le faite de faire des super soirees comme je nai jamais fait !!!
    mon conjoint en prend aussi , depuis plus longtemps que moi et il en prend plus en soiree que moi . , mais cela reste aussi que occasionnellement pour les soirées juste. pas en semaine et in en hachete pas ! toujours les potes qui payent leurs traces !

    aujourd’hui on est en essaie bébé , et je ne veux être en aucuns cas une maman camer !!!! je me concidere pas comme ca du tout , car je suis pas accro ! si on fait un barbuk en semaine et quils en prennent tous je refuserais , car je c’est ou son mes limites !
    tous les amis de mon homme en prend TOUS !!!
    je peux pas lui empêcher de voir ses amis …. mais tant quil les verra il en prendra ! et le problème c’est qu’il veut arrêter lui aussi ! on a d’autres projets …. et d’autres priorités !

    je sais plus trop quoi faire , a part mettre de la distance c’est ce quon fait deja…. mais le besoin de se retrouver entre amis se fait ressentir au bout de 1 mois en etant casaniers tout les week end !
    peur du re craquage ….

  71. Haha dsl, pour le com si dessus, je voulais juste verifier qu’on pouvait commenter en etant anonyme !! Parano quand tu nous tiens ! (Pourtant, je suis sobre depuis plusieurs quelkues temps ;)) …mais j’ai pas envie qu’on puisse me retrouver via mon mail + google vu ce que je vais raconter.

    Alors, dsl, d’avance ca va etre un peu long. Mais ca peut surement en aider certains!

    Juliette, tu decris les addicts, « de soiree », et je pense que tes conseils sont super judicieux dans ce cas la.

    Il existe un autre type d’addict (dont j’ai fait partie) qui aiment tellement le produit, que la, c’est carrement, tout seul chez toi a consomer plusieurs grammes (perso autour de 3g/24h en doirmant une nuit sur 2/3), de facons parfois moins clean que toi (sniff bien sur, mais aussi freebase, et IV…mmmh glauque !!) et a penser a ca 24h/24 au point d’en rever toutes les nuits, plus les soirees et les potes qu’il faut eviter !! Plus d’interet pour QUOIQUE CE SOIT a part le produit (y compris le sexe !!). Bref, de gros addicts.quoi. Je ne me suis sevre que depuis quelques semines, j’ai pris conscience du danger il y a une 10aine de jours et pris RDV avec un addicto mais il n’est disponible que dans 3 semaines. Comme pour plein de raisons, il fallait que j’arrete MAINTENANT, voila ce que j’ai fait.

    Alors attention…ce que je vais dire ci dessous est ce que J’AI FAIT, et qui a FONCTIONNE pour MOI jusqu’aujourd’hui (Quand je dis fonctionne, ca ne veut pas dire que je suis 100% serein, loin de la, mais que j’ai la force de ne pas aller chez mon dealer, qui m’accueillerait les bras ouverts, et qui vit a 7 minutes chrono de chez moi).

    D’abord les conseils « generaux », genre meme si vous en etes pas au stade que je viens de decrire ci dessus :

    – se rappeler des pires descentes. L’ideal est, quelques jours avant l’arret de la conso, de noter tout ce que vous ressentez, physiquement et mentalement, une fois les effets agreables du produit termines, mais avec les effets desagreabgles qui persistent (coeur qui bat vite, fatigue sans pour autant pouvoir dormir, idees noires, narines qui saignent et qui font mal, enfin tout ce qui peut vous arriver de negatif. La je decris ce qu’il m’arrivait mais ce pourrait etre different chez vous . Notez !!) . Ensuite relisez tout ca quand vous etes en train d’essayer de vous sevrer.

    – dans le meme ordre d’idees, faire la meme chose avec tout ce qui est lie a la conso. Par exemple (cas perso encore) si vous n’avez pas de livreur a domicile, rappelez vous, Waze en permanence, le stress de la police, les test salivaires, les kilometres a parcourir en voiture, parfois pas frais, parfois franchement dangereux, le jour ou la nuit alors que vous voudriez juste rester chez vous a consommer, les dealers pas forcement sympa qui vous font galerer pendant 2h pour des raisons qui leurs sont propres ou bien paqrce qu’il y a eu une descente de flics, et que du coup, il faut qu’ils aillent chercher d’autree marchandise (la aussi c’est du vecu)….

    – suivez votre compte en banque TRES precisement, par exemple, toutes les semaines, regardez combien d’argent est parti dans la C.

    – faites le plus de sport que vous pouvez
    (c’est a dire nettement plus que vous nme voulez ;) ) , et des sports d’endurance (pas du foot, mais du footing par ex), pendant 45 min a 1h. Cela amenera votre cerveau a secreter des drogues naturelles (les endorphines) qui vous calmeront pas mal ;)

    Bon ca c’est les conseils generaux.

    Les conseils plus specifiques, pour les gens serieusement dependants, qui consoment pas mal, souvent. qui voudraient arreter mais n’y arrivent vraiment pas, ET A PRENDRE AVEC DES PINCETTES CAR CA A MARCHE SUR MOI MAIS C’EST PAS RECOMMANDE EN DEHORS DU CADRE MEDICAL, donc je vous conseille de bien vous renseigner, et de consulter avant de tenter ca, car ca peut avoir des consequences tout aussi desastreuses !! Je ne l’indique que pour une seule raison : il y a des gens qui sont obbliges d’arreter de suite pour raisons de sante ou financieres, et, ca peut beaucoup aider. Je considere que pour avoir ces medicaments, vous devrez avoiir une ordonnance et donc, etre suivis par un doc. Si vous decidez de passer par un autre canal (Je n’en citerai pas ici pour ne pas vous donner de mauvaises idees ;) ), je ne le recommande vraiment pas, et c’est a vos risques et perils …

    Bref, j’ai remarque que 2 types de medicaments, chez moi, calmaient un peu l’envie de reconsommer (un peu hein, ca soulage mais il va falloir y mettre un peu de volonte dans tous les cas) .

    Ces medicaments sont les anxiolytiques (Benzodiazepines) et le Tercian (qui est un neuroleptique, mais a ma connaissance, c’est le seul qui calme l’envie de C. Les autres sont plutot pour d’autres maladies) . ATTENTION, ces derniers causent egalement une forte addiction et ne doivent SURTOUT PAS etre pris regulierement, ni sur une periode de plus de quelques semaines.

    Cependant, ils aident ennormemt.Tous sont sur ordonance, donc jouez le jeu allez voir un medecin, ou mieux, un psychiatre (mais les listes d’attente sont parfois longues) ou encore un centre d’addictologie. Essayez d’en trouver un ouvert d’esprit, et dites lui tout…Les medecins sont la pour nous aider ! Si possible, essayer d’obtenir un anxiolytique a demi-vie longue (parcequ’un a demi-vie courte va vous procurer une grosse montee puis …une grosse descente. On les utilise en general comme somniferes !)

    Autre conseil non-medicamenteux, j’ai remarque que fumer de l’herbe aide beaucoup.

    Voila.

    Ensuite, une breve observation que j’ai faite, sur les drogues en general :

    – certains en consomment juste pour s’amuser et pour augmenter leur fun, alors qu’ils sont bien dans leur vie en general . Je ne juge pas (meme si bon…j’en pense ce que j’en pense, c’est a dire que c’est vraiment un risque innutile), mais ils ont l’avantage, une fois la descente terminee, ils se retrouvent dans leur etat « normal », c’est a dire, bien dans leurs baskets etc .. . POur cela le sevrage est un peu plus facile (sauf s’ils ont vraiment deconne)

    – d’autres (dont je fais clairement partie) s’en servent pour fuir leur mal-etre. Pour cela c’est plus dur : ils se droguent, d’un coup ils se sentent super bien et ne voudraient plus jamais redevenir comme avant. Et ca, surtout avec la C, car l;a C rend confiant, energique, optimiste et plein de trucs cool comme ca. Donc pour quelqu’un qui est un peu introverti, un peu depressif (avec la lethargie qui accompagne ca), qui a du mal; a aller vers les autres etc … C’est un don de dieu. Et l’after est juste atroce. Parcequ’il redevienent eux memes, et qu’ils sont vraiment pas bien dans leurs baskets. Et pour ceux la (et je le sais surtout car j’en fais partie :) ), le sevrage semble beaucoup, beaucoup plus dur. Du coup si vous lisez ca, et n’y avez jamais touche, ben ne le faites pas, car non seulement ca ne regle rien, mais en plus les bons effets ne durent pas tres tres longtemps (a vue de nez, je dirais 5 – 10 sessions ?) . Au bout de quelques temps, vous ne consomerez, QUE pour ne plus etre en manque. Vous ne resentirez plus les effets benefiques. Vous serez absolument incapables de ressentir le moindre petit plaisir sans drogue.
    Et si vous etes depressif et ne ressentez pas de plaisir, ben apres la lune de miel initialle, vous vous sentirez encore pire. Honetement c’est vraiment une fausse bonne idee !!! Consultez un psy (l’argument du prix ne vaut pas, face a la C ;) ), faites de la meditation en pleine conscience (tres efficace sur moi), de la sophro, bourrez vous un peu la gueule et envoyez un mail a un ami proche (occasionellement hein ! :D ), enfin j’en sais rien, mais ce qui est sur, c’est que la drogue ne regelera JAMAIS vos problemes pour tres longtemps, et vous creera de GROS problemes, pour tres, tres, tres longtemps !

    Voila. Je vous souhaite bonne chance, et souhaitez m’en aussi, car l’air de rien, je joue les vieux sages, mais je suis aussi en plein sevrage ! Mais je suis motive, j’espere que vous aussi car au final, c’est ca la clef !!

  72. What i don’t realize is if truth be told how you are now not actually a lot more neatly-liked than you might be right now. You’re very intelligent. You understand therefore considerably on the subject of this matter, produced me individually consider it from numerous varied angles. Its like men and women don’t seem to be fascinated until it’s something to accomplish with Lady gaga! Your personal stuffs great. Always deal with it up!

  73. Bonjour à tous. J’ai besoin d’aide..
    J’ai pris de la coke à hautes doses entre 2003 et 2007, tout mon argent y passait : loyers impayés, découverts, dettes…J’accumulais les crédits à la conso pour en acheter…Ma situation financière était devenue intenable. J’ai tapé à la porte d’un CSAPA et j’ai décidé de me mettre sous curatelle, j’y étais obligé, j’avais 25 000 euros de dettes et plusieurs mois d’impayés de loyer…En même temps, j’ai fait une psychothérapie au CSAPA, j’avais un traitement médicamenteux et je voyais régulièrement mon psychiatre addictologue.
    En 2007, dès que j’ai été placé en curatelle renforcée, j’ai arrêté. Je vivais avec 70 euros par semaine. La coke est assez vite sortie de mon esprit mais il m’est arrivé d’en prendre à peu près une ou deux fois par an jusqu’en 2010.
    J’ai arrêté le THC parce que sur la fin j’avais des psychoses.C’était en 1990, ensuite je suis devenu alcoolique et j’ai arrêté 10 ans, de 2000 à 2010. J’ai donc vécu 3 ans ( curatelle en 2007 ) sans prendre aucun produit. Mais j’ai rechuté à l’alcool en 2010, aujourd’hui, je suis de nouveau abstinent depuis 4 ans. Sauf que la coke est revenue petit à petit, en fait, très vite je suis retombé addict, j’étais toujours sous curatelle mais je mentais pour avoir des sous. C’était entre 2014 et 2016. J’arrivais à  » gérer  » à peu près mais je me savais accro à la cocaïne mais j’étais dans l’ambivalence.
    La curatelle s’est arrêtée il y a 15 mois et depuis, c’est n’importe quoi. Dans ma chute, je tombe sur des dealers qui m’amènent le produit à la maison ou je vais chez eux, à moins de 10 minutes à pied de chez moi et à n’importe quelle heure et qui font crédit… Là-dessus, ils me vendent un produit  » haut de gamme  » à 60 % parfois plus de pureté…A Bordeaux, d’où je suis, il y a de la coke très peu coupée si on sait où la trouver. Je consomme tout seul chez moi ou plus rarement avec un copain qui en fait est une personne toxique pour moi. Mes amis les vrais veulent que je m’en sorte . Tant qu’il y en a je tape…Un gramme ou deux à chaque conso sur 24 heures. Souvent j’ai des pics de consommations quotidiennes et je suis obligé d’arrêter le boulot. Les descentes sont dures alors j’en rachète le matin pour pallier le manque et les angoisses et les regrets. C’est un cercle vicieux. Je suis bien mais ça dure pas et dès que j’en ai plus, j’ai un craving de folie. J’ai perdu 15 kilos, j’ai décidé de me faire hospitaliser il y a 7 semaines, je suis resté à la clinique 5 semaines, j’ai repris du poids et j’étais sevré…
    Dès mon retour à la maison, j’ai rechuté et là, je ne maîtrise plus rien, je dépense tout mon argent dans la C, ça fait une semaine que j’en prends tous les jours et j’ai acheté 10 grammes depuis lundi. J’ai été payé et je suis déjà à moins 600…
    Je fréquente le CSAPA tous les jours, je veux arrêter cette saloperie. Mais comment ? Je cherche et j’y arrive pas même avec une aide médicale. Je ne vais pas passer mon temps en milieu archi-sécurisé comme les cliniques, je dois me confronter au réel et gérer ma vie mais c’est tellement dur ! Je vais peut être être obligé de me remettre sous curatelle pour arrêter mais ce serait un échec pour moi. Je suis pris au piège de cette saleté, elle gouverne mon esprit, je veut que ça cesse définitivement, ça bousille ma vie et ma santé et mes relations et mon budget et mon boulot j’ai lu vos expériences qui sont enrichissantes, s’il vous plaît aidez-moi à trouver une solution à laquelle je n’aurait pas songé m^me si les remèdes miracles n’existent pas merci à vous tous

  74. @ Nicolas. La seul main tendue par la coke pour s’en passer est de marcher à contre sens d’elle, sinon il y a fort à parier que c’est elle qui prendra le dessus. Elle est forte certes, mais pas invincible si l’on reste loin d’elle. La C, c’est une manière de plus de contrôler les gens, de se faire avoir, de se prendre pour Superman pour au final ne pas voler, bien au contraire on explose en plain vol et crash à l atterrissage avec tous les dommages collatéraux que ça entrainent. La C, C’EST LE PIEGE À CON PAR EXCELLENCE, on enchaîne tout ce qui bouge, on s’éclate, puis l’arrogance pointe son nez, on fraternise avec d’autres consommateurs, (ce petit milieu ou tout le monde fait semblant de s’aimer). On tombe dans le vice (le pire). La coke enlève tout ce qu’il y’a de meilleur chez une personne.
    Le seul et unique chemin pour retrouver sa liberté est de ne plus jamais se retourner vers elle une fois la décision de l’arrêt est prise. Il n’y aura rien de nouveau avec la coke qui ce soit déjà passer. Son éternel lot d’emmerde reviendra toujours frapper à la porte, même après des mois ou des années d’abstinences. La coke n’a pas pour vocation de rendre les gens heureux, c’est une menteuse et elle le restera. Elle n’offrira rien d’autre que des mensonges sur mensonges, en gros que du FAKE.
    J’ai rechuté il y a quelques mois, après de nombreuses années d’abstinence, j’ai prit un 1G, j’ai tapé un peu, puis par instinct et en voyant que je me faisais encore avoir, j’ai tout balancé au fond des chiottes, car j’ai su qu’avec la coke, « IL N’Y AURA JAMAIS RIEN DE NOUVEAU QUI CE SOIT DÉJÀ PASSER »
    Bon courage à toi, Nicolas, en espérant que tu arrives à prendre le large avec la C pour gagner ta liberté, la vraie..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s